La Société West Africa Farm lance une initiative pour apaiser les tensions entre agriculteurs et éleveurs au Sénégal

La Société West Africa Farm lance une initiative pour apaiser les tensions entre agriculteurs et éleveurs au Sénégal

La Société West Africa Farm, engagée dans le cadre de sa responsabilité sociétale d’entreprise (RSE), vient de commencer les récoltes sur les 40 hectares de cultures fourragères dédiées entièrement à l’alimentation du bétail. Cette initiative vise à réduire les conflits récurrents entre agriculteurs et éleveurs dans la zone sylvopastorale du département de Dagana. Le coût total de cette production avoisine les 20 millions FCFA.

Les éleveurs de Ngnith, situé dans le département de Dagana, peuvent désormais respirer un peu plus aisément. La Société West Africa Farm, spécialisée dans l’agrobusiness, met à leur disposition 40 hectares de cultures fourragères destinées à nourrir le bétail, une action destinée à apaiser les tensions souvent observées entre éleveurs et agriculteurs, particulièrement en cette période marquée par la difficulté de trouver de l’aliment pour le bétail dans une zone touchée par la désertification.

Mounirou Samb, Directeur des Ressources humaines et de la gouvernance sociale et environnementale de la Société West Africa Farm, a souligné que «les parents pauvres de la réforme foncière ce sont les éleveurs. C’est pourquoi nous avons mis à leur disposition ces fourrages sur 40 hectares que nous allons donner au bétail.» Cette action vise à «aplanir les rivalités entre agriculteurs et éleveurs», en démontrant la compatibilité entre l’agriculture et l’élevage. Selon lui, la culture fourragère qui va desservir le cheptel est cruciale en cette période de difficultés marquées par la réduction du tapis herbacé et la cherté de l’aliment de bétail.

Les éleveurs, réjouis par ce soutien, ont également souligné les avantages de la culture fourragère, notamment la sédentarisation du cheptel et la disponibilité de la nourriture, facteurs qui devraient améliorer leurs relations avec les agriculteurs locaux.

COMMENTAIRES
    Publiez un commentaire