Le film de l’attaque contre « Charlie Hebdo »

Le film de l’attaque contre « Charlie Hebdo »

La rédaction de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo a été attaquée, mercredi 7 janvier, à l’arme automatique. Douze personnes, dont huit journalistes et deux policiers, ont été tuées dans l’attaque, et onze personnes ont été blessées, dont quatre grièvement, selon le procureur de Paris. Ce dernier a esquissé mercredi soir lors d’une conférence de presse le déroulé de l’attaque qui a décimé la rédaction du journal.

L’attaque

Il est 10 heures, ce 7 janvier 2015. Comme chaque mercredi matin, la rédaction du journal Charlie Hebdo se réunit pour sa conférence de presse hebdomadaire au siège du journal, 10, rue Nicolas-Appert, dans le 11e arrondissement de Paris, près du métro Richard-Lenoir.
V
ers 11 h 20, au moins deux hommes cagoulés, vêtus de noir et armés chacun d’une kalachnikov se présentent dans un premier temps au numéro 6 de la rue Nicolas-Appert, où se trouvent les archives de Charlie Hebdo. Ils hurlent « C’est ici Charlie Hebdo ? ». Constatant qu’ils sont à la mauvaise adresse, les deux hommes repartent et se dirigent alors vers le numéro 10 de la rue, où se trouve le siège de l’hebdomadaire satirique.

Une fois dans l’immeuble, ils demandent aux deux hommes d’entretien à l’accueil où se trouvent les locaux de Charlie Hebdo. Un agresseur ouvre le feu et tue l’un de ces deux hommes.

Ils montent au deuxième étage, se dirigent vers la salle de rédaction où se trouvait réunie toute l’équipe de rédaction du journal. Les deux hommes ouvrent le feu en criant, selon un témoin, « allahou Akbar ». Les terroristes, toujours selon le témoin, disaient vouloir « venger le prophète. »

La dessinatrice Coco, qui travaille pour l’hebdomadaire, raconte qu’elle était « allée chercher [sa] fille à la garderie ». « En arrivant devant la porte de l’immeuble du journal, deux hommes cagoulés et armés nous ont brutalement menacées. Ils voulaient entrer, monter. J’ai tapé le code. » Elle précise que les hommes « parlaient parfaitement le français » et « se revendiquaient d’Al-Qaida ».

Toujours selon ce témoin, les deux hommes ont « tiré sur Wolinski, Cabu. Ça a duré cinq minutes ». « Je m’étais réfugiée sous un bureau »… Parmi les personnes touchées, le policier chargé de la protection du dessinateur Charb, « qui n’a pas eu le temps de riposter », selon une source policière à l’AFP.
Vers 11 h 30, un appel police secours fait état de tirs au siège de Charlie Hebdo. Des policiers sont dépêchés immédiatement sur place. Les témoins à l’extérieur disent avoir entendu une trentaine de coups de feu.
Lire : Les premiers témoignages des journalistes de « Charlie Hebdo »
La fuite
Les assaillants sont ensuite sortis de l’immeuble « par l’allée verte », selon le procureur. Une vidéo prise par un journaliste de l’agence Premières Lignes, réfugié sur le toit, montre que les hommes ont crié « Allahou Akbar » (« Dieu est grand »), en continuant à tirer. C’est à ce moment-là, avant de prendre la fuite dans leur voiture stationnée dans la rue, qu’ils auraient crié, selon des images amateurs diffusées par BFMTV : « On a vengé le prophète Mohammed. »

En quittant le bâtiment, les assaillants se sont trouvés face à une patrouille de police, entraînant une fusillade, qui ne fait pas de blessés. Deux autres policiers, circulant à vélo dans la zone, ont tenté ensuite d’intervenir boulevard Richard-Lenoir. C’est lors de cette troisième fusillade qu’Ahmed Merabe, un policier du commissariat du 11e arrondissement de 42 ans, est touché par un tir. Les deux assaillants l’ont ensuite froidement abattu, selon le procureur de la République de Paris.

Selon un témoin, ils sont trois à prendre la fuite à bord de la voiture. Ils se dirigent vers le nord. Les assaillants reprennent alors leur fuite passant place du Colonel-Fabien, en direction de la porte de Pantin. Ils percutent un véhicule Volkswagen, blessant sa conductrice. Ils abandonnent alors leur voiture rue de Meaux, près du parc des Buttes-Chaumont, situé dans le 19e arrondissement.

Ils braquent alors le conducteur d’une Clio, s’emparent de la voiture et prennent la fuite à bord de la Clio. On perd leur trace porte de Pantin. Ils sont actuellement en fuite et activement recherchés par plus de 3 000 policiers. Ni leur identité ni leur éventuel lien avec une organisation ne sont connus pour le moment.
Une enquête a été ouverte pour assassinat, tentative d’assassinat, vol à main armée en bande organisée, et association de malfaiteurs en vue de préparer des actes terroristes, a annoncé le procureur de Paris François Molins. Elle a été confiée à trois services de police : la section antiterroriste de la brigade criminelle de la police judiciaire de Paris (le 36 quai des Orfèvres), la sous-direction antiterroriste à la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) et la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

LeMonde

7 COMMENTAIRES
  • KAANI

    Une variante de votre chère  » liberté d’expression  » ! Je ne suis pas Charlie moi .

  • gainde

    je ne le suis pas non plus mais où est shalman rhusdie

  • kupukala

    On peut ne pas apprécier un certain humour. Mais de là à agir de la sorte: NON!!! Ces gens ont attaqué à visage couvert. Ils étaient armés. Leurs victimes non. Ils ont commis leur forfait. Ils ont (encore) tiré sur policier blessé. A terre. Ils l’ont achevé… Puis comme des lâches, ils on fui. On est tué parce qu’on s’exprime?? #JesuisCharlie.

  • kalze

    jne suis pas charlie le prophete ken dou ko fogne

  • atzo

    JNE SUIS PAS CHARLIE

  • domou djoloff

    pourquoi ils accordent pas aux musulmans et a leur prophète le même respect et considération qu’ils portent aux juifs et a leur prophète. Honte a tout ses lâches qui sont entrain de dire je suis charlie. il suffit qu’on tue l’un d’eux ils commencent matin et soir leur brouhaha. A tous ses hypocrites qui se réclame charlie. combien d’innocents ses grandes puissances ont tuées a travers l’humanité. 1 millions au Rwanda 1400 en cote d’Ivoire. au Libye. au mali. en république centre africaine au congo. en Afghanistan en irak ect…ou bien eux leur sang vaut mieux que celui des autres. vive mes frères pour votre geste. Liberté d’expression = liberté de représaille. et dorénavant ça sera œil pour œil dents pour dents wassalam

  • domou djoloff

    je suis Mahomet

Publiez un commentaire