PUBLICITÉ
mme mbacké - 8 mars:  A l’honneur des Femmes par (Mme Khady Diéne Mbacke)

8 mars: A l’honneur des Femmes par (Mme Khady Diéne Mbacke)

A l’honneur des FEMMES.

Si Ève à elle seule a réussi à bouleverser le destin en nous faisant descendre sur terre, sachons que
DIEU est grand mais Femme n’est pas PETITE.
En ce jour du 8 Mars choisi pour magnifier la femme (même si chaque jour est un 8Mars pour nous), à travers ma plume j’exalte aujourd’hui la GRANDEUR et la sacralité Féminine.
A l’heure où j’écris, des femmes sont entrain d’accoucher sur des charrettes en reliant des postes de santé qui se trouves à des Km, d’autres ont accouché dans leurs maisons fautes de moyens, d’autre ont perdu la vie en donnant la vie.
En ce moment, des milliers de femmes sont dans les champs sous le soleil ardent de Zenith, d’autres sont au travail, d’autres à la maison pour les corvées ménagères, d’autres ont franchi les frontières pour s’établir dans d’autres cieux plus cléments, d’autres sont entre deux voitures ou deux avions rien que pour subvenir aux besoins de ses enfants et des familles.
En ce moment des femmes sont en prison : les unes pour avoir voulu se séparer d’un enfant né d’un viol, d’autres par amour pour avoir ébouillanté une maîtresse ou coépouse.
A ce moment T, des femmes sont toujours violées, torturées, battues, excisées et des femmes subissent toujours les mariage précoces.
Jusqu’à ce 8 Mars 2019, les femmes ont toujours des problèmes d’accessibilités aux financements, aux terres, aux instances de grandes décisions, à l’obtention des marchés publics et privés et à la légalité de
nos droits.
Et pourtant se sont nous les femmes qui hissent les hommes aux plus grands sommet de par nos applaudissent, nos votes et notre engagement.
Nous femmes sachons que si Dieu nous exalté dans le coran, le prophète Seydina Mohamed nous a rendu hommage grâce à Khadyja et Cheikh Ahmadou Bamba par FUTZI nous parle de María, nous devons savoir que nous occupons une place de choix dans la vie et que nous sommes incontournables.
Je souhaite que cette journée puisse permettre de diagnostiquer les maux de toutes les femmes et que des solutions immédiates et durables soient trouvées. Il ne faut pas que cette journée soit un moment festif où on s’adonne à notre sport favori : chanter, danser et applaudir. Je prie que cette journée ai un impact positif sur nous à partir du 9 Mars 2019 et nous permet d’aller de l’avant.
Du courage et bonne continuation mes chères grand-mères, mamans, tatas, sœurs et filles n’est pas FEMME qui veut et c’est dur d’être une femme. Cette hommage est dédiée à toutes les femmes du monde, mais en particulier à ma très chère
MAMAN, longue vie à toi brave dame.
Mme Khady Diéne MBACKE :
Chef d’entreprise 
[email protected]

8 Mars Femmes
whatsapp 238
Annonces

(14) commentaires

Cheikh

Voilà le genre de discours qu’il faut pour cette, journée. Merci Mme vous avez listé tout vos besoin et avec beaucoup de classe. J’espère que nos dirigeants vous liront.

Fatou Fall

Cheikh tu as raison, mais c’est écrit Mme donc pas la peine de noté la classe. Mais elle a une belle plume ma soeur. Fond comme forme du texte RAS

Ousmane Diatta

Congratulations Mrs. MBACKE
Keep up the good job.

Ibou Kara

J’apprécie la partie où elle dit: nous hissons les hommes au sommet… C’est bien, mais si vous vous soutenez mutuellement se serait une bonne chose pour vousavous aussi. C’est très pertinent de l’avoir souligné. Aussi c’est avec tristesse que j’ai lu la partie: les femmes meurent toujours en donnant la naissance….font des km pour accoucher, car je viens d’un village et c’est dans ces circonstances que ma femme a perdu la vie. Donc tu m’a remonté le moral et depuis que je lis vos textes c’est toi seule qui a parlé du monde rural. Je t’encourage Mme Mbacké et se serait bien que vous laisser votre email pour qu’on puisse vous contacter. Tu est très pertinente ma soeur.

