Sanctions de la CEDEAO contre le Mali: Veto de la Chine et de la Russie(Chadha Weslati journaliste)
PUBLICITÉ

Sanctions de la CEDEAO contre le Mali: Veto de la Chine et de la Russie(Chadha Weslati journaliste)

La Communauté économique des pays de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a imposé des sanctions sévères au Mali, où un coup d’État a eu lieu en mai 2021, et a fermé les frontières terrestres et aériennes avec l’État en raison du report des élections.

Les nouvelles mesures ont été prises par la communauté lorsque les autorités intérimaires du Mali ont proposé de reporter les élections de février 2022 à décembre 2025. La CEDEAO a qualifié d’inacceptable le calendrier d’un retour à l’ordre constitutionnel. « Ce calendrier signifie simplement qu’un gouvernement militaire de transition illégitime prendra le peuple malien en otage », a ajouté l’organisation.

Toutes les transactions financières avec le pays par les membres de la communauté, à l’exception des transactions vitales, sont suspendues, les avoirs de l’État malien sont gelés dans des banques à but non lucratif, ce qui prive effectivement le pays d’accès aux marchés financiers régionaux.


En réponse à la décision de la CEDEAO, le gouvernement malien a promis de fermer son côté de la frontière avec les pays de la communauté, de rappeler ses ambassadeurs et de se réserver le droit de reconsidérer son adhésion à l’organisation.

Assimi Goita a regretté que la CEDEAO n’ait pas pris en compte la complexité de la situation au Mali et a ignoré les arguments de Bamako selon lesquels les élections ne pourraient pas se tenir sur fond d’intensification des terroristes.

Le président de transition a également appelé les compatriotes à se rassembler pour réaffirmer la position du pays, protéger les intérêts suprêmes de la nation et apaiser les divisions. La Russie et la Chine bloquent le soutien de l’ONU aux sanctions de la CEDEAO contre le Mali. Les deux pays ont empêché le Conseil de sécurité des Nations Unies de soutenir une décision du bloc économique ouest-africain de la CEDEAO d’imposer de nouvelles sanctions au Mali, après que ses chefs militaires ont proposé de rester au pouvoir jusqu’à cinq ans avant d’organiser des élections.

L’ambassadeur chinois Dai Bing a noté que le Mali est au milieu d’une période de transition critique et a déclaré que les forces extérieures doivent s’abstenir d’exercer une pression excessive sur le pays d’Afrique de l’Ouest.

Prenant note des récentes mesures de la CEDEAO, ainsi que de la réponse des autorités de transition, il a encouragé les deux parties à renforcer le dialogue et à résoudre les problèmes régionaux. La Russie a rejeté la proposition de déclaration du conseil comme étant déséquilibrée et a exprimé sa sympathie au gouvernement.

« Nous comprenons et sommes conscients des difficultés rencontrées par les autorités maliennes dans la préparation des élections législatives », a déclaré l’ambassadeur russe Vassily Nebenzia.

Chadha Weslati journaliste…

3
PUBLICITÉ