PUBLICITÉ
salaires

Zimbabwe : Des fonctionnaires déclinent une hausse de salaires

Une hausse de salaires d’à peine deux chiffres, de 10%, aurait déclenché une hystérie générale chez la plupart des fonctionnaires africains. Mais au Zimbabwe, quelque 400 000 fonctionnaires font la fine bouche face à une offre de 76% proposée par le gouvernement.

Hausse en deçà des attentes

Dans un communiqué ce vendredi, le syndicat du secteur public (l’APEX Council) a jugé ce niveau inférieur aux attentes, notamment pour les salaires les plus modestes. Ces derniers ne gagneront que 1 023 dollars zimbabwéens contre une attente de 4 750 dollars. Mais loin d’être un caprice, il faut bien s’imprégner du contexte local pour comprendre ce qui peut paraître comme incompréhensible.

Cherté de la vie

L’inflation a en effet atteint des niveaux impensables qui ont fortement corrodé le pouvoir d’achat des ménages. Le pays avait introduit en juin dernier, une nouvelle monnaie, pour tenter de sortir du cercle infernal de l’inflation qui rythme l’économie du pays depuis les années 2 000. Mais le même mois, l’inflation a atteint les 175% en rythme annuel.

Et les choses n’ont pas évolué avec le temps. Même si l’agence nationale de la statistique a décidé de ne plus publier d’information sur l’inflation jusqu’en février 2020, l’inflation a atteint 230% fin juillet, selon John Robertson, un économiste basé à Harare, cité par Bloomberg.

Menace de grève générale

La proposition du gouvernement est arrivée alors que le pays est sous la menace d’une grève généralisée, à commencer par les enseignants qui ont annoncé un débrayage. Dans la plus grande université publique du pays, les enseignants ont indiqué ne plus être en mesure de se rendre au travail, faute de pouvoir assurer leurs frais de transport.

Le vrai problème, selon les analystes, est que toute hausse de salaires des fonctionnaires devrait entraîner une augmentation proportionnelle de l’inflation. Le cycle vicieux de l’hyperinflation n’est pas près de s’arrêter.

Salaires Zimbabwe
Annonces

Publier un commentaire