PUBLICITÉ
Kédougou, Matam, Sédhiou, Tamba : Plus de 85% des femmes sont excisées…
PUBLICITÉ

Kédougou, Matam, Sédhiou, Tamba : Plus de 85% des femmes sont excisées…

Au Sénégal, comme dans beaucoup d’autres pays d’Afrique, les Mutilations génitales féminines (MGF) font partie intégrante des coutumes de certaines communautés. Pour justifier cette pratique, certains avancent qu’elles permettent à la personne qui a subi cette « opération » de « s’abstenir » une fois l’âge de la puberté atteinte.

PUBLICITÉ

Selon Mme Gackou, la représentante du ministère de la Santé et de l’Action sociale, « 92 % des femmes âgées entre 15 et 49 ans sont excisées dans la région de Kédougou, 87 % dans celle de Matam, 86 % à Sédhiou et 85% dans la région de Tambacounda. Tandis qu’au niveau national, il est révélé que parmi les femmes âgées de 15-49 ans, 24,0 % ont déclaré avoir été excisées. Ces formes de violence qui ne sont pas sans conséquences aboutissent à « des traumatismes psychologiques vécus comme un malaise social par la victime avec la stigmatisation ».

Des séances de sensibilisation ont réalisées à Mbour, renseigne PressAfrik, lors de la deuxième journée des travaux menés par Actionaid pour les 16 jours d’activisme contre les violences faites aux filles et aux femmes afin de former et d’encadrer les populations des localités concernées à savoir les relais communautaires, les enseignants, etc.

D’après les chiffres fournis par le chargé du projet « Abandon des Mgf » au ministère la Femme, de la Famille et de la Protection des Enfants, Mamadou Ndoye, « on estime à 4 millions le nombre de filles qui risquent de subir des MGF chaque année ce qui devrait passer à 4,6 millions de filles par an soit un total de 6, 8 millions de filles par an d’ici 2030. Ce, en tenant compte du taux de croissance démographique élevé dans les pays où la prévalence est élevée, a déclaré M Ndoye. À en croire ce dernier,  » il faut intégrer les grand-mères dans les programmes de sensibilisation » car ce sont elles les plus ancrées dans la culture. De ce fait, il faut les inviter à abandonner cette pratique néfaste ».

#Filles #Sénégal

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

1 commentaire

  1. Patriote

    Et encourager les LGBTQ, le ministère du GENRE !