BRVM-10 161,28 -0,82 BRVM-C 170,24 -0,38 Dernière mise à jour : Jeudi, 13 décembre, 2018 - 22:45

BOA SN

-5,29

SONATEL

-0,63

TOTAL SN

0,00
PROGRAMMES TV
L'horoscope du jour Horoscope du jour En ce moment à Dakar 24° clear-night
Annonces

L’instauration et la sécurisation du parrainage, Par Farba SENGHOR

Farba Senghor, parrainage
L’instauration et la sécurisation du parrainage, Par Farba SENGHOR

Je voudrais donner aux Sénégalais mon avis sur le parrainage et proposer un système de sécurisation du processus de parrainage.

A mon avis , le parrainage est une réponse aux préoccupations des Sénégalais, particulièrement des acteurs politiques de tout bord et des citoyens qui se sont plaints jusque-là du pléthore de partis politiques et de listes de candidats aux dernières élections législatives .

Le recours au système de parrainage bien sécurisé règle le problème de rationalisation des candidats et des dépenses engagées pour la tenue des élections. il simplifie l’organisation et le déroulement du vote .

Le système de parrainage citoyen sélectionne le nombre de candidats à une élection en se basant sur leur capacité à mobiliser des soutiens parmi les électeurs. Ainsi pour qu’une candidature soit validée par le conseil constitutionnel, elle doit être approuvée préalablement par des signataires dont le nombre est fixé par le code électoral.

En effet , le parrainage élimine d’une manière drastique, les candidatures fantaisistes, farfelues, cartes de visites et le monnayage des voix au second tour de l’élection présidentielle. En plus, il garantit l’organisation d’un vote normal avec la réduction des candidats et des listes en compétition.

L’ÉGALITÉ DES CITOYENS DEVANT LA LOI 

Le parrainage restaure l’égalité des citoyens devant la loi car depuis l’adoption du code électoral de 92 , les candidats issus de la société civile sont seuls soumis au parrainage. Ils doivent prouver leur niveau de représentativité au plan national afin d’avoir le droit de participer à une élection présidentielle ou législative.
Ce qui n’a jamais été le cas pour les candidats portés par des partis politiques qui se présentent allègrement sans écueil quel que soit leur niveau de représentativité.

UN ATOUT POUR ASSAINIR LE CHAMP POLITIQUE 

Les candidats les plus faibles seront obligés de se retirer de la course pour se ranger derrière les plus représentatifs; c’est à dire ceux qui sont capables de réunir le nombre de parrains requis. Il s’agit là d’une véritable présélection.

Par la même occasion, le parrainage est susceptible de resserrer les rangs au sein de l’opposition qui éprouve d’énormes difficultés à s’unir derrière un candidat avant le premier tour à cause de la multitude de prétendants souvent très prétentieux. Ainsi, dans le camp du Front de l’opposition, tout le monde veut être candidat.

Il en est de même pour le pouvoir qui devrait être à l’abri d’un effritement né de certains alliés qui seraient tentés de faire valoir des prétentions sans commune mesure avec leur poid politique réel en procédant par des menaces de départ.

En tout état de cause, les candidats sérieux n’auront aucune peine à recueillir le nombre de parrains obligatoires.
En plus, la période de parrainage pourrait leur offrir un cadre de campagne de proximité pour mobiliser leurs militants ou sympathisants et pour jauger leur degré de représentativité. En effet, les citoyens et même les militants des partis politiques se plaignent de ne recevoir les partis et les candidats que pendant la période électorale. Après une élection, ils n’ont droit même pas au moindre remerciement. Avec le parrainage, la donne pourrait ainsi changer les relations entre candidats et citoyens avec l’obligation de réunir des parrains dans plusieurs régions du pays.

Les partis comme le Pds, le Rewmi, le grand parti, l’Apr , le Ps , l’Afp, Aj ou Ajpads , le Pit , la ld , Fsdbj, ..n’auront aucun problème pour avoir le nombre de signatures nécessaires.


