Rentrée des classes : Menaces et sanctions autour de deux  dates

Rentrée des classes : Menaces et sanctions autour de deux  dates

 

A peine sortis des assises nationales, les acteurs de l’Education se télescopent au seuil de la rentrée scolaire. Chacun brandit sa date pour le démarrage des cours. Un clash d’entrée qui risque de refréner la dynamique unitaire pour une année scolaire sans contestation.

Après la décision du ministre de l’Education nationale, Serigne Mbaye Thiam, de fixer la date de la rentrée des enseignants et du personnel administratif  au 29 septembre 2014. Plus de 30 syndicats regroupés autour du grand Cadre brandissent à leur tour la date du 1er  octobre.  Un acte de défiance pour l’autorité centrale. Et le ministère de faire dans la menace.

«Toute personne qui enfreint cette réglementation-là s’expose aux sanctions. La réglementation s’applique à tout le monde», assène sèchement Marie Siby, porte-parole du ministère. «Nous disons à tous les enseignants de ne pas rejoindre leur poste le 29 septembre. Que le ministre comprenne que ce n’est pas en prenant  des décisions cavalières, solitaires qu’on va régler le problème de notre système éducatif», rétorque Oumar Waly Zoumarou, premier vice-coordonnateur du Grand Cadre.

De belles empoignades verbales en perspectives !

COMMENTAIRES
    Publiez un commentaire