(Cojer Kanel) Lettre ouverte à Macky Sall: Agir pendant qu’il est temps

(Cojer Kanel) Lettre ouverte à Macky Sall: Agir pendant qu’il est temps

En 2008, alors que le régime libéral avait pris l’option de vous museler à travers une manipulation de l’institution parlementaire dont la finalité est de vous démettre de vos fonctions de Président de l’Assemblée nationale, tous les démocrates s’étaient levés pour fustiger la banalisation des institutions.

Fascinés, meurtris et sensibles à votre cause, nous avions pris l’option de tout abandonner pour vous accompagner dans votre noble et exaltant combat. Que de péripéties franchies et d’obstacles surmontés. Des villages les plus reculés jusqu’aux hameaux  les plus inaccessibles, nous sentions en vous cette volonté inébranlable  d’expliquer et de démontrer l’opportunité d’une offre politique aux Sénégalais.

Monsieur le Président de la République, au-delà des progrès à saluer, la jeunesse demeure plus que jamais déterminée à vous accompagner pour la concrétisation de vos rêves de faire du Sénégal un pays émergent. La jeunesse doit être préparée à assurer la pérennité des acquis que vous laisserez au peuple sénégalais. Elle endure actuellement  un déficit d’insertion massive dans l’appareil d’Etat.

Monsieur le Président de la République, vous me permettrez de parler des jeunes de la région de Matam. Une jeunesse qui souffre d’une carence de représentation dans les différentes sphères de décision. Une jeunesse qui fait face à un problème d’interlocuteurs à cause de l’inaccessibilité grandissante et paradoxale des directeurs généraux et des ministres de la région.

Et pourtant, Monsieur le Président de la République, je puis vous assurer que vous avez à côté de vous une jeunesse qui a tout donné et sur qui compter pour la réalisation  de votre mission. Ne serait-ce que dans le cadre de la mobilisation des militants et sympathisants à l’occasion des compétitions électorales, la jeunesse est sur le terrain pour fidéliser l’électorat  voire faire rallier les électeurs les plus indécis.

Monsieur le Président de la République, il urge de prendre des mesures conservatoires avant qu’il ne soit trop tard. Parce que la frustration a fini d’être le sentiment le plus partagé à cause de l’éloignement de vos représentants. Des mois se sont écoulés, des années s’allongent et bientôt la fin de votre quinquennat. La jeunesse veut participer à l’édification de votre œuvre.

Monsieur le Président de la République, la jeunesse de Matam a envie de marquer sa présence dans les sphères de décision. Elle regorge de compétences dans plusieurs domaines. Elle a envie d’être réarmé pour se dresser en boucliers contre les contempteurs de vos actions.

Monsieur le Président de la République, permettez à la jeunesse de pouvoir défendre  vos actions. Cela passe, par une forte responsabilisation des jeunes. Car le vrai combat, c’est la réalisation d’un bon bilan et la capacité de le défendre.

Déjà la jeunesse républicaine  se réjouit de la stabilité constitutionnelle dans laquelle vous vous êtes inscrits. Contrairement à votre prédécesseur qui avait battu le record des révisions constitutionnelles, Monsieur le Président de la République, vous avez redonné à la République ses vertus et rétabli ses valeurs. En attendant le rendez-vous de 2017, il est possible de garder espoir, mais tout en veillant à une insertion et une forte responsabilisation des jeunes.

Houdou Boubou Dia Coordonnateur

  de la Cojer/département de Kanel

Chargé de la formation du MEER/Région de Matam

Yo_alpha@hotmail.fr

776325221

COMMENTAIRES
    Publiez un commentaire