« Aar li nu bokk » : Imam Kanté s’en va, mais JAMRA reste !

« Aar li nu bokk » : Imam Kanté s’en va, mais JAMRA reste !

Lorsqu’il a reçu le coup de fil de Aliou Sané, coordonnateur de «Y en a marre», sur proposition de Abdourahman Sow de «CosM23», l’invitant à participer à la mise en place d’une initiative citoyenne exigeant que la lumière soit faite sur la gouvernance des ressources naturelles de notre pays, notamment le pétrole et le gaz, imam Ahmadou Makhtar Kanté s’était dit «enthousiaste, vu l’importance de ce sujet pour le développement de notre pays».

C’est par le biais de Imam Kanté, avec qui JAMRA a toujours entretenu d’excellentes relations de confiance, fraternelles et amicales, que JAMRA a rejoint la Plateforme «Aar li ñu bokk» le 11 juin, soit trois jours seulement après qu’elle fut portée sur les fonts baptismaux. Ainsi, nos deux structures en devenaient de facto des membres-fondateurs.

Si aujourd’hui Imam Kanté dit ne plus se sentir à l’aise «avec un certain état d’esprit qui semble de plus en plus dominer cette plateforme, ainsi que les méthodes de lutte qui sont
mises en œuvre»; et que joignant l’acte à la parole, il annonce, ce 19 juin, son retrait de la Plateforme pour marquer son désaccord «sur les méthodes de lutte et la tendance du
mouvement à s’écarter des objectifs de départ», JAMRA ne peut qu’en pendre acte et respecter cette décision souveraine du frère Imam Ahmadou Makhtar Kanté, dont la foi, l’abnégation et l’engagement patriotique n’ont jamais fait l’ombre d’un doute. JAMRA est cependant rassurée de l’entendre dire qu’il «reste néanmoins résolument ancré dans la citoyenneté active pour que notre pays s’inscrive comme il se doit dans une perspective de bonne gouvernance».

Ce que semble épouser l’appréciation positive qui en a été faite par Guy Marius Sagna, autre figure de proue du mouvement, disant: «Qu’il est bien possible de marcher ensemble
et de frapper ensemble. C’est peut-être l’idéal. Comme il est également possible de marcher séparément et de frapper ensemble».

JAMRA réaffirme donc son ancrage dans la Plateforme «Aaa li ñu bokk»; réitère sa confiance aux vaillants acteurs de cette noble initiative citoyenne; les exhorte à rester légalistes, en inscrivant toujours leurs actions dans une démarche pacifique, républicaine et respectueuse des lois et des institutions de notre pays ; à avoir toujours à cœur la préservation de la stabilité sociale et de la paix civile, certes, mais de continuer à faire preuve de vigilance et de détermination dans cette légitime revendication de l’écrasante majorité de nos compatriotes, exigeant que la lumière soit faite dans les attributions de nos concessions pétrolières et gazières. Lesquelles ne sont la propriété de personne ni d’aucun clan, mais un patrimoine commun à tous les Sénégalais !

Le combat continue !

Dakar, 19 juin 2019
Les Bureaux exécutifs de
JAMRA et MBAÑ GACCE

6 COMMENTAIRES
  • FBI

    Avec le langage va t-en guerre de Guy Marius, il suffit à l’Imam de revoir quelques lignes du texte Coranique pour se démarquer. Ça c’est clair. A mon avis, un bol de soupe dont 15 personnes, en l’entourant, ne pourront jamais finir, vraiment si un gars y met un doigt pour goutter, cela ne vaut pas tout ce vacarme. Et il faudra encore prouver si le gars a mis son doigt.

  • fall mouhamadou

    Bene pitch yakoule mboolo !!!!

  • Papis

    Il fallait si attendre je l’ai dit des le début que mounoul Def ak niome

  • Moussa Ndiaye

    Vraiment Sénégal doit faire comme le maroc ou la Tunisie nga khamni avant d’être imam il faut un diplôme en sciences religieuses et théologiques wayé kou meune tarri rekk doon imaam..

  • René Diagne

    J en etais persuadé de votre bonne foi. Ces gens sont fe véritables manipulateurs. Ils ont toujours tort et ont un agenda caché. C est le president Macky qui les hante.

  • le peuple

    Vive sonko vous avez raison sur tous

Publiez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *