Annonces
Publicité
» » » France: L’une des plus grosses tontines des...

France: L’une des plus grosses tontines des Driankés de Paris braquée

  • Aliou FAMA Aliou FAMA

C’est avec le traumatisme de leur vie, que la centaine de femmes sénégalaises réunies dans un groupe de tontine ont quitté, ce dimanche 21 juin, la salle des fêtes de la paroisse Saint Bruno, à deux pas de la fameuse église Saint-Bernard -siège de la plus médiatisée grève de la faim des sans-papiers pour leur régularisation en 1996- dans le 18 eme arrondissement de Paris.

Ce dimanche, comme chaque 3éme week-end du mois, ces femmes avaient décidé de se rencontrer, partager un repas pour la rupture du jeûne et s’acquitter d’une cotisation de 300 euros par personne, soit 200 mille F FCA. Vu l’importance de la cagnotte, de nombreuses femmes ont entrepris l’achat de terrains ou la construction de leur maison, au Sénégal, avec cet argent.

Ouverte à ses débuts -exclusivement à des Sénégalaise-, la tontine a accueilli, ces dernières années, quelques maliennes, mais aussi des gambiennes. Les échos du succès de ce système d’épargne viagère se faisant entendre un peu partout dans la capitale française et au delà, de nombreuses candidates avaient émis le souhait d’en faire partie. Mais, dès que les premières bénéficiaires avaient reçu leur argent, il était presque difficile d’accepter de nouvelles candidatures.

Ce sont ces femmes là qui sont arrivées, pour s’acquitter du même immuable rituel. De 14 heures jusqu’à 16 heures tout s’est passé comme à l’accoutumée. Et lorsque à 16h 30 la comptable s’est installée devant son bureau, la bénéficiaire assise à côté d’elle, un homme tout de noir vêtu et armé d’un pistolet automatique a fait irruption dans la salle.

«Ce qui est bizarre dans cette affaire, c’est que le bandit ne soit pas venu avant la remise de l’argent. Il a certainement bénéficié de complicité interne. Je ne soupçonne personne, mais seules les membres de la tontine savent à quelle heure l’argent est remis. Mais aussi connaissent les dispositions du protocole, parce que le braqueur est allé directement vers la comptable», peste un témoin oculaire.

Tenant en joue la comptable, il a menacé de tuer la première qui essaierait de bouger ou de crier. Tremblant de tout son corps, cette dernière comme la bénéficiaire, assise à ses cotés, ne se sont pas fait prier pour remettre la cagnotte au braqueur.

Une fois son forfait commis, l’assaillant a quitté la salle en courant laissant derrière lui des mamans en pleurs. Prenant son courage à deux mains, l’une d’elles s’est aussitôt mis à appeler au secours. «Et un groupe de jeunes arabes est parti à la poursuite du bandit et a réussi à l’arrêter.» Confie une autre femme ayant requis l’anonymat.

Interpellé, le braqueur a été longuement battu par la horde de jeunes maghrébins qui squattent les environs du métro Barbes avant d’être remis aux policiers du commissariat de police du 18eme arrondissement. «Le braqueur serait âgé de 16 ans et s’appellerait I. Traoré. Il est inconnu du fichier de police et il serait originaire de Villeneuve Saint Georges, en Essonne, dans le 91» nous a confié une source judiciaire.

En garde à vue depuis dimanche, le braqueur risque de passer une nuit supplémentaire dans les locaux de la police. L’enquête criminelle ouverte à son encontre n’a pas encore été bouclée; vu le nombre des témoins à entendre.

De sources judiciaires, il ressort que le butin du braquage n’a pas été retrouvé sur le délinquant. «Il a déclaré avoir remis l’argent «aux grands du quartier» qui ont commandité le braquage. Et ces derniers ont pu quitter les lieux avant qu’il ne soit interpellé», a déclaré notre source policière.

Plus que l’identité des «grands du quartier», c’est celle de la taupe qui aurait renseigné le braqueur qui sème le malaise dans le groupe. «On m’a présenté le braqueur, c’est un gamin. Même mes enfants sont plus âgés que lui. Quand on sait que dans la salle il y avait des mamans de 70 ans et parfois plus avec toutes sortes de maladies cardiaques, de tensions de diabètes etc… et voir que c’est un enfant africain qui a fait ça, ça me fend le cœur. J’ai trop mal et je suis traumatisée. Mais je ne suis pas la seule dans cet état de choc», soutient notre témoin.

Le lieu du braquage se trouve à 27 km du lieu de résidence du voleur. Aussi, pour rejoindre l’église Saint Bernard par voiture comme par train, le braqueur a passé plus d’une heure en route. Et à Villeneuve Saint Georges d’où est originaire le braqueur réside une sociétaire de l’association.

Même si personne n’est ouvertement indexé, l’atmosphère des suspicions, ici, est très lourde et de nouvelles arrestations ne vont pas tarder à intervenir dans le cadre de ce dossier qui relève, désormais, de la police criminelle.

Observateur

Annonces
Annonces

6 commentaires

  • Mouride-Tidjane
    25/06/2015 15:49

    FAUX c'est une histoire inventée

  • Djene 92
    26/06/2015 21:15

    Histoire veridique je confirme les faits ma mère était présente dans la salle lors du braquage. Le voleur a aussi emporté avec lui le cahier des comptes ! Tiens tiens …

  • Nia
    26/06/2015 22:03

    On a eu affaire a cela, ce sont les enfants qui vendent leurs parents, ils donnent les infos a leurs amis qui attaquent la beneficiaire en route.. Cette fois, ils sont alles loin.

  • Younès
    30/06/2015 19:22

    Ce n'est pas une histoire inventée ça c'est passé juste à côté de chez moi je les ai vu en pleine action donc arrêtez de dire que c'est faux.

  • Nely
    12/07/2015 13:31

    Pourquoi des tontines en Europe. Il ya les banques qui sont plus sures que ces genres d association

  • Émélie
    13/02/2016 22:35

    Les banques… Sures … affûtez vos connaissances sur les banques… On s,en reparlera !

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces