Des passeurs sénégalais et guinéens se font de l’argent à la frontière

Des passeurs sénégalais et guinéens se font de l’argent à la frontière

La fermeture de la frontière Sud, avec  notamment la Guinée Conakry, pour cause d’Ebola, n’est visiblement pas préjudiciable à tout le monde. Des passeurs Sénégalais et guinéens ont fait de cette mesure conservatoire des autorités sénégalaises une aubaine, en développant, le long de la frontière, un florissant business : la traversée clandestine de la frontière.

De cette montée en puissance du dispositif de sécurité le long de cette frontière, qui a mis sous perfusion l’économie locale et restreint les mouvements des populations entre les deux pays, est né un nouveau type de business.

Il s’agit de la traversée clandestine de la frontière en jouant à malin, malin et demi avec les forces de l’ordre en présence. Une nouvelle forme de trafic  ajustée et mise à jour par des  contrebandiers sénégalais, dès les premières heures qui ont suivi le durcissement de la surveillance de la frontière Sud.

Appréciant la forte demande de guinéens massés dans diverses localités de la frontière avec le Sénégal, les contrebandiers ont mis en place des convois clendestins de passagers. La demande étant amplement supérieur à l’offre, ils ont arrêté une fourchette de prix allant de 15000 à 25000 f CFA en fonction de la disatnce avec la frontière sénégalaise.

Ce busness florissant ne va pas durer longtemps. Le dispositif mixte ( gendarmerie-police-douane) leur coupe l’herbe sous les pieds en occupant assidument les pistes empruntées et les abords du parc Niokolo Koba.

1 COMMENTAIRE
  • kia

    mm si on etiez a lapprioche du monde les senegalais ne cesseraient jamai d etre corrompus

Publiez un commentaire