Babacar Gaye analyse froidement le discours du Président Sall

Babacar Gaye prévient Macky Sall : « Awa Ndiaye a été reconnue coupable de malversations » - Un homme portant des lunettes et regardant la caméra - Macky Sall

Un discours haut en couleurs

Mes impressions à chaud se résument en deux points.

Dans la forme, j’ai aperçu un President dont l’embonpoint apparent est mis en relief par une cravate à pois mal ajustée.

Dans le fond, trois idées maîtresses ont retenu mon attention au delà des incantations sur un mirifique PSE.

1. Culte de la discipline

Le Président rappelle les sénégalais à l’ordre alors que dans Bennoo Book Yakaar comme au sein de son parti, l’indiscipline est la chose la mieux partagée. Moustapha Cisse Lo et Youssou Touré en sont l’exemple achevé. Les sénégalais travaillent dans la discipline partout où des femmes et des hommes qui y croient, ont investi leurs maigres économies. C’est à l’Etat et à l’administration dont il est le Chef de se reformer.

2. L’esprit de dépassement

Qui mieux que le President Sall pour montrer la voie. Pour un oui ou pour un non, des citoyens sont incarcérés pour avoir exprimé leur opinion sur la marche du pays et sur le comportement de leurs dirigeants. Alors que les opposants sont envoyés en prison pour les empêcher d’exercer leurs droits à la différence, on déroule le tapis rouge de la notabilité aux transhumants qui ont été épinglés dans des rapports pour malversations ou détournement de deniers publics; si ce ne sont des inculpés pour meurtre qui squattent les allées de la République.

3. Un appel au Rassemblement

Après avoir reconnu implicitement que le Senegal est coupé en deux camps qui se regardent en chiens de faïence, le Président fait appel aux forces vives de la Nation autour de l’essentiel en vue de relever ensemble les défis du développement.Le Pds fustige l’apologie de la Transhumance et trace les contours du type de rassemblement qui a sa préférence:

– La restauration des valeurs de la république, la neutralisation de la dynastisation rampante et le Neddokobandumisme triomphant;

– La poursuite du processus de démocratisation que ses prédécesseurs ont mis des années à construire;

– La restauration de l’Etat de droit malmené et la fin de l’instrumentalisation de la Justice pour combattre des adversaires politiques.

Une fois ces pré-requis réalisés, le Pds est pour que la majorité gouverne afin de respecter ses engagements électoraux et que l’opposition s’oppose librement.

En dehors de ce triptyque, aucune compromission ne devrait servir de leitmotiv pour faciliter la réélection d’un candidat prématurément en campagne.

2 COMMENTAIRES
  • jolof jolof bi

    BIEN DIT BABACAR .

  • ousmane y

    c un aigri qui parle.

Publiez un commentaire