Tension politique au Sénégal : la CNTS/FC prône de « larges concertations »

La Confédération nationale des travailleurs du Sénégal/Forces du changement (CNTS/FC) préconise de « larges concertations » pour l’apaisement du climat social.

Tension politique au Sénégal : la CNTS/FC prône de « larges concertations »

Elle estime que des solutions doivent être apportées « au plus vite » à la tension sociale qui prévaut dans certains secteurs socioéconomiques du pays.

« Le secrétariat exécutif de la CNTS/FC se préoccupe (…) de la situation sociale assez tendue qui prévaut actuellement dans certains secteurs, à laquelle il faut remédier au plus vite », rapporte un communiqué rendant compte de la dernière réunion tenue le week-end dernier par les responsables de cette confédération de syndicats.

A la Suneor, société spécialisée dans la trituration et le raffinage de l’arachide, il y a une initiative visant « à brader l’entreprise », ce qui va « [mettre] en péril un fleuron de l’économie et toute la filière arachide, et avec elle des milliers d’emplois directs et indirects sont gravement menacés », selon la CNTS/FC.

Les agents de l’usine Suneor de Diourbel (centre) avaient organisé récemment un arrêt de travail de trois jours pour protester contre la « balkanisation » de leur entreprise. Ils avaient aussi dénoncé une initiative dont la finalité est, selon eux, de vendre des sites de l’usine, y compris ceux de Kaolack et Ziguinchor.

« Dans le secteur de l’éducation, ajoute la CNTS/FC, la situation est très inquiétante, malgré les récentes concertations sur l’avenir de l’enseignement supérieur et la tenue des assises de l’éducation ».

Les enseignants du moyen-secondaire et des universités mènent des grèves depuis plusieurs jours. Les premiers disent vouloir amener le gouvernement à entamer la concrétisation des accords qu’il a déjà signés avec eux.

Les universitaires s’opposent de leur côté à une réforme universitaire votée en décembre dernier par l’Assemblée nationale. L’un des principaux points de discorde concernant cette réforme porte sur l’instauration de conseils d’administration au sein des institutions universitaires.

La CNTS/FC dit par ailleurs souhaiter « plus de concertation et de dialogue social pour la stabilité » du secteur des transports. Elle signale que dans les collectivités locales, « l’incertitude plane toujours du fait d’une situation qui tarde à être réglée ».

« Dans le tourisme, les préoccupations des travailleurs doivent être prises en compte dans la relance du secteur. Dans le nettoiement, les dossiers des ex-travailleurs de la SIAS et de la société AMA-Sénégal pourrissent », affirme la confédération syndicale.

Elle ajoute, concernant le secteur du pétrole, que « la reprise et la relance de la SAR (Société africaine de raffinage) tardent, tout comme celle des entreprises en difficulté dans les secteurs de la pêche et du textile, entre autres ».

« Sur toutes ces questions, le secrétariat exécutif de la CNTS/FC demande l’ouverture de larges concertations pour apaiser le front social, seul gage de réussite des programmes du PSE », le Plan Sénégal émergent, le dernier programme public par lequel les autorités comptent mener le Sénégal à l’émergence, d’ici à 2035.

avec aps