Malick Svt

Belle analyse. Mme Mbacké on est fier d’avoir des femmes engagées comme vous dans ce pays. Déjà être entrepreneur, c’est être un grand patriote.

Oumou Kalsoum

Ma soeur en te lisant on sent la sincérité de tes propos et on sent aussi cette volonté de résoudre les maux de toutes les femmes.

Khalaasse

La Femme sénégalaise s’est elle-même dévalorisée depuis qu’elle est utilisée pour bourrer des urnes, acheter des Cartes d’Electrices, voler des documents électoraux défavorables, etc. Parle-t-on de la Femme sénégalaise, nommée Ministre, DG ou Directrice d’Agence ou de a Femme Mairesse ou Députée? Ces Femmes-là ne nous honorent pas non plus ! Ce sont des laudatrices du régime en place ! On conçoit tout à leur place !De quelle femme parle-t-on alors au Sénégal ? Il n’y a plus de Maïmouna Kâne !

Khalaasse

Mme Mbacké au moins à oser parler de vos applaudissements, au moins elle est une observatrice avertie et n’a pas hésité à mettre un doigt sur ce qu’il ya à refaire chez vous. Une de pertinente qui sauve l’honneur mais les autres se jettent des fleurs à elles mêmes

Jean

Tout est exact. Mais que préconisézpréconiséz vous régler tout des problèmes? C’est ce qui manque aux femmes: savoir résoudre leurs problèmes. Comment faire pour ne plus être « femme objeyobjet ». Et aux autres qui pensent qu’être femme, c’est s’exhiber avec des tenues et propos indécentes.

Vincent

MERCI MME MBACKE AU MOINS UNE QUI COMPREND QU’ON PARLE DES DROITS DE LA FEMME POUR CETTE JOURNÉE. MÊME VOTRE MINISTRE DE LA FEMME N’EST PAS DANS LE CONTEXTE. TA PERTINENCE VIENT DU MONDE RURAL QU’ON A ZAPPÉ DANS TOUT LES DISCOURS ET REPORTAGES. CETTE JOURNÉE N’EST PAS FAITE POUR CHANTER ET DANSER COMME TU LA SI BIEN DIT. JE SUIS AUX USA MAIS SAURAIT ÉTAIT UN DÉBAT, ON AURA BEAUCOUP À ÉCHANGER AVEC VOUS

Vincent

J’ALLAIS OUBLIER, PRENEZ CE TEXTE CHERS DAMES ET CONSIDÉRER LE COMME DES ASSISES CAR TOUT LES DROITS QUE RÉCLAMENT MME S’ILS SONT SATISFAIt, CETTE JOURNÉE N’AURA PLUS SA RAISON D’ÊTRE.ET ON SOUHAITE QUE MÊME LE PRÉSIDENT VOUS LIS.

Sylvie

Vincent mon professeur, welcome happy to read you. Merci encore une fois à notre soeur, il faut être déjà Femme pour parler de Femme et vous êtes Femme; c’est pourquoi tu as su nous servir ce texte signe d’une représentante de la cause féminine. Et ta culture générale est extra quand tu parles de Khadyja, de Futzi ect..en tout cas toute la gente féminine est ravie de ton plaidoyer et on espère que nos droits seront rétablis. Une compatriote depuis Chicago.thank sister

Adji

Texte très pertinent c’est pourquoi le débat est pertinent. A lire les contributions on sait que c’est d’une grande pensée. Bonne fête à toutes les femmes.

Professeur

Le problème est que même les journalistes et nos gouvernants oublient qu’on parle de journée des droits de la femme, comme l’a si bien comprise Mme Mbacké. Souvent on invité de femmes qui parlent de leurs parcours ou des stars ou on se lance dans le folklore et déguisements à n’en plus finir alors que c’est ce genre de débat qu’on devrait avoir. Chapeaux bas à Mme d’avoir toucher le fond, d’avoir réussi à cadrer le thème là où beaucoup ont fait hors sujet

Publier un commentaire