« Engrais : La SEFCO n’est pas destinée à jouer le rôle des ICS » (Abdou Aziz NDIAYE)*

« Engrais : La SEFCO n’est pas destinée à jouer le rôle des ICS » (Abdou Aziz NDIAYE)*

Senegal Fertilizer Company (SEFCO), c’est le nom de la future usine d’engrais de Ndayaane. Un projet d’un coût de 1.000 (mille) milliards de fcfa managé par Petrosen. Prévue pour 2029, cette usine produira exclusivement de l’urée, avec une capacité de production annuelle de 1.200.000 tonnes. L’urée est un engrais qui contient uniquement de l’azote à 46% ; un engrais idéal pour les cultures exigeantes en ce fertilisant.

Pour faire comprendre pourquoi Senegal Fertilizer Company ne pourra pas jouer le rôle des Industries Chimiques du Sénégal dans notre agriculture, il y a lieu de rappeler quelques éléments techniques sur les engrais.

Les engrais minéraux résultent d’un procédé chimique dont la finalité est l’obtention de granulés contenant principalement différents éléments fertilisants : l’azote (N), le phosphore (P) et la potasse (K). C’est pourquoi on parle d’engrais NPK.

L’élément N favorise la croissance des tiges des plantes et des feuilles. L’élément P intervient dans le processus de production de la plante. C’est le fertilisant le plus important. Le phosphate en est la source. Quant à l’élément K, il joue un rôle multiple dans le développement de la plante, notamment pour le raffermissement des graines.

Les engrais les plus prisés par tous les agriculteurs du monde sont les engrais complexes NPK. C’est quand les 3 éléments fertilisants se retrouvent tous dans chaque graine d’engrais. Quand il y a un seul élément par graine, l’engrais obtenu est un mélange appelé bulk (bulk blending).

Les ICS sont spécialistes dans la fabrication d’engrais complexes. Les formules d’engrais suivantes n’ont pas de secret pour elles.

– Engrais NPK 6.20.10 pour l’arachide
– NPK 15.15.15 , 10.10.20 , etc pour les céréales et l’horticulture
– NPK 14.22.12 , 14.23.14 , 14.18.18 pour le coton
– Les ICS maîtrisent également la fabrication de l’engrais NP 18.46 appelé également DAP. C’est un engrais binaire composé d’azote (18%) et de phosphore (46%).

Les ICS sont donc en mesure de fabriquer massivement tous les engrais sauf l’urée 46%, un engrais qui apporte exclusivement de l’azote (N). L’urée est produite à partir de l’ammoniac obtenu grâce au gaz naturel. Avec ses gisements de gaz, on comprend aisément pourquoi le Sénégal va investir lourdement sur une usine d’urée. Une excellente chose. Cependant, cette usine d’urée ne pourra jamais remplacer les ICS dans l’agriculture sénégalaise. Elle viendra certes couvrir nos besoins en urée et fera du Sénégal un pays exportateur de cet engrais.

Retenons bien que l’urée n’est pas du NPK.

Nous pensons qu’il était important d’écrire cet article pour tenter d’éclairer nos compatriotes qui croient que le problème d’engrais dans l’agriculture sénégalaise sera résolu avec l’usine d’urée de Ndayaane. Les ICS avec leurs NPK sont incontournables pour la résolution de ce problème de déficit en engrais que nous vivons depuis l’avènement d’Indorama.

Plus que jamais, la renationalisation des Industries Chimiques du Sénégal s’impose. Ce serait le plus grand acte patriotique jamais posé dans notre pays.

* Par Abdou Aziz NDIAYE
Auteur du livre, « Industries Chimiques du Sénégal : Chronique d’un crime économique prémédité

2 COMMENTAIRES
  • Kamara

    C est Wade (Bègue khaliss) qui a vendu les ics

  • Kamara

    Reprenons les ics

Publiez un commentaire