Téléchargez l'appli SENEGO
PUBLICITÉ

Tobène : Aar Linu Bokk porte la lutte contre la spoliation foncière…

Le mercredi 11 /08/2020 à Tobène (commune de Méouane, département de Tivaouane), des forces de l’ordre ont assiégé le village et exercé sur les populations une violence injustifiée“, souligne une note de Aar Linu bokk. 

Les trois chefs de village et le responsable des jeunes ont été arrêtés plus 21 autres personnes; ils sont en garde à vue dans les brigades de gendarmerie de Tivaouane et de Mboro depuis hier. Cheikh Fall, censeur du lycée de Diaobé et natif de Tobene a été arrêté à son lieu de service. Tout ceci, uniquement pour permettre à un géomètre sous haute escorte militaire de procéder à des mesures sans le consentement des propriétaires des terres…“, regrette Aar Linu Bokk.

Préjudice…

Et de poursuivre : “Les habitants du village ne refusent pas de céder leurs terres aux ICS, mais sont conscientes qu’il est inadmissible et il est inconcevable qu’on les dépossède de leur seule source de subsistance avec un barème d’indemnisation aussi dérisoire et aussi insignifiant par rapport aux préjudices subis et à la précarisation à laquelle ils risquent de faire face. Ayant beaucoup appris des conditions difficiles que vivent leurs voisins de MBAR DIOP, MBAR NDIAYE, MAKA et autres,les populations de TOBÉNE, KITHIANE, MBENGUENE et MAKA DIENG ont demandé la révision du barème d’indemnisation…

Les ICS menacent les populations…

Face à la défense des droits des populations et de leur dignité, les autorités administratives ont comme mission de faire plier ces honnêtes gens et les faire céder leurs champs à offrir aux Indiens. Il est anormal que les ICS s’enrichissent à coups de milliards dans la zone en passant par la brèche d’une législation obsolète et entraînant les populations dans un dénuement total tout en refusant de les indemniser à la juste valeur. En plus de cela, les ICS auraient menacé les populations de les priver d’eau dans les jours qui viennent…“, dénoncent les activistes.

“Les ICS spolient les paysans, polluent le département et constituent un gouffre de retombées économiques et sociales pour une une entreprise qui a fait 218 milliards de chiffres d’affaires en 2018 mais qui, à part 5 milliards en impôts sur le revenu et cotisations sociales, ne paie aucune redevance ni taxe en vertu du code minier de 1988 qui n’avait pas prévu ces dispositions fiscales“, regrettent les activistes.

Forcing raté…

Raison pour laquelle, à partir de Janvier 2020, Aar Linu Bokk rappelle qu’ils avaient le Collectif FPD (Forces Pour le Développement de Meouane) dans son combat à soutenir la plateforme revendicative des habitants de Tobéne et environs. “Le 15 Janvier 2020, poursuit Aar Linu Bokk, le sous-préfet de Meouane accompagné d’escadrons de gendarmes, avait fait incursion dans les champs de Tobéne avec des géomètres pour prendre des mesures. Après ce premier forcing raté, des négociations ont suivi et des rencontres avec les autorités locales et étatiques“.

Le passage de Aly Ngouille Ndiaye…

Le Mardi 28 juillet 2020, le Ministre de l’intérieur Aly Ngouille Ndiaye était de passage à Meaouane afin de se prononcer sur le blocage de l’extraction du phosphate des ICS par les populations de Tobene, de Macka et de Keurma Gueye. Après avoir écouté les deux parties concernées, le ministre rappelle que le décret qui régit le barème national date de 1974 et, par conséquent, doit être revu et réactualisé. On ne parle plus de barème officiel en vigueur poursuit le ministre, d’où la nécessité d’appeler les populations à une concertation sérieuse sur la question des indemnisations. Les populations n’ont jamais douté de la bonne foi du ministre qui, pourtant, a donné l’ordre aux forces de l’ordre de les mater, les gazer, et procéder à des arrestations arbitraires…“, déplore Aar Linu Bokk.

Négociations… Réclamations…

Sur ce, les activistes de Tivaouane dénoncent, “avec la plus grande fermeté, cette violence gratuite contre d’honnêtes citoyens qui ne demandent qu’une indemnisation juste et raisonnable avant de céder aux ICS leurs terres qui demeurent leur seul moyen de subsistance“.

Ils réclament “des négociations inclusives et un barème substantiel et consensuel, mais aussi la fermeture des sites après exploitation et un retour des terres dans de nouvelles conditions praticables et arables“.

170 Whatsapp
Annonces
guest
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus noté
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
PUBLICITÉ
ACTUALITÉS RÉCENTES
    17:37 - 29/09/2020

    Amadou Latyr Ndour (Ast): “Former des agents de sécurité et de citoyenneté”

    Whatsapp
    17:16 - 29/09/2020

    Inondations Dakar et Thiès : 8 100 personnes affectées, selon la Croix-Rouge sénégalaise et la Ficr

    Whatsapp
    17:16 - 29/09/2020

    Touba : Idy, Khalifa Sall, Gakou reçus par le Khalife des Mourides…(photos)

    Whatsapp
    17:14 - 29/09/2020

    Le PSG communique sur la blessure d’Idrissa Guèye et de Neymar…

    Whatsapp
0
Votre avis comptex
()
x
Whatsapp