Téléchargez l'appli SENEGO
PUBLICITÉ

Personnes intersexuées : “J’étais un garçon qui a commencé à avoir ses règles”

“A l’âge de 22 ans, j’ai appris que je suis une personne intersexuée. Depuis lors, chaque jour de ma vie a été plus heureux qu’avant”, raconte Iryna Kuzemko. Elle est l’une des nombreuses personnes dans le monde dont le sexe a été “réassigné” par une opération chirurgicale controversée alors qu’elles étaient encore enfants.

L’intersexualité est un terme général qui englobe plus de 40 variantes de caractéristiques sexuelles féminines et masculines. Certaines sont des variations hormonales, d’autres se manifestent sous forme physique – par exemple, les gens peuvent avoir un système reproductif d’un sexe et les organes génitaux externes de l’autre.

De nombreuses personnes intersexuées se lancent dans une douloureuse quête de réponses, parfois après une opération de changement de sexe. Les médecins affirment que toute décision de changement de sexe n’est pas prise à la légère : un test génétique est effectué pour déterminer le sexe de l’enfant et divers médecins, parents et généticiens se concertent pour décider s’il faut pratiquer une intervention chirurgicale.

Mais les associations de défense des intersexués s’opposent à toute opération non urgente de changement de sexe sur les enfants. Ils affirment qu’une personne ne peut prendre la bonne décision quant à son sexe qu’à l’âge adulte.

Ils estiment que les parents et les médecins ne devraient pas décider à leur place de qui ils sont – un homme ou une femme. Trois femmes intersexuées relatent ici leur histoire, décrivant leur chemin vers l’acceptation de soi.

Les médecins affirment que toute décision de changement de sexe n’est pas prise à la légère : un test génétique est effectué pour déterminer le sexe de l’enfant et divers médecins, parents et généticiens se concertent pour décider s’il faut pratiquer une intervention chirurgicale.

Mais les associations de défense des intersexués s’opposent à toute opération non urgente de changement de sexe sur les enfants. Ils affirment qu’une personne ne peut prendre la bonne décision quant à son sexe qu’à l’âge adulte.

Ils estiment que les parents et les médecins ne devraient pas décider à leur place de qui ils sont – un homme ou une femme. Trois femmes intersexuées relatent ici leur histoire, décrivant leur chemin vers l’acceptation de soi.

Iryna Kuzemko, 27 ans, activiste intersexuelle

“J’ai grandi comme une fille jusqu’à l’adolescence. Toutes mes camarades ont atteint la puberté et je n’ai pas eu de menstruations. Avec le temps, je suis restée la seule fille de la classe à ne pas avoir de seins.

Un jour, on a emmené notre classe voir un film sur la puberté chez les filles. Ce fut une expérience extrêmement douloureuse. Je ne comprenais pas pourquoi tout le monde se développait comme l’expliquait le film et pas moi.

Ma mère et ma grand-mère ne s’inquiétaient pas que je n’évolue pas comme les autres filles. Elles ont dit : “Pas de problème. Tout va bien se passer.” Mais quand j’ai eu 14 ans, je les ai persuadées de m’emmener chez le gynécologue.

Le médecin m’a dit que je devais faire travailler mes ovaires. Elle m’a prescrit quelques exercices pour les “réchauffer”. Je les ai faites une fois par semaine pendant plusieurs mois, mais en vain. Je me suis sentie encore plus angoissée.

À l’âge de 15 ans, mon père m’a emmenée chez des médecins à Moscou. Je me souviens de la rapidité avec laquelle ils passaient devant moi. Ils ne m’ont rien expliqué – ils ont juste appelé mon père au bureau.

Mon père m’a dit que je devrais subir une petite opération, ou peut-être deux. Je ne savais pas ce qu’ils me faisaient. Les filles à l’école m’ont demandé, mais je n’en avais aucune idée moi-même.

Plus tard, j’ai dit à mon père qu’il valait mieux que j’enlève tout ce qui se trouvait à l’intérieur. Et il m’a répondu : ” Mais on t’a tout enlevé ! ” J’ai été choqué. C’est ainsi que j’ai appris que mes ovaires avaient été enlevés.

Durant mes études à l’université , j’ai plongé encore plus profondément dans l’auto-agression et la haine de soi. J’ai trouvé une vidéo sur les intersexuels sur Internet et j’ai remarqué que mon histoire ressemblait à la leur. J’ai trouvé tous mes papiers médicaux et j’ai appelé un médecin à Moscou, ma mère se trouvant à proximité. J’ai eu peur.

Alors, à l’âge de 22 ans, j’ai appris que sept ans plus tôt, on m’avait enlevé un testicule et des tissus non fonctionnels avec des éléments de tissu ovarien. Depuis, je prends des hormones.
J’ai aussi appris que j’ai des chromosomes masculins, en plus des chromosomes féminins. Et j’ai un utérus.

Après cela, j’ai eu une conversation sérieuse avec mon père. Il m’a dit que deux psychologues pour enfants lui avaient conseillé de ne pas me parler de cela. Mon père n’a pas admis son erreur : il aurait dû me dire la vérité tout de suite. Ma vie aurait été différente.

Je ne lui ai pas parlé depuis.

Pendant quelques jours après cette nouvelle, j’ai été profondément frustrée. Je ne savais plus comment vivre. Mais je me suis très vite acceptée. J’ai maintenant un mot pour décrire ma forme de développement sexuel, “intersexuel”. Avant cela, je vivais dans l’incertitude.

J’ai découvert que les variations intersexuelles sont quelque chose avec lequel les autres vivent paisiblement. Il ne faut pas nécessairement qu’il y ait de la souffrance. Mon estime de soi a considérablement augmenté. J’ai également décidé d’être active pour aider d’autres enfants et adolescents à éviter le traumatisme que j’ai vécu.

68 Whatsapp
Annonces
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
PUBLICITÉ
ACTUALITÉS RÉCENTES
    17:01 - 20/01/2021

    Libye : Naufrage meurtrier d’une embarcation de migrants en Méditerranée

    Whatsapp
    16:48 - 20/01/2021

    En direct : Joe Biden et Kamala Harris au Capitole pour prêter serment (vido)

    Whatsapp
    16:39 - 20/01/2021

    Boulal (Linguère) : le poste de santé court derrière un infirmier depuis deux mois

    Whatsapp
    16:05 - 20/01/2021

    Mali : La marche contre l’armée française annulée, les militaires déployés partout (Vidéo)

    Whatsapp
0
Votre avis comptex
()
x
Whatsapp