Annonces
Annonces
» » » » » » » » Pour l’apaisement de l’espace...

Pour l’apaisement de l’espace religieux au Sénégal. Par Cheikh Ahmed Tidiane Sy Ibn Al Amine

2017-07-03T22:49:30+00:00934 Partages

Traditionnellement, les sénégalais avaient l’habitude de solliciter l’implication des religieux pour apaiser l’espace politique. On se rappelle encore les interventions de Cheikh Abdoul Aziz Dabakh à chaque fois que le pays connaissait des soubresauts politiques pour calmer les ardeurs des politiciens. Mais de plus en plus, nous assistons à la recrudescence des attaques entre différentes communautés religieuses par presse et personnes interposées.

Quand les religieux jouent aux pyromanes et apprennent à se faire peur, il y a de quoi s’inquiéter pour le vivre ensemble qui était devenu jusque-là un label sénégalais que nous sommes toujours prompts à brandir fièrement devant la Communauté Internationale.

Les sources de divergence 

Cependant, des phénomènes récents et de plus en plus récurrents montrent des signes d’essoufflement du modèle sénégalais qui aurait besoin d’un lifting pour l’adapter à la nouvelle configuration du landerneau religieux sénégalais caractérisée par l’entrée en jeu de nouveaux courants de pensée islamique et l’émiettement des centres de décision des grandes communautés confrériques.
L’affaire de l’apparition du croissant lunaire pour la célébration de l’Aid El Fitr a suscité moult réactions de leaders religieux de tous bords, qui pour défendre sa chapelle à travers diverses interprétations se valant toutes selon les contextes considérés, qui pour lancer des piques à d’autres communautés religieuses.

En réalité, les divergences d’interprétation basées sur les différents rites (Mazhab) ou sur l’effort personnel (ijtihad) ont toujours existé depuis la disparition du Prophète et continueront de régir la vie des musulmans. Ainsi, vouloir instaurer l’unanimité au sein de la Oumma est cause perdue d’avance et n’est pas le but recherché. Allah nous a créé différents mais nous exige l’unité, car la diversité n’est pas source de division mais plutôt un moyen d’interconnaissance pour un enrichissement mutuel.

Mais force est de constater que les différences d’interprétation du Coran ou de la tradition prophétique sont mineures quant à l’exigence du vivre ensemble et tendent à se dissiper particulièrement en ce qui concerne le calendrier musulman. La cause fondamentale des divergences entre les communautés religieuses pour la célébration des fêtes religieuses reste d’ordre communicationnel. En effet, autant la quête de l’information fiable relative à l’apparition du Croissant lunaire n’est pas organisée à l’échelle nationale voire sous régionale, autant sa transmission au sein des différentes communautés religieuses pose problème dans la mesure où ces communautés n’ont pas toujours une organisation formelle chargée de la gestion de ces questions.

Un autre événement, le festival Salam qui devait servir de plateforme de promotion de la musique spirituelle se transforme progressivement en champ de bataille confrérique où les différents groupes rivalisent au rythme d’une concurrence frénétique. Les psalmodies sur la vie du Prophète se muent progressivement en louanges dithyrambiques à l’endroit de son Guide spirituel ou pire, en des piques envers d’autres communautés « rivales ».

Plus récemment, la guerre verbale par presse interposée entre prêcheurs et/ou leaders religieux ressemble de plus en plus à un combat de gladiateurs qui glisse dangereusement vers la confrontation entre communautés religieuses qui, de surcroit, sont parfois de la même obédience.
Les Saints qui ont fait du Sénégal religieux ce qu’il est devenu aujourd’hui, cultivaient une estime et un respect mutuels basés sur l’entraide et la concertation pour lutter contre les adversaires de l’Islam.

Vouloir les opposer ou les mettre en concurrence c’est méconnaitre leur dimension ésotérique et les objectifs qui les ont mus dans la consolidation des bases de l’Islam au Sénégal. El Hadj Malick Sy, Khadimou Rassoul, Mame Abdoulaye Niasse, Mame Limamou Laye, etc. ont mis en œuvre des stratégies complémentaires pour résister contre le pouvoir colonial avec leurs maigres moyens mais en se basant sur le pouvoir Divin seul gage de leur réussite.

De tout temps, Dieu a apporté son assistance aux combattants de la foi quand les forces en présence étaient inéquitables : de Noé à Mouhamed PSL en passant par Moussa, Ibrahima, les exemples des prophètes ayant bénéficié de l’assistance divine font florès.
Les confrontations entre salafistes et aspirants soufis font légion sur les ondes et conférences publiques faisant apparaitre des contradictions apparentes ou profondes entre les partisans d’un Islam importé et ceux d’un Islam autochtone.

Les religieux en politique 

Par ailleurs, l’implication des leaders religieux dans le champ politique en tant qu’acteurs, est perçue de plus en plus comme un dysfonctionnement dans leur rôle de régulateur social gage de la stabilité du pays.
Historiquement, cette implication avait des motivations louables permettant au religieux la possibilité de jouer un rôle de contre-pouvoir afin d’endiguer les dérives du Pouvoir Exécutif. L’exemple le plus illustratif est l’entrée en politique de Serigne Cheikh Tidiane SY Al Maktoum contre Senghor.

D’une part, Serigne Cheikh a permis au leader religieux de sortir du cadre strictement religieux, je veux dire en sa qualité d’éducateur en sciences coraniques et de dispensateur de bénédictions. Le Marabout s’engage, s’oppose et confirmera plus tard son statut de véritable acteur de développement économique car Serigne Cheikh deviendra successivement ambassadeur, agriculteur et industriel.

D’autre part, avec son engagement politique, Serigne Cheikh rendra, volontairement ou inconsciemment, un service précieux aux religieux. En effet, son engagement poussa le pouvoir à aller chercher le soutien d’autres chefs religieux les confortant par la même occasion dans leur légitimité en tant que porteur de voix et régulateurs majeurs de la vie politique et sociale des sénégalais.
Cependant, certaines attitudes de leaders religieux constituant des exemples de dérives provenant des personnes censées jouer un rôle de régulateur social, inquiètent au plus haut point les partisans du vivre ensemble et de la préservation des valeurs léguées par les précurseurs d’un Islam de paix à l’image de Seydi El H Malick Sy, Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké, Abdoulaye Niass, pour ne citer que ceux-là.

L’Etat, par la voix de son principal représentant, le Président de la République, a montré son incapacité à réguler l’espace religieux. Cet aveu d’impuissance ne le dédouane pas pour autant quant à sa nécessaire implication dans la mise à disposition de moyens pour une solution concertée aux divergences sur des questions éminemment religieuses comme le calendrier musulman.
Le sens de la mesure et de la responsabilité.

Au moment où l’Islam confrérique majoritaire au Sénégal a constitué jusque-là un rempart à la propagation de l’extrémisme violent dans notre pays, la responsabilité et le sens de la mesure des leaders religieux sont convoqués au plus haut point pour un apaisement de l’espace religieux.
Les véritables combats qui méritent d’être menés par les leaders religieux demeurent entre autres :

• la préservation des bases éthiques qui ont fondé notre société en passant par l’éducation et la sensibilisation des masses pour le respect des lois et la discipline ;
• la lutte contre toutes les formes d’extrémisme pouvant aboutir à la violence, l’extrémisme religieux au premier chef ;
• l’inculcation d’une véritable culture du développement axée sur le culte du travail bien fait et la préservation des biens publics.

Ainsi, la mise en place de cadre de concertation inter-communautaire nous semble être un moyen indiqué pour promouvoir l’échange d’idées et la mise en œuvre de stratégie commune pour relever le défi du vivre ensemble pour la paix. La création d’un haut conseil du culte vient à son heure avec l’implication de tous les acteurs religieux sans exclusive.
A défaut, nous aurons réussi à saper les bases de l’héritage des anciens et hypothéquer l’existence des générations futures.
Nous prions pour un Sénégal de paix où le vivre ensemble reste une réalité !

Cheikh Ahmed Tidiane Sy
Ibn Al Amine

Le contenu que vous venez de lire est une contribution:

L’internaute qui apporte une contribution au site senego.com quelle qu’elle soit s’engage à ce que celle-ci ne comporte aucun élément quelconque susceptible de violer le droit des tiers, et de donner lieu à des actions fondées notamment sur le plagiat, la responsabilité civile ou encore les délits prévus par la loi, notamment diffamation, injure, ou non-respect des dispositions d’ordre public telles que provocation aux crimes et délits, et crimes contre l’humanité et provocation à la discrimination, à la haine et à la violence.

Senego.com n'endosse en aucun cas la responsabilité sur les contributions d'utilisateurs ainsi que les opinions, recommandations ou de conseils exprimés au travers de celles-ci. Nous déclinons expressément toute responsabilité concernant l'information et l'utilisation de ces informations, Nous nous réservons le droit de supprimer du contenu d'utilisateur sans information ni formalité préalable, lorsque le caractère manifestement illicite et/ou contraire aux présentes dudit contenu serait porté à la connaissance.

Annonces
Annonces

Un commentaire

  • isma
    04/07/2017 08:55

    Texte très pertinent et plein d’enseignement mais malheureusement le Sénégalais n’est pas très habitué à la lecture je suis talibé mouride et tout à fait d’accord avec vous merci

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces

L'ACTU EN TEMPS RÉEL