Linguère : Les ASP déclenchent une grève de 72 heures
PUBLICITÉ

Linguère : Les ASP déclenchent une grève de 72 heures

Les Agents de sécurité de proximité (Asp) de Linguère observent une grève de 72 heures à compter de ce jeudi, 7 janvier. Un mot d’ordre pour réclamer des meilleures conditions de travail et le renouvellement de leurs contrats. Documents arrivés à expiration depuis le 31 décembre dernier.

Ces agents de sécurité de proximité réunis devant leur direction craignent pour leur avenir. « Aujourd’hui, nous sommes là. L’ensemble des Asp du département de Linguère. Ceux qui ne sont pas là, c’est parce qu’ils n’ont pas le temps mais ils ont donné leurs accords. Ces 72 heures émanent d’une décision collective de l’ensemble des départements du Sénégal. Notre corps a été créé en 2013. Depuis lors, le président ne fait que nous tenir des promesses après 9 ans de service de volontariat avec de maigres revenus. Le président a toujours parlé de corps spécial. Tout ce qu’il nous dit jusqu’à présent est vain. Nous n’allons pas cassé ou barré la route. Nous avons notre méthode qui consiste à refuser d’aller au travail pour montrer aux autorités que nous leurs écoutons, nous croyons aussi en eux. Mais vraiment, ils n’ont rien fait« , a déclaré sur Rfm, le porte-parole Pathé Mbengue.

Menace…

En service depuis 2013, les jeunes disent avoir servi avec dévouement leur Nation. Mais leur sort demeure délicat. « Si notre doléance n’est pas satisfaite, on essaye tout simplement de coordonner à l’unanimité dans tous les départements et essayer de décréter encore d’autres mouvements […]« , a-t-il prévenu.

Risque de répercussions

Cette grève de 72 heures risque d’avoir des répercussions dans les différents services publics quand on sait le rôle qu’ils jouent au quotidien.

Répondre à Malck Annuler la réponse

14
PUBLICITÉ

1 commentaire

  1. Malck

    Est-ce que vous comprenez ce qu’est fin de contrat ? Le renouvellement n’est pas automatique. Libre à l’employeur de le faire suivant ses besoins.

Répondre à Malck Annuler la réponse