Me Wade s’offre 5 heures de bain de foule à Dakar

Me Wade s’offre 5 heures de bain de foule à Dakar

Arrivé vers 21h30 à l’Aéroport international Léopold Sédar Senghor de Dakar, Me Wade a été accueilli par les responsables du Parti démocratique sénégalais(PDS, opposition) et d’anciens dignitaires du régime libéral.

Abdoulaye Wade, qui a régné d’avril 2000 à mars 2012, n’est pas passé par le salon d’honneur, préférant le pavillon des voyageurs. Il a également décliné d’autres facilités qui lui étaient proposées par les autorités.

A sa sortie de l’aéroport, ses partisans ont bravé l’interdiction préfectorale de monter un cortège, déjouant malgré tout le fort dispositif de la Gendarmerie nationale. Les gendarmes sont restés toutefois sereins.

Militants, sympathisants et curieux ont ovationné l’ancien président Wade, lui souhaitant à leur manière la bienvenue à son pays. Me Wade s’était retiré en France après la perte du pouvoir en 2012.

Plusieurs milliers de Sénégalais sont sortis des maisons pour venir à la rencontre du président Wade. La procession a mis trois heures sur la dizaine de kilomètres séparant l’aéroport de la permanence nationale du PDS, sur la VDN.

Accueilli sur place par des milliers de partisans, en rassemblement depuis plusieurs heures, le secrétaire général national du PDS a tenu à livrer une longue allocution en wolof, suivie d’une déclaration en français.

« Ça, c’est le peuple, ça dépasse le parti », a lancé l’ancien avocat, enchaînant réquisitoire contre son successeur Macky Sall et alliés, et plaidoirie en faveur de son fils et des autres ex-dirigeants poursuivis pour le délit présumé d’enrichissement illicite.

« Après mon départ, je n’ai pas voulu donner l’impression que je cherchais à le gêner. (…) J’ai senti à distance les souffrances du peuple. (…) La principale raison de mon retour, c’est que j’étais à l’étranger alors que le peuple pleure sa misère et ses souffrances », a-t-il soutenu.

L’ancien chef de l’Etat a cité « les laissés pour compte » du gouvernement de Macky Sall, dont les étudiants, les paysans et les marabouts. « Ils ont tous perdu tous les avantages que je leur avais laissés. Les bourses et aides sociales des étudiant sont enlevées, les paysans sont dépossédés des véhicules que je leur avais donnés, de même que les chefs religieux. »

Le retour d’Abdoulaye Wade se déroule peu de jours après que son fils et ancien ministre Karim Wade a bouclé un an de prison à Dakar pour se retrouver ensuite avec un renvoi en procès devant la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI).

L’arrivée du leader du PDS intervient aussi à presque deux mois des élections municipales et départementales, alors que son parti a connu des départs de taille, notamment, vers la nouvelle majorité, et sur fond de querelle de leadership.

APS

COMMENTAIRES
    Publiez un commentaire