PUBLICITÉ

Fermeture centrale à charbon : c’est juste une égalisation à la 90’ min

Ne crions pas encore victoire, Bargny n’a pas encore gagné. Le match n’est pas encore terminé. Attendons au moins le coup de sifflet officiel final attendu du chef de l’Etat Macky Sall.

Bargny a juste fini par égaliser à la 90 minute du match qui l’oppose à la CES (Compagnie d’Electricité du Sénégal). Cette compagnie qui vient de marquer contre son camp, a installé irrégulièrement et illégalement une centrale à charbon au cœur d’une ville grâce à la complicité d’un Etat qui préfère sacrifier une partie de sa population pour soulager une autre.

Depuis la publication, par le media  https://www.alwihdainfo.com/, d’un article relatif à l’arrêt de la centrale à charbon, tout le monde semble jubiler oubliant qu’il reste encore le temps additionnel à gérer pour ne pas perdre ce match de survie. Nous qui sommes sur le terrain sans abandonner malgré la force de l’adversaire, avons un unique et seul objectif « Du fi Tàkke».

Pour nous, remporter ce match c’est de voir un décret qui met fin à ce projet fossile qu’on veut imposer à une ville déjà étouffée par la plus grande cimenterie d’Afrique de l’Ouest.

Je salue le combat noble mené jusque là par les communautés déterminées avec l’aide certains partenaires comme LSD350.orgWaterkeeper Alliance, entre autres.

Cet engagement sans faille a contribué au ralentissement de ce projet qui a fini par s’essouffler financièrement et techniquement sans oublier le conflit entre actionnaires.

Pour le moment aucune décision officielle n’a été prise ni prononcée à part la sortie du Directeur de la Senelec qui est revenu sur les difficultés de ce projet à travers une émission de télévision. Mais une chose est sure, la centrale est à l’arrêt depuis bientôt cinq mois.

Une décision n’est pas encore prise pour la suite, mais nous savons que la centrale a libéré une bonne partie de son personnel, notamment des ingénieurs.

Il n’y a pas encore de décision officielle mais la dernière livraison de charbon par navire au port de Dakar date du 23 mai 2019.

Célébrons le but d’égalisation marqué contre son camp et maintenons un pressing impressionnant pour remporter ce match.

Officieusement, certains semblent dire que le président a répondu à une doléance des populations en procédant ainsi.  Je dirai non. La situation qui prévaut aujourd’hui est purement et simplement un échec de l’Etat qui n’arrive pas à gérer la cohérence de ses politiques.

Dans ce combat, rien n’a été laissé en rade. Nous avons essayé de mener ce combat sur toutes les dimensions. Et le rappel de Bouna Beye du quartier de Minam en dit long. « Remontons le temps jusqu’au mois de février 2009, à la bibliothèque municipale de Bargny, lors de l’audience publique. Pour cela j’en appelle au témoignage du préfet d’antan Mr Serigne Mbaye. Est-ce-que même nos fonctionnaires dressent fidèlement leurs rapports et les remontent ? Après les plaintes des populations et leur rejet du projet, le délégué de quartier de Sindou avait bien invité Miname à se lever comme un seul homme usant de ses pouvoirs mystiques ancestraux, pour lutter contre cette forfaiture. Ce que le préfet lui avait demandé de retirer. Cela n’était pas tombé dans l’oreille de sourds. Au delà de Miname, tout Bargny est retourné à ses anciennes pratiques, lesquelles avaient chassé le Damel du Cayor par une meute d’abeilles. La source n’a jamais tari. « Du fi tàkke », bénis soient nos mannes (ancêtres). Bargny ne peut être et ne sera jamais contre le développement de la nation. Mais il n’acceptera non plus l’injustice. Vous ne pouvez venir confisquer nos terres d’agriculture ou à usage d’habitation, polluer notre environnement terrestre et maritime sans contrepartie. Des populations impactées par l’érosion côtière sont dépossédées de leurs parcelles. Ils poireautent. Nos cultivateurs ne produisent plus convenablement le « rouge de Bargny » (gombo tant prisé) », nous rappelle ce fervent défenseur des intérêts des populations de Bargny.

Engagés que nous sommes, nous devons maintenir ce pressing impressionnant pour obtenir gain de cause.

Célébrons le but marqué car c’est très important pour la motivation des troupes. C’est venu au moment opportun, mais le match n’est pas encore gagné.

Certes l’objectif de départ était « Bargny dit non au charbon » car cet établissement classé de catégorie 1, a été installé sur la base d’une fausse étude d’impact approuvée par le gouvernement du Sénégal à travers la direction de l’environnement et des établissements classée (DEEC). Ayant fondé notre combat sur cette irrégularité, la partie de l’équipe qui a su résister jusque là, a compris que Bargny n’a plus d’espace, même pour accueillir une usine de mayonnaise comme dirait le grand doyen Ib Diagne l’un des figures de cette lutte qui a dépassé les frontières.

Toujours fidèle à sa position, Baye IB souligne que « Cette délocalisation que nous exigeons à ce jour, est argumentée par une violation manifeste du Code de l’Environnement, notamment de son Article L13 & suite (la marge des 500 mètres par rapport aux Etablissements Recevant du Public, les réguliers lotissements de Minam 1 & Minam 2 antérieurement prévus pour devoir héberger nos naturelles victimes de la sévérité de l’érosion côtière ».

Maintenant on devra cravacher pour obtenir cette victoire qui éviterait la disparation de notre cher Bargny. Il ne faut surtout pas dormir sur nos lauriers. Officiellement aucune décision n’a été publiée par le gouvernement du Sénégal pour affirmer la nouvelle concernant la fermeture de la centrale à charbon de Bargny Sendou.

Depuis quelques jours, des félicitations viennent de partout alors que l’arbitre n’a pas encore donné le coup de sifflet final de ce match qui a duré plus de 10 ans.

Nous sommes certes visibles mais sachez qu’il y’a aussi énormément de personnes tapies dans l’ombre qui portent ce combat et à toutes les dimensions. Félicitation et bonne suite de match….

Ibra Seck Cassis, Journalist, Blogger, #Africtivistes.

Digital Manager at @endaenergylinks

Interested in the environment,
Sustainable Dev,

Centrale À Charbon Ibra Seck Cassis
Annonces

Publier un commentaire