LE DIALOGUE POLITIQUE EST NÉCESSAIRE

Le parrainage arrive à son heure, seulement, il faut rétablir le dialogue entre le pouvoir et l’opposition pour définir par consensus ses contours afin de sécuriser l’opération. En fait, les candidats crédibles ne devraient pas s’opposer systématiquement à l’adoption du parrainage si toutes les conditions sont réunies pour sécuriser le système.

J ‘espere qu’il n’est peut-être pas trop tard pour le faire puisque le projet de loi en cours d’examen est sujet à des amendements avant son vote à l’assemblée nationale. Le consensus me paraît donc toujours possible.

FIXATION DU NOMBRE DE PARRAINS CITOYENS.

Les différentes parties en face devraient discuter du nombre de parrains.

En effet , le parrainage citoyen est en vigueur dans plusieurs pays du monde . Le nombre de parrains citoyens varie de 15.000 à 200.000 signataires. Au Sénégal, on pourrait le fixer par consensus à 30.000, 40.000 , 50.000, 1% , 0,75 %, 0,5% des derniers votants ou du fichier électoral. Tout dépend de la volonté politique des uns et des autres .
SÉCURISATION DU PARRAINAGE.
Ensuite , les différentes parties devraient s’accorder sur les modalités de recensement et de contrôle des parrains pour la sécurisation du système.

Pour régler ces questions précises, je voudrais suggérer un système de sécurisation du processus de parrainage.

Le système de sécurisation du processus de parrainage consiste à créer dans chaque département une commission départementale de recensement des parrains présidée par un magistrat ou par le président du tribunal départemental et au niveau national, une commission nationale de recensement des parrains présidée par le président de la cour d’appel de Dakar. Les dites commissions devraient être mises en place dans les mêmes conditions, procédures, compositions et fonctionnement que celles prévues par le code électoral pour le recensement du vote.

Elles seraient composées par des magistrats, les représentants des candidats et de la CENA.

Ainsi, les commissions départementales de recensement des parrains procèdent au recensement des signataires dont les listes sont déposées par les représentants des candidats aux tribunaux départementaux qui arrêtent la liste des parrains par candidat et en déterminent le nombre.

Chaque candidat pourrait déposer une liste de parrains supplémentaires au tribunal départemental pour remplacer au besion des doublons avec d’autres candidats et des rejets.

Ensuite, la commission nationale de recensement des parrains auprès de la cour d’appel procède pour chaque candidat au recensement global, aux confrontations des données, des signatures et aux rectifications.
Par la suite, elle proclame les listes des parrains pour chaque candidat et ouvre la période de contestations et de recours.

Puis, le président de la cour d’appel remet un quitus à chaque candidat avant de transmettre les dits procès verbaux qui en résultent au conseil constitutionnel qui, en dernier ressort, vide le contentieux et valide les candidatures dans les conditions et délais prévus par la loi.

Le quitus certifie le dépôt du parrainage et accompagne le dossier du candidat.

Entre temps, les candidats peuvent faire des recours auprès du conseil constitutionnel dès la proclamation de la liste des parrains par la cour d’appel.

Annonces
Annonces

8 commentaires

  1. Rafna dit :

    Farba taye mome aye wakhou niit Ndiaye nga wakh

  2. Abdou Diallo dit :

    Félicitations Mr le Ministre pour la pertinence de votre arguments en faveur du parrainage

  3. Sy+Abou dit :

    Mon cher farba votre point de vue est très bon mais il fallait répondre au dialogue et donner votre idée

  4. smac dit :

    Un fumier de la pire espèce

  5. Aminata Samb dit :

    Cher Farba je ne sais pas qui vous a dicté le texte mais votre hypothèse peut trouver solution

  6. ibou dit :

    Farba fait un beuge il est l’un des parrain de macky au legislation batard

  7. Pape Thiam dit :

    Yaw New bouw dokhga amoule ko lene di top koudoule maky sall. Yaw de. Loune wakhagako .maky

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *