Annonces
Annonces
» » » » L’Afrique face à un destin ambigu…

L’Afrique face à un destin ambigu…

C’est à l’occasion de la remise du prix du « penseur de la souveraineté », que le poète-écrivain Amadou Elimane et d’autres penseurs ont présagé le destin ambigu du continent africain. la cérémonie s’est tenue jeudi à la librairie l’Harmattan.

L’avenir appartient aux africains pense le professeur d’économie à l’université Gaston Berger de Saint Louis, Felewine Sarr, « D’ici  à 2063, la force vive de l’humanité sera africaine« . Partant de cette analyse futuriste, il prédit qu’un important choc démographique se prépare en Afrique et que la population africaine atteindra 3 milliards. mais cette argumentation est loin de convaincre les autres penseurs.

Pour l’ancien ministre, Amadou Tidiane Wone, la question est de savoir, « si nous serons les plus nombreux, est ce que nous serons les plus compétents?« . Il ajoute une autre interrogation. »la démographie est certes un aspect important, mais garantit-elle pour autant le développement d’un peuple? », questionne t-il. Pour sa part l’économiste et essayiste précise que c’est un avenir qui est déjà tracé et que la révolution numérique se profile à l’horizon, mais l’émergence pose plusieurs critères. Il trouve d’ailleurs que le système économique appliqué aux Etats africains n’est pas conforme à leur développement. « Les règles du jeu sont faits pour profiter à ceux qui les ont fixé« , relève t-il.

Son collègue de professeur et chercheur, Ndongo Sylla, l’auteur du livre « la démocratie contre la République« , pense que le développement de l’Afrique ne peut se faire dans cette logique capitaliste. Le professeur de sciences politiques va plus loin. Il se demande: « comment gouverner 3 milliards de personnes si des machines sont prêtes à tout faire?« . Ces interventions soulignent que de nombreux défis attendent le continent africain.

Par ailleurs Felwine Sarr est revenu sur la reforme de l’enseignement qui est un moteur clé pour le continent. « Il faut qu’il s’appuie sur son propre récit, les Africains doivent bâtir leur propre récit et il faut qu’il soit continental et pluriel ».

Annonces
Annonces

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces

L'ACTU EN TEMPS RÉEL