PUBLICITÉ

Déclaration du Dr Babacar Diop suite à sa libération…

L’espoir est là…

Chers compatriotes,

Je vous parle de mon lit d’hôpital en attendant de revenir dans les prochains jours, à travers une conférence de presse, sur mon séjour carcéral et sur le combat que nous menons. Je vous remercie pour toutes les mobilisations initiées depuis notre arrestation pour exiger notre libération. J’ai une immense dette de reconnaissance à l’endroit des enseignants et des étudiants qui, au niveau national comme international, m’ont témoigné un soutien empreint de fraternité. La vague de solidarité venue des universités m’a profondément atteint, depuis ma cellule. J’exprime toute ma gratitude au SAES, au SUDES, aux avocats, à la diaspora, à la société civile, aux organisations politiques et à tous les Sénégalais anonymes et soucieux de la bonne marche du pays, pour toutes les initiatives engagées pour la libération de l’ensemble des prisonniers politiques.

Je rends hommage aux militants de Forces démocratiques du Sénégal (FDS) pour les sacrifices immenses consentis durant mon séjour carcéral. Je réaffirme ma solidarité indéfectible à Guy Marius Sagna, Fallou Gallas Seck et Ousmane Sarr qui sont restés arbitrairement en prison. Tant qu’ils ne seront pas libérés, il n’y aura pas de stabilité dans ce pays.

Chers compatriotes,

Nous devons, et nous pouvons construire un Sénégal nouveau. Cet espoir est du ressort de l’ensemble des Sénégalais. Nous les entendons l’exprimer partout dans le pays. Il vit dans le cœur et l’espérance des gens ordinaires. Il palpite dans les entrailles des masses populaires qui travaillent dans les chantiers et dans les champs de souffrance. L’avenir est là, à la portée de ceux qui veulent écrire l’histoire du pays pour un progrès économique, social, écologique et humain.

Rien ne peut retenir un peuple debout et déterminé à conquérir sa dignité. C’est à ce titre que nous croisons l’espoir dans les lycées, les universités, les places publiques, les ateliers, les chantiers, les entreprises, les marchés, auprès des associations de jeunes et de femmes, qui s’activent pour donner un sens à leur avenir.

L’espoir dont je parle est dans le regard des millions d’enfants qui fréquentent nos écoles ; il est dans la ligne de mire de millions de travailleurs de la terre qui n’abandonneront jamais la lutte pour plus de dignité. Cet espoir est dans le mouvement quotidien de millions de femmes qui refusent de démissionner, investissant les champs, les ateliers et vendant des cacahuètes ou du poisson fumé sur les places publiques. Ces braves femmes portent des familles sur leur dos. Elles nourrissent leurs enfants, et souvent leur mari, dans la dignité et la pudeur.

La perspective de lendemains qui chantent est dans la marche de millions de jeunes qui se mobilisent pour refuser la dictature. Ces jeunes aspirent à un nouveau mode de gouvernance fondé sur la transparence, le respect des droits humains et la justice sociale. Elle est dans l’occupation légendaire des places qui ont été les symboles du printemps des peuples qui résistent : la place de l’Obélisque à Dakar, la place Tahrir au Caire, la place Bardo à Tunis, la place de la Victoire à Kinshasa, la place de la Nation à Ouagadougou.

Aujourd’hui plus que jamais, nous sentons cette recherche de délivrance dans les classes populaires, victimes de la violence des politiques néolibérales. À l’unisson, les étudiants et les enseignants rejettent ces politiques antisociales qui liquident nos écoles et nos universités publiques. C’est pour refuser l’inadmissible qu’ils luttent contre la marchandisation de l’éducation.

Les lumières de l’espoir naissent dans les entrailles d’un peuple qui refuse et se révolte contre les injustices de toutes sortes ; il appartient bien à ce peuple de construire des alternatives dans son milieu de vie. Je dirai aussi que l’espoir que nous voulons tous puise ses racines dans la force et le dynamisme de notre jeunesse, la générosité de nos femmes, la solidarité de nos communautés, la créativité de nos artistes, de nos intellectuels et la performance de nos sportifs.

Enfin, l’espoir se nourrit dans l’audace d’innover, d’inventer du neuf. Il suffit de le chercher pour le rencontrer dans un coin de rue, quelque part dans un peuple qui marche debout vers son destin.

En vérité, nous sommes à la veille d’une révolution démocratique, citoyenne et culturelle. Je serai toujours des vôtres pour la détermination commune de notre propre destin. Je termine en disant au pouvoir brutal de Macky Sall que le vrai combat ne fait que commencer.

* Dr Babacar Diop, Secrétaire général de Forces démocratiques du Sénégal (FDS)


Dakar, le 24 décembre 2019

Déclaration Dr Babacar Diop
whatsapp 267
Annonces

(23) commentaires

Dramé

Tu n’es pas un patriote tu un mauvais citoyen qui n’est mû que par la notoriété et l’ambition démesurée. Tu crois avoir réussi ton coup. Comment un soit-disant professeur peut-il descendre aussi bas que de manifester devant le palais 🏯 et empoigner la garde présidentielle. Bref. On te souhaite prompt rétablissement et récidive. Wallay dotoko défati. Tu vas être passer à tabac rek encore

Renè Diagne

prompt retablissement mr diop.mais l espoir dont vous parlez reside dans l honnêteté intellectuelle de nous autres adultes que nous avons à inculquer aux jeunes pour l avenement de veritabes patriotes.

