Burkina: L’opposition appelle à un rassemblement pour contester le nouvel homme fort du pays aujourd’hui

L’opposition et la société civile du Burkina Faso appellent la population à une démonstration de force dimanche pour contester le nouvel homme fort de la transition, le lieutenant-colonel Isaac Zida, adoubé par l’armée.

Vingt-quatre heures après la chute et la fuite du président Blaise Compaoré, chassé par la rue après 27 ans de pouvoir, les hauts gradés de l’armée ont mis fin à leurs dissensions et ont désigné samedi «à l’unanimité» le lieutenant-colonel Zida, 49 ans, numéro deux de la garde présidentielle, comme chef d’un régime de transition, aux dépens de son rival, le chef d’état-major des armées, le général Nabéré Honoré Traoré, qui briguait le poste.

 

Se voulant rassurants pour éviter le spectre d’une junte autoritaire, les militaires ont affirmé que cette transition se ferait de manière démocratique, en concertation avec l’opposition et avec la société civile, tout en restant flous sur les modalités pratiques.

Mais l’opposition et la société civile du petit pays sahélien ont refusé catégoriquement une «confiscation» du pouvoir par l’armée et ont appelé à un nouveau rassemblement dimanche à 08h00 heure locale sur la place de la Nation dans la capitale Ouagadougou.

C’est la place emblématique de la contestation contre le régime Compaoré, rebaptisée par le peuple «place de la Révolution», comme dans les années 1980 au temps du président Thomas Sankara, icône du panafricanisme encore dans les mémoires de tous les Burkinabè.

COMMENTAIRES
    Publiez un commentaire