PUBLICITÉ

L’offre de Sde plus élevée que celle de Suez : le démenti formel de l’Armp

Les passations et attributions des marchés publics sont souvent l’objet de contestations. Le cas du marché de l’eau entre SUEZ et la SDE a fait les choux gras de la presse sénégalaise.

Hier, le Directeur général de l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp) a profité d’un atelier organisé à la Somone, conjointement par l’Armp et la Cour suprême sur les partenariats publics-privés, pour faire comprendre que son institution travaille dans la justice et l’équité.

L’Armp ne fait et ne fera jamais dans l’arbitraire.

« La seule chose que je peux dire, c’est que l’Armp ne fait et ne fera jamais dans l’arbitraire. Nous ne rendons jamais une décision basée sur l’arbitraire », a indiqué Saer Niang. Pour lui, depuis 10 voire 11 ans, les décisions prises par l’Armp tiennent la route. « On peut les contester, dire tout ce qu’on veut sur nos décisions, mais nous les rendons toujours public. Toutes nos décisions sont postées sur le site de l’Armp, le monde entier peut les voir ». M. Niang se déclare prêt à discuter avec qui voudra sur les décisions de la structure qu’il dirige, puisque ses décisions sont « toujours fondées ».

Concrètement, pour le marché de l’eau, Saer reconnait que c’est un dossier complexe. « C’est vrai, c’est un dossier qui est arrivé chez nous, parce qu’il y’a eu un contentieux », admet-il. Toutefois, il estime que c’est la presse qui a déclaré que l’offre de Suez était la plus élevée. Or « ce n’est pas ce qui est forcément dans le dossier ».

Sur les prix proposé par Suez et Sde

Pour lui, un prix, c’est un chiffre, mais également, un coût ; c’est une structure de prix. « Il n’est pas forcément dit, tel qu’il a été rapporté, que le prix qui est avancé par Sde est moins élevé que le prix affiché par Suez. Mais, dans le calcul du ministère tel que nous l’avons vu, les coûts ne sont pas les mêmes ; le coût de Suez n’est pas plus élevé. On a souvent cru que le prix qui est avancé, c’est le prix que paie le citoyen sénégalais », rétablit le Dg.

Avant de préciser : « il ne s’agit pas de cela. C’est le prix exploitant, c’est-à-dire le prix auquel l’opérateur va être rémunéré. Ça n’a rien avoir avec ce que va payer le client », confie-t-il. Et de poursuivre : « Il est vrai que le prix de rémunération de l’exploitant a une incidence dans le calcul du prix que va payer le client, mais encore une fois, c’est un dossier complexe et il faut savoir raison garder. Ce dossier est encore pendant à la Cour suprême », rappelle Saer Niang qui invite au « respect des textes ».

Sde Suez
Annonces

(4) commentaires

Pape Diene

Il n’es même pas légitime ce salaud qui parle il doit quitter depuis longtemps

Albert Richard Ndione

« On a souvent cru que le prix qui est avancé, c’est le prix que paie le citoyen sénégalais  » monsieur le directeur c’est le client qui paie ou c’est l’État du Sénégal qui endosse. Dans tous les cas c’est le Sénégal ou les sénégalais qui paient plus cher ce qui revient sensiblement à la même.

Senegalais

CESSEE DE NOUS PARLER DE LA SDE DEPUIS 2012 ON SE LEVE APRES MINUIT POUR EN AVOIR  DE L EAU LEUR OFFRE NE NOUS INTERESSE PAS C EST LEUR DEPART QUI EST SOUHAITE QU ELLE PARTE

    Sunugal

    bien dit

Publier un commentaire