« Tanor a montré une ingéniosité pour se maintenir à la tête du Ps »

La stratégie de dénigrement des partisans de Khalifa Sall contre le secrétaire général du Parti socialiste, Ousmane Tanor Dieng,  n’aura pas l’effet escompté.  C’est du moins ce que semble dire Maurice Soudieck Dione, enseignant-chercheur à l’Ugb.

« Le Parti socialiste  est contrôlé par Ousmane Tanor Dieng à qui Abdou Diouf a donné les pleins pouvoirs. Ce qui a provoqué les frustrations de ceux qui estimaient qu’ils avaient plus de légitimité historique que lui; d’où les départs successifs du parti de leaders d’envergure comme Djibo Kâ et Moustapha Niasse notamment. Qu’à cela ne tienne depuis lors, les débats au Ps semblent se limiter à la question d’être pour ou contre Ousmane Tanor Dieng, avec l’effet de renforcer les pouvoirs et l’influence de ce dernier, à travers une purge constante et une marginalisation dans les organes de décision et de délibération du parti de tous ceux qui lui sont opposés », analyse M. Dione dans Sud Quotidien.

C’est pourquoi, poursuit-il, « il me semble difficile de délégitimer Ousmane Tanor Dieng dans le Ps, d’autant plus que l’homme ne cède pas et a montré une une ingéniosité certaine pour se maintenir à la tête du parti ».

« Il y a certes des personnalités qui sont opposées à Ousmane Tanor Dieng, mais le principal problème réside en l’absence d’un leader charismatique qui puisse fédérer les énergies de la contestation, si l’on sait que Khalifa Sall a maille à partir avec la justice, et que la recevabilité de sa candidature en 2019 est hypothétique ».

COMMENTAIRES
    Publiez un commentaire