PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
apr dakar va mal - "Macky ne peut ignorer une entité qui a pesé 17% aux législatives de 2017"

« Macky ne peut ignorer une entité qui a pesé 17% aux législatives de 2017 »

Retrouvailles libérales entre Wade et son fils Macky Sall. APR / Dakar va mal applaudit.

Réconciliation au sommet de la pyramide entre Wade et son fils : Apr / Dakar va mal applaudit.

Maître Wade et le président Sall ont accepté de fumer le calumet de la paix, le vendredi 27 septembre, lors de la cérémonie inaugurale de la mosquée Massalikoul jinann. Nous nous réjouissons de cette réconciliation intelligente et nous rendons grâce à Serigne Mountakha Mbacke initiateur souverain de cette rencontre. Pourtant, nombre d’observateurs s’attendaient à un clash entre père et fils d’autant plus que Maitre Wade n’a jamais fait mystère de ses intentions d’en découdre avec le régime de Macky Sall.

L’APR / Dakar va mal salue aussi l’audience accordée au président Wade, par le président Macky Sall au palais de la République. Cela prouve, s’il en est besoin de le dire, que le président Sall est un homme de dialogue et de paix. Et puis après la pluie, c’est le beau temps ! L’échiquier politique est un lieu de rationalité et de réalisme politique. Macky Sall ne peut pas continuer à ignorer une entité politique qui pèse un peu plus de 17% aux dernières élections législatives. Notre formation politique est issue des flancs du PDS.

Même si c’est au terme d’un processus au forceps et dans la douleur. Se rapprocher du PDS avec qui nous partageons la même colonne vertébrale idéologique procède de l’intelligence politique. Et c’est probablement un pas vers la réalisation d’une prophétie d’Abdoulaye Wade : 50 ans de règne libéral au Sénégal. Et comme le disait Alain Peyrefitte, « la politique est un jeu, la victoire appartient à celui qui voit un coup plus loin et plus vite que son adversaire. »

Durant toute la période de brouille entre les deux principales entités libérales, le président Sall a fait preuve d’un flegme, d’une sérénité et d’un sens élevé de la responsabilité d’homme d’Etat devant le déluge d’insanités et d’injures sanglantes. Jamais le président de la république n’a été pris à défaut de paroles déplacées qui, aujourd’hui pourraient être retenues contre nous ou compromettre toute velléité de réconciliation avec nos frères libéraux. Nous saluons cette lucidité et cette responsabilité à toute épreuve.

Nous, jeunesse APR de Dakar, ne nous sommes jamais dérobés pendant ces périodes difficiles d’horribles horions, d’injures publiques et de harcèlement du pouvoir. Nous étions les boucliers indéfectibles du régime de Macky Sall pour organiser tirs de barrage et riposte politique quand c’était nécessaire. Aujourd’hui, il ne faudrait pas que nous servions de variable d’ajustement de ces retrouvailles que nous salons. Monsieur le président, vous avez dédié votre second mandat à la jeunesse.

Personne ne doit faire litière de la jeunesse républicaine, fer de lance de tous vos combats politiques dans l’opposition comme dans l’exercice du pouvoir. Nous avons été patients durant tout le premier mandat compte tenu du Sénégal du bord du gouffre que le défunt régime libéral nous a légué. Une dynamique politique ne peut pas prospérer sans à terme une consécration et une reconnaissance politique. Le sentiment de lassitude et de démoralisation risque de s’emparer des rangs de nos militants qui tardent à voir arrivée la récompense d’immenses sacrifices consentis.

L’amertume et l’incompréhension sont aujourd’hui compliquées de colère quand on voit la récompense accordée ostensiblement à nos ex-adversaires politiques qui ont tout fait pour couler notre formation politique. Le seul mérite que nous les connaissons c’est d’avoir tourné casaque. L’impromptu de leur lâcheté et les voltes de leur palinodie indécente les ont servis de tremplin pour accéder à une nouvelle promotion politique. Grand bien cela leur fasse ! Nous préférons les vertus des convictions et de la loyauté plutôt que les bassesses de la félonie.

Pour autant, nous ne pouvons regarder le train de l’émergence nous passer sous le nez et la barbe. Nous sommes des ayants droit voire des artisans de l’accession de Macky Sall à la magistrature suprême. Personne ne peut nous ravir le droit de poursuivre notre engagement illuminé par un idéal républicain auprès de son excellence le président Macky Sall. Désormais, nous ne ménagerons pus aucun effort, pour préserver nos droits dans une organisation politique dont nous avons énormément contribué à asseoir les bases dans le cruel landernau politique sénégalais.

Signé « Apr/Dakar va mal »

Abdoulaye Wade Apr/Dakar Va Mal
whatsapp 125
Annonces

(3) commentaires

Malick Diallo

Francement sa parle trop il faut travailler vous navez rien fait encore peutetre dans le dimaine le de tournement vous avez bien fait

Alou Sa

Macky à le soutien du peuple pas de crainte

Samuel12

Macky a encore pouvé que c’etait un grand diplomate

Publier un commentaire