Mory Sylla

Mr Diop je vous souhaite une bonne santé et disons que vous avez eu tort sur toute la ligne. La manifestation a été interdite par l’autorité compétente , vous étes tus.donc vous avez violé la loi maintenant qu’est ce que vous voulez.

Mamadou

Senego vous n’êtes pas serieux

Mamadou

Vous êtes trop partisan au point de ne publier que les commentaires des repondeurs automatiques

Asse

Ces répondeurs automatiques, payés pour dire des bêtises, vous n’avez encore rien vu. Votre protégé sait lui-même qu’il achèvera difficilement son mandat et qu’il sera combattu par les dignes fils de ce pays. Gardez votre énergie pour le défendre parce que le pire arrive. Monsieur le professeur dou sen morom, il est dans d’autres combats , plus nobles que le vôtre.

    Sonkolait Paftef

    Yene gniy wakh repondeur con que vous etes wakh léne ki deug c mieus il à fautait

Dieen Diop

le droit de manifestè cest Obligatoire JE vs souhaite une Bonne santè et longue vie
EL cheikhou DIENE Italy

Fatou Ndiaye

merci professeur,surtout fais gaffe, ne fais confiance a personne, ils peuvent t empoisonner,ils l ont fait avec Karim fa

Demba Diong

Pour l’instant,l’espoir d’une gestion sobre et vertueuse s’est envolé,les sénégalais ont que leurs yeux pour pleurer

Ibou Sene

Drame griot voilà tu n’est qu’un larbins ne sais-tu pas que son combat devrait engager tous les citoyens opprimés comme toi.

Gorgui Fall

Drame con que tu es esprit sous devoloppement viens aux USA des cadres de haut niveau non vos soi disant cadre senegalais qui manifeste con affame mal nourri drame

Moussa

Ton niveau intellectuel et ta place enviable d’enseignants du Supérieur te dictent une autre posture que celle là. Nous comptons plus sur tes capacités à proposer des pistes capables de faire bouger les lignes pour une émergence du pays. Kou diaye dole, niou van la dolle. Setal sa bop, cette pratique stalinienne est révolue. Khel ak khalat laniou soxla

    Oussou

    Moussa…super ta contribution

Hyt R

fier de professeur votre combat est noble tous les bons sénégalais doivent en faire les leurs car cet imbécile de lion dormeur avec son équipe d’incapables vont nous mener dans le gouffre. Levons nous et pourchassonns les avant qu’il ne soit trop tard. Moi ce qui me fait c’est que je ne vis pas au Sénégal et sachez que nous vivons les mêmes problèmes car nous avons notre famille au pays .

    Oussou

    De quel combat parlez-vous ? Au lieu de fustiger sévèrement ce délinquant d’activiste terroriste , eh bien non , vous l’encourager à commettre à nouveau l’irréparable . N’oubliez pas que celui à qui vous balancer des éloges…est un Professeur d’université qui est censé donner des cours d’éducation à nos enfants . Vous voulez que nos enfants suivent le même chemin chaotique que leur délinquant d’activiste terroriste de professeur ? Soyez logique avec vous-même , ce type a transgressé une décision préfectorale d’interdiction de manifester…nul n’est censé ignorer la loir

Malick Diallo

mes felicitation babacar diop que te benisse est vous donne la force il faud que lafrique ont na na assez de lexploitation de lhomme par homme lafrique est tres riche mes non ambasseurs des francais empeche lafrique lafrique a se devolper les occidentaux ont piller tout nos ressources par la compliciter de nos president faible est indigne tres conronpus tius les chef detats africains sont riche avec leurs famille francement il nous font honte cette afrique est male partie tous largent de lafrique sont dans des paradie fiscaux ces sales president non pas pitier a leur peuples cest vraiment tristre nos presidents ne nous respectent pas cest tous des pouvarites ils sont petit babacar diop dit courage cher senegalais reveiller vous ont nas notre destin en main lutter ont meure une foi ont ne meur pas deux fois

Pape Diouf

Mon cher professeur si tu un homme retourne devant les grilles du Palais.

Malick Diallo

lautorite de mescouille moi je suis africain mes dimage a cause de la pauvrete ont naime trop largent facile il faudra que nos autorites change de mentalite gerer nos du ya trop de profitard en afrique nos autorites nous fait honte allez ci voire dans les paradie fiscaux ya des centainnes des africains la le feu mouboutou sesecko il a beauciup dargents cest la honte pour le peuple africains qui meurt de fins

Kana

Soyons polis, ayons un plus de respect envers ses compatriotes, nous sommes tous des sénégalais qui aspirent et respirent à la démocratie, dans toute sa composante;

Ibou

Messieurs.il faut lire le drpot et l’appliquer. Nous sommes responsables,car nous comtinuons de laiser un arrëté au dessus de la Charte Fondamentale.

Kalz

Regime de Domeram !

Mm Joop

Vous qii protégez babacar diop dootou koo dééfati gnaam naa rebeuss gnaam naa hôpital léégui yoonou palais bii sens interdit laa pour moom🤣🤣🤣🤣😋

Publier un commentaire