Tentative d’assasinat de Sonko : Le Procureur épluche les factures de la clinique et accuse un membre Pastef

Le procureur général Ibrahima Bakhoum a rencontré la presse ce mardi, pour la première fois depuis sa nomination par le Président de la République. Dans cette conférence de presse, sans questions-réponses, il a surtout abordé les affaires concernant Ousmane Sonko, leader du parti Pastef, en particulier son hospitalisation à la clinique Suma Assistance.

Les auditions et le secret médical

Le procureur a auditionné plusieurs médecins de la clinique Souma Assistance, à savoir le Docteur Ngom, ophtalmologue, le Docteur Boulos, échographe, et le Docteur Cissé, généraliste. Ces médecins, collaborateurs du Docteur Babacar Niang, ont invoqué le secret médical et n’ont pas souhaité s’exprimer sur les soins prodigués à Ousmane Sonko.

Perquisition à la clinique et découverte

Suite au refus des médecins d’évoquer les soins apportés à Ousmane Sonko, le procureur a ordonné une perquisition à la clinique Suma Assistance. Lors de cette perquisition, des factures ont été découvertes, détaillant les services rendus à Ousmane Sonko et les tarifs associés.

Analyse des factures d’Ousmane Sonko

Lors de son séjour à la clinique Suma Assistance, Ousmane Sonko a été pris en charge sous le numéro de dossier médical 2395. Il est entré à la clinique le 16 mars 2023 et en est sorti le 21 mars 2023. L’enquête du procureur a été déclenchée suite à l’accusation de tentative d’assassinat, et jusqu’à présent, rien d’autre que l’asthme n’a été trouvé dans le dossier médical de Sonko.

Le procureur n’a eu accès qu’aux factures, détaillées ci-dessous :

  1. Facture du 21 mars 2023, émise par Suma Assistance à Ousmane Sonko :
    • Hôtellerie : chambre de catégorie CH1 pour un montant total de 600 000 F CFA.
  2. Actes médicaux :
    • Nébulisation : 10 000 F CFA au total.
  3. Consultation ophtalmologique :
    • Docteur Ngom : 15 000 F CFA.
  4. Visite médicale :
  5. Docteur Boulos, échographe : 25 000 F CFA.
  6. Rubrique, unité mobile de soins :
    • Total : 40 000 F CFA.
  7. Honoraires des médecins :
    • Docteur Ngom : 25 000 F CFA.
    • Docteur Thiam : 25 000 F CFA.

Malgré l’analyse de ces factures détaillées, le procureur estime ne pas disposer d’informations suffisantes pour faire avancer l’enquête ouverte. Le dossier médical d’Ousmane Sonko n’a révélé que la présence d’asthme, et l’enquête sur la tentative d’assassinat n’a pour l’instant pas permis d’établir d’autres pistes que celle de Yarga Sy, un militant du parti Pastef et membre du service de sécurité d’Ousmane Sonko. Le montant total des factures s’élève à 890 000 F CFA, payé le 23 mars 2023.

L’enquête et la piste Yarga Sy

Le procureur général a souligné que l’enquête n’a pas permis de mettre en évidence d’autres éléments que ceux présentés par Yarga Sy, membre du service de sécurité d’Ousmane Sonko et militant du parti Pastef. Selon les déclarations de Yarga Sy aux enquêteurs, il a remis un tissu aux couleurs vert, jaune et rouge à Ousmane Sonko, contenant du vinaigre, connu pour atténuer les effets des gaz lacrymogènes.

Arrestation et accusations portées contre Yarga Sy

Yarga Sy a été arrêté le 16 mars 2023, jour des manifestations, et a confirmé avoir donné le tissu imbibé de vinaigre à Ousmane Sonko pour atténuer les effets des gaz lacrymogènes. Faute de preuves établissant que le produit contenu dans le mouchoir était toxique ou nuisible, Yarga Sy a été placé en détention pour des chefs d’accusation d’homicide volontaire, tentative d’assassinat et administration de substance nuisible à la santé. Le procureur a indiqué que M. Sy était en instance de déferlement.

En conclusion de sa déclaration, le procureur général a rappelé que les investigations n’ont pas permis de déterminer d’autres éléments liés à la tentative d’assassinat présumée d’Ousmane Sonko, hormis la piste de Yarga Sy. Ce dernier, selon ses propres dires, est un militant du parti Pastef, et n’a pu fournir aucune preuve que le tissu imbibé de vinaigre qu’il a donné à Sonko était toxique ou dangereux.

Voici en vidéo diffusée en direct sur Senego TV, la déclaration complète du procureur Bakhoum.