PUBLICITÉ

Justice : Karim Wade s’en sort encore victorieux devant l’Etat du Sénégal à Monaco…

La justice monégasque a débouté pour la seconde fois l’État sénégalais, selon Jeuneafrique. Cette fois-ci dans une procédure civile portant sur le remboursement des dommages et intérêts dus par Karim Wade et Bibo Bourgi.

L’Etat perd doublement face à Wade-fils

Encore une défaite de l’Etat du Sénégal. Le 20 février dernier, le tribunal de première instance de Monaco a débouté l’État du Sénégal de sa demande d’exequatur liée à l’arrêt qu’avait rendu la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) à Dakar, en 2015. Une information dévoilée par Jeuneafrique.

En effet, dans l’affaire dite d’enrichissement illicite dans laquelle Karim Wade a été condamné par la CREI à 6 ans de prison, les avocats de l’Etat avaient introduit une demande d’exequatur devant le tribunal de Première instance de Monaco.

L’agent judiciaire de l’Etat, Antoine Félix Diome, réclamait la saisie de 24 comptes bancaires appartenant à Karim Wade, Ibrahima Khalil Bourgi, Karim Aboukhalil Bourgi et Pape Mamadou Pouye, au titre des dommages et intérêts auxquels la justice sénégalaise avait condamné les quatre accusés.

Jeune Afrique de rappeler qu’en 2018, le tribunal correctionnel de Monaco avait débouté, en appel, l’Etat du Sénégal de sa demande de saisie des mêmes comptes bancaires dans le cadre d’une procédure à la Cour pénale. Des jugements qui, selon la même source, s’ajoutent à la décision rendue par la justice française. Laquelle s’était opposée à la confiscation des biens de Karim Wade en France.

whatsapp 289
Annonces

(14) commentaires

  • Sara Ba

    pourquoi la justice française a t elle refusé ? Quel est le montant qui se trouve dans ces comptes bancaires

    • Joao Mendes

      Sara jtdr si c’est toi c’est confidentiel tu vas dire à quelqu’un combien ya ds ton compte a banque

      • Kalz

        ? ? ? ? Je te jure

  • Kadia Mbow

    libéré mon futur president

  • Malick Diallo

    ce francais ne peux pas avoir raison devant letat senegalaise tous confondu il sont des compte a monaco dans les paradies fiscaux il sont tous paraille cest lafrucain qui est comme il sont tous pareille tous des voleurs les voleurs qui crient aux voleurs ce que aliousall a fait est plus pire personne ne pipe mot ce pays est francement elle est foutue depuis 1960 a maintenant ces la meme topo quescequi paye les pots cassè nous les pauvres ce pays est un pays de partage du gataux lafricain en question est maudi les aficains vie comme des animaux il falais pas prendre lindependance aussi tot rien ne vaut de courire il faudra aller a point lafrique est male partie ont ne benificie jamais de nos ressource gout a ete vendu a cause de la coruption les dirigeants africains ont fin cest le serieux qui les manques nos policiens non pas valeur il sont detruient lafrique mon afrique est pourtant ces lafrique qui fait vivre les occidentaux surtout en france il vie que sur le dos de lafrique seulement eux il sont plus organiser que nous lafricain est un vraie profitard ilne voit pas loin lafricain nas pas de vision ya trop de bruis il nos dans la cervelle les plus grand flateurs ce trouve aux senegal

  • Charles

    SARA BA: OUI LA JUSTICE FRANÇAISE N’EST PAS A DISPOSITION.
    ELLE JUGE ET REND UNE DECISION,CETTE JUSTICE ON NE LA DICTE PAS.
    AVEC LA JUSTICE FRANÇAISE ON NE MET PERSONNE EN PRISON JUSTE POUR GAGNER DES ELECTIONS.
    NOS JUGES A NOUS LE SENEGAL DOIVENT SIMPLEMENT AVOIR HONTE.
    LA CREI N’EST PAS UNE JUSTICE ELLE EST UN MOYEN POUR SUPRIMER LES OPPOSANTS POLITIQUES,SI NON OU EST ALIOUNE SALL?

  • Bathie

    Nos juges doivent revoir leur copie. Comment l’état du Sénégal ne peut gagner qu’au Sénégal dans ce dossier? Si on cherche à comprendre c’est un dossier montre de toute pièce pour écarter un opposant. Sinon je ne comprends pas.

  • Ousmane Senghor

    On l’a jugé ou au Sénégal c’est terminé cette raison on l’a condamné c’est fini je ne parle pas de la justice française c’est leur problème il non rien a dire où a dictée notre justice

  • Charles

    OUSMANE SENGHOR TU NE COMPRENDS RIEN:
    C’EST L’AGENT JUDICIAIRE DE L’ETAT DU SENEGAL: ANTOINE FELIX DIONE QUI RECLAMAIT CETTE SAISIE
    AU BENEFICE DU SENEGAL.
    LA DECOSION DE CETTE JUSTICE FRANÇAISE CONFIRME TOUT SIMPLEMENT QUE NOTRE JUSTICE A NOUS NE SERT QUE POUR ELIMINER DES OPPOSANTS POLITIQUES.
    SI NON MON CHER SENGOR OU EST ALIOUNE SALL???.
    LA JUSTICE FRANÇAISE N’EST PAS A DISPOSITION.
    JE SALUE LE JUGE KEBA MBYE ET LE MAGISTRAT SEYE.
    BONNE LECTURE MR SENGHOR.

  • Charles

    JE PARLE DU JUGE KEBA MBAYE.

  • Coucou, Le Revoilà !

    Notre Arlésienne Karim. On parle de lui, on l’entend et le voit partout.. Sauf là où il faut: au Senegal. Une Alergie ou une damoclés anti-Karim.. Quien sabe ?

  • Mamadou Diédhiou

    Le premier citoyen doit d’abord montrer l’exemple en rendant les 8 milliards qu’il prétend que c’est Wade qui lui en a offerts. C’est de l’argent volé car Abdoulaye Wade est un voleur. Quand vous acceptez de l’argent volé vous aussi voleur que le donneur. Tous les milliardaires de la république sont tous des voleurs : Senghor, Diouf, Wade, Macky, ensuite les ministres et les DG. Si on doit mettre au gnouf tous ceux qui ont volé les milliards il aurait construire beaucoup de prisons. Un voleur qui poursuit un voleur c’est ça le Sénégal.

  • Kana

    C’est normal l’état était représenté par ce nullard et violeur de El. Diouf ???

  • Mamadou Diédhiou

    Vous n’avez pas honte de prononcer le mot justice en parlant du Sénégal de Macky Sall. Une CREI bidon qui est téléguidée vers des objectifs sélectionnés pour des fins personnelles à savoir liquidation de candidats dangereux. Pour démontrer qu’il n’y a pas de justice donc pas d’État de droits deux exemples :
    – l’affaire des maîtres contractuels radiés l’État représenté par le ministre Serigne MBaye Thiam perd en première instance puis en appel à la cour suprême n’a jamais respecté la décision de la justice qui lui intime la réintégration de tous. Aîda NDiongue embastillée rap tak ( sous Macky Sall, c’est présomption de culpabilité qui fait loi pour l’autre. La CREI qu’il a lui-même ressuscitée a finalement blanchi la pauvre dame et demande à l’État de lui rendre ses biens saisis. Non, Macky Sall se fâche et saisit la cour suprême pour détournement de deniers publics imaginaire. Rebelote , les avocats de la victime ont fait appel en cassant ont gagné la procès. L’État du Sénégal est sommé de rembourser tout à Aïda NDiongue jusqu’au dernier centime. Alors un État bou fokati khaliss diambour bou wekh tall, la justice qui est au-dessus de l’État même neko:”” État, Aïda NDiongue nanko délo khalissam”. Jusqu’à ce jour la bonne dame attend son premier fiftine. Alors État bouy def adou kalpé c’est ça nguène toudé État de droit?