Report Présidentielle : Youssou Diallo décortique les retombées du soutien de Macky Sall à Amadou Ba

Le soutien renouvelé de Macky Sall à Amadou Ba lors du dernier Conseil des ministres ouvre une nouvelle ère politique au Sénégal, marquée par une dynamique de confiance et d’alliance au sein de la majorité présidentielle. Youssou Diallo, Président du Club Sénégal Émergent, analyse les enjeux et propose des solutions pour conforter Amadou Ba comme candidat incontournable, soulignant l’importance cruciale de cette transition vers un engagement politique total pour l’avenir du pays.

In extenso sa tribune

Le communiqué du dernier Conseil des ministres, celui d’hier soir, mercredi 07 février 2024, informe que le Président de la République Macky Sall , renouvelle sa confiance à son Premier Ministre Amadou Ba et que ce dernier, en retour , a marqué son accord sur le report de la Présidentielle prévue désormais le 15 décembre 2024.

La situation consécutive à ce communiqué, marque, par une lecture au premier degré, un nouveau tournant dans l’évolution du contexte politique défavorable de notre pays, créé par le report de la présidentielle.; en particulier au sein de la majorité, la crise de confiance supposée ou réelle de ces derniers jours, faisant d’ailleurs l’objet de nombreuses supputations, sur les relations entre le Président de la République et son Premier Ministre, doit être stoppée.

En conséquence, nous allons tenter d’esquisser deux pistes de solutions à la contradiction complexe entre l’APR , Benno et son candidat :

1- Le choc reçu par les partisans de la majorité à la suite de la déclaration brutale de non candidature du Président Macky Sall , à moins de trois mois de la date officielle de l’élection, et la démobilisation relative de l’APR suite aux dissensions internes, ont engendre de nombreuses fractures. Les départs de Mouhamed Dionne, Aly Ngouille Ndiaye, Mame Boye Diao, Serigne Gueye Diop, Alioune Sarr, Assome Diatta et autres, en sont la meilleure preuve.
Ainsi, la solution raisonnable du choix du Premier Ministre Amadou Ba comme candidat de Benno Bokk Yakaar et de l’APR , doit être définitivement confirmé puis sécurisé dans les faits, si l’on ne veut pas ôter à l’actuelle majorité présidentielle , ses ultimes chances de conserver le pouvoir.

Selon toute vraisemblance, un changement inacceptable, imprudent, incompréhensible, hasardeux et suicidaire de candidat pourrait être fatal à l’APR et à BBY.
Amadou Ba, candidat de l’APR , de Benno et de la grande majorité présidentielle devra d’abord être renforcé politiquement et psychologiquement par le Président Macky Sall lui-même , et par toute la galaxie présidentielle, ensuite.

Le communiqué du Conseil des ministres du 07 février 2024 est rassurant de ce point du nouveau cap pris dans ce sens par le Président Macky Sall.

Le candidat ayant besoin d’être soutenu, rassuré et respecté, les instances et responsables de l’APR et de Benno lui devront loyauté et dévouement en se mettant en branle et à son service pour le triomphe de sa candidature et non le contraire. Alors, il ne doit plus être toléré, qu’il soit attaqué ou publiquement défié et surtout impunément !

2- Le Candidat Amadou BA, pour sa part, a déjà donné au Président Macky Sall, Président de l’APR et de Benno, tous les gages d’une loyauté indéfectible.

Il a arrondi stoïquement le dos et n’a rendu aucun coup malgré toutes les attaques et perfidies subies. Il doit persévérer dans cette attitude qui forge dans le feu de l’action et de la lutte les grands leaders politiques et hommes d’État exceptionnels.

Cette solution permettra à Amadou Ba de poursuivre et amplifier les efforts pour rassurer, rassembler et mettre en mouvement les principaux responsables de l’APR , de Benno, ainsi que les militants et sympathisants de la mouvance présidentielle.

A cet effet, il doit se rendre disponible et accessible, évitant d’abord d’être prisonnier des rigueurs des procédures du protocole d’État ,en se libérant ensuite des lobbies de courtisans et supposés amis qui cherchent à l’enfermer dans un carcan et de l’isoler de la mouvance politique présidentielle.
Amadou Ba doit faire sienne la vérité qu’il lui sera impossible de gagner sans le soutien de l’APR et de Benno, en particulier celui de ses responsables politiques de premