PUBLICITÉ

Université de Bambey: Les étudiants listent leurs maux et s’attaquent à Cheikh Oumar Hanne

Les étudiants de l’université Alioune Diop de Bambey ont animé une conférence de presse hier pour revenir sur leurs problèmes d’ordre social et pédagogique qu’ils vivent quotidiennement. Et, aussi pour démentir les propos du ministre de l’Enseignement supérieur, Cheikh Oumar Hanne, qui, après sa visite à L’UADB, a dit les étudiants n’ont aucun problème. Une déclaration a été envoyée à Senego après cette rencontre avec la presse.

In extenso leur déclaration

En effet, depuis le début de l’année académique nous réclamons des conditions de vie et d’étude qui sont acceptables. L’université de Bambey était d’abord un CUR avant de devenir une université, la capacité d’accueil est estimé à 2000 étudiants. Aujourd’hui elle compte plus de 8000 étudiants répartis entre Bambey Ngoundiane et Diourbel.

Ainsi les problèmes se font sentir dans tous les sites et aussi bien dans le volet pédagogique que le volet social.

Des problèmes d’ordre pédagogique :

* Les salles de cours et de TD ne sont pas suffisantes, l’administration emprunte des salles dans les CEM et lycées de la ville pour que les étudiants puisse faire les cours. En ce moment 22 salles sont empruntés et les étudiants font les TD hors du campus. Malgré tout la communauté estudiantine a accepté de supporter ses conditions d’étude.

× Un problème de logistique aussi est noté : le transport des étudiants n’est pas bien assuré alors que la quasi-totalité des TD se font en ville.

× L’université ne dispose que d’un seul amphithéâtre de 500 places malgré un nombre de plus de 8000 étudiants.
Si l’université de Bambey est citée parmi les université d’excellence c’est parce qu’il y a une forte abnégation de la communauté estudiantine.

Pour en venir aux problèmes d’ordre social : il s’agit généralement du problème de logements sociaux et de restauration.

Moins de 8% des étudiants logent dans le campus social. Les 92 pourcent logent en ville avec des conditions très difficile, un coût de loyer très élevé pour un étudiant, des chambres qui sont loués entre 25000f et 45000f.

*Un seul restaurant de 180 places permet d’assurer la restructuration, raison pour laquelle chaque jour on observe des files d’attente kilométriques, des étudiants qui rentrent chaque soir sans se restaurer, des ruptures sans cesse.

*Un problème d’eau dans les campus sociaux.

Tous ces problèmes ont été portés à l’attention des autorités avant que la coordination des étudiants de l’université Alioune Diop ne parte en grève. À l’issue de cette grève le Ministre de l’Enseignement Supérieur de la Recherche et de l’Innovation nous a invités à une rencontre à laquelle nous avions refusé de répondre. Nous avions refusé de répondre parce que nous considérons qu’il n’a aucun respect pour la communauté estudiantine de l’université Alioune Diop.

Depuis sa nomination, il n’a jamais effectué le déplacement à Bambey pour constater les problèmes. Il nous a encore appelé une deuxième fois nous sommes restés sur notre position. C’est à la troisième fois que nous y sommes allés après de forte sollicitations. Nous lui avons présenté notre plateforme puis l’avons invité à venir à Bambey pour constater avec nous les difficultés. La semaine passée, il est venu à Bambey a effectué une visite puis a tenu un point de presse pour dire qu’il n’y a pas de problème à Bambey.

Nous  démentons ces propos. Nous faisons savoir à l’opinion publique que si le ministre n’exécute pas ses engagements: à savoir la construction de logements sociaux, la construction d’un amphithéâtre de 600 places dans cette semaine nous réagirons sans demi-mesure.

Mouhamadou SARR président de la coordination des étudiants de l’université Alioune Diop de Bambey CE-UADB.

whatsapp 140
Annonces