Julian Assange libéré après un accord avec la justice américaine

Julian Assange libéré après un accord avec la justice américaine

Julian Assange a quitté la prison de haute sécurité de Belmarsh le matin du 24 juin, après y avoir passé 1901 jours. Libéré sous caution par la Haute Cour de Londres, il a été relâché à l’aéroport de Stansted dans l’après-midi, où il a embarqué dans un avion pour quitter le Royaume-Uni. Cette libération est le résultat d’une campagne mondiale impliquant des organisateurs de base, des défenseurs de la liberté de la presse, des législateurs et des dirigeants de tout le spectre politique, jusqu’aux Nations Unies.

Cette mobilisation a permis une longue période de négociations avec le Département de la Justice des États-Unis, aboutissant à un accord. Après plus de cinq ans dans une cellule de 2×3 mètres, isolé 23 heures par jour, Julian Assange retrouvera bientôt sa femme Stella Assange et leurs enfants, qui n’ont connu leur père que derrière les barreaux.

WikiLeaks a publié en 2010 des centaines de milliers de documents militaires américains classifiés sur les guerres menées par Washington en Afghanistan et en Irak, les plus grandes atteintes à la sécurité de ce type dans l’histoire militaire américaine. Ces documents, divulgués par Chelsea Manning, une ancienne analyste du renseignement militaire américain, comprenaient des câbles diplomatiques et des récits de champs de bataille. L’un des documents les plus notoires est une vidéo de 2007 montrant un hélicoptère Apache américain tirant sur des insurgés présumés en Irak, tuant une douzaine de personnes, dont deux journalistes de Reuters.

Julian Assange a été inculpé sous l’administration de l’ancien président Donald Trump pour la publication massive par WikiLeaks de documents secrets américains. Chelsea Manning a également été poursuivie en vertu de la loi sur l’espionnage. Le trésor de plus de 700 000 documents publiés par WikiLeaks a eu un impact profond sur la perception publique des actions militaires et diplomatiques des États-Unis.

Assange a été arrêté pour la première fois en Grande-Bretagne en 2010 sur la base d’un mandat d’arrêt européen après que les autorités suédoises ont déclaré vouloir l’interroger sur des allégations de crimes sexuels qui ont ensuite été abandonnées. Pour éviter l’extradition vers la Suède, il s’est réfugié à l’ambassade de l’Équateur, où il est resté sept ans. En 2019, il a été traîné hors de l’ambassade et emprisonné pour avoir échappé à la caution. Depuis, il se trouvait dans la prison de haute sécurité de Belmarsh, à Londres, d’où il a lutté pendant près de cinq ans contre son extradition vers les États-Unis.

En parallèle, un acte d’accusation signé également par Julian Assange, déposé le 25 juin 2024 devant la Cour de district des États-Unis pour les îles Mariannes du Nord indique que Julian Assange est accusé de conspiration pour obtenir et divulguer des informations sur la défense nationale. Selon le document, Assange n’était pas citoyen des États-Unis, ne possédait pas de clearance de sécurité américaine, et n’avait pas l’autorisation de posséder, accéder ou contrôler des documents relatifs à la défense nationale américaine.

L’acte d’accusation précise que Chelsea Manning, une analyste du renseignement de l’armée américaine ayant une clearance TOP SECRET, a conspiré avec Assange pour obtenir des documents classifiés. Ceux-ci incluent des matériaux classifiés jusqu’au niveau SECRET, communiqués à des personnes non autorisées. L’accusation repose sur des violations du Title 18, Section 793 du Code des États-Unis.

2 COMMENTAIRES
  • Tahibe

    Liber bass diakhaté

    • Sylla

      On te parle de pastilles et toi tu nous parles de caca de chèvre ?

Publiez un commentaire