Affaire Guy M. Sagna – Fou malade dénonce « un délit d’opinion »

Affaire Guy M. Sagna – Fou malade dénonce « un délit d’opinion »

Malal Talla s’est indigné, mercredi, contre l’arrestation de l’activiste Guy Marius Sagna. Selon le membre du mouvement citoyen Y en  à Marre, « il y a un délit d’opinion au Sénégal » où la liberté d’expression est bafouée par le régime en place.

Pour laver à grande eau le leader du mouvement Frapp-France dégage, Malal Talla n’y est pas allé par quatre chemins. A l’instar de nombre de Sénégalais qui défendent Guy Marius Sagna dans cette affaire, le chroniqueur à la Télévision Futurs Médias (Tfm) botte en touche le motif « de fausse alerte » au terrorisme pour lequel l’activiste est dans les liens de la détention. Sur sa page facebook, « il n’a réclamé que de meilleures conditions dans les hôpitaux du pays à l’occasion du décès de Tanor Dieng« , se souvient-il. Un fait qu’il qualifie de bien.

Guy Marius ne coordonne pas le mouvement

Malal Talla se souvient encore pour étayer son propos, des circonstances dans lesquelles le leader du mouvement Frapp-France dégage s’est embourbé dans cette affaire qui défraie la chronique. Selon lui, les propos pour lesquels Guy Marius Sagna a été arrêté, ont filtré d’une conférence presse. Pourtant, assure-t-il, l’activiste ne coordonne pas le mouvement. Ce, même s’il en fait partie. Tout cela, pour dire que c’est le coordonnateur qui aurait dû être arrêté.

Plan d’action pour faire libérer Guy Marius

Une conférence de presse sera organisée vendredi prochain, au siège d’Amnesty, en présence « d’artistes du mouvement citoyen, d’Amnesty international, de la Radho et autres », a-t-il déclaré, précisant qu’il sera question de remettre les pendules à l’heure.

6 COMMENTAIRES
  • Ousmane Senghor

    Toi tu n’est pas un exemple dans ce pays

  • Ousmane Senghor

    Et je le repete

  • alessandro lopy

    Espèce de con

  • Adama Beye

    Ton mouvement est finance par qui? Gros lard.

  • Modou Zilette

    Merci Fou Malade , Tu es du cote de la vérité.

  • Samba

    Arrêter ils faut appeler un chat un chat désormais nous vivons sous une dictature pour preuves les arrestations arbitraire et intimidations commences et bientôt atteindre nos responsables politiques et parties civiles et des manifestations réprimander dans le sang c’est le sacrifice et le prix à payer pour la liberté la dignité est le respect d’un peuple

Publiez un commentaire