Téléchargez l'appli SENEGO
Arona Coumba Ndoffène Diouf : “Je demande à l’opposition de murir “

Arona Coumba Ndoffène Diouf : “Je demande à l’opposition de murir “

Dans un entretien avec nos confrères de Vox Pop, la tête de liste de Benno Bokk Yakaar (BBY) dans la commune de Biscuiterie, Arona Coumba Ndoffène Diouf monte au créneau pour se prononcer sur les questions brûlantes de l’actualité.

Sans langue de bois, le ministre conseiller n’a pas raté l’opposition sénégalaise qui manque de maturité politique.

Comment avez-vous accueilli votre désignation comme tête de liste de Benno dans la commune de Biscuiterie pour les Locales ?    

Je tiens à exprimer mes sincères remerciements à son Excellence, monsieur le président de la République, pour la confiance dont il me témoigne une fois de plus, et je prie Dieu d’être à la hauteur de cette mission et de la réussir en gagnant le soir du 23 janvier 2022 avec une large majorité. Et j’y crois, car nous y avons travaillé. Aujourd’hui, la forte mobilisation autour de moi, composée de la majorité présidentielle, de Benno Bokk Yakaar (BBY), de la société civile, et même de certains partis de l’opposition, nous montre que le choix du président de la République va en parfaite synergie avec celui des populations et du pays.

Au-delà de Biscuiterie, il y a la bataille pour la conquête de Dakar. Comment Benno compte aborder ce combat ?  

Comme dans les batailles antérieures où nous avions montré à chaque occasion que nous sommes les maîtres de Dakar. Prenez le total des voies de Benno Bokk Yakaar, des listes parallèles sorties de l’Alliance pour la République, vous verrez que nous sommes majoritaires. Mais, malheureusement nous avons tous été victimes de la division. Heureusement, cette fois-ci le président de la République a pris en charge cette affaire de façon scientifique et politique, et en même temps, il a réglé le problème de leadership local dans son parti et dans Benno Bokk Yakaar.

Quel commentaire faites-vous de la sortie Khalifa Sall et de Barthélemy dias qui dénoncent une instrumentalisation de la justice faisant allusion au jugement en appel de l’affaire Ndiaga Diouf ?    

Khalifa Sall, Barthélemy Dias et leurs avocats, étaient notifiés, depuis le mois de juillet 2021, de la convocation de Dias au mois de novembre. Ceci était le fait que Dias était absent lors de son audition et ses avocats avaient demandé le renvoi. Aujourd’hui, c’est de la pure démagogie de vouloir adosser cette convocation à une affaire purement politique. Mais, nous les comprenons, ils savent bien que ce chaos observé dans leurs partis et coalitions ne jouent pas en leur faveur et qu’ils perdront les élections. Donc, il faut créer cette diversion, et du coup, avoir une opportunité de se réunir autour d’appels à la violence, seule chose qu’ils savent faire, sachant qu’ils ne peuvent plus tromper les Sénégalais.

Les coalitions Yewwi Askan Wi et Gueum Sa Bopp ruent dans les brancards et accusent le régime d’être derrière ses déboires avec le rejet de leurs listes dans beaucoup de localités. Vous en dites quoi ?     

Le professionnalisme est de notoriété pour notre administration. Les textes électoraux et lois sont clairs et précis. S’ils ne savent pas lire ou respecter les délais et chiffres prescrits dans les textes, ce n’est pas la faute de Benno Bokk Yakaar ou des préfets. Soyons sérieux.

Ne craignez-vous pas un remake des événements du mois de mars dernier avec les appels à la résistance des leaders de Yewwi Askan Wi ?

La sécurité des biens et des personnes sont les prérogatives de l’Etat, donc je crois fermement que ce dernier prendra ses responsabilités pour la protection des citoyens. Mais aussi, chaque responsable politique, assurera personnellement sa propre sécurité. J’appelle à la retenue et au calme, car nous sommes tous des frères et sœurs, et chaque blessure d’une sénégalaise et d’un sénégalais, est partagée, et personne n’y gagne. Je demande à l’opposition de murir.

3
Annonces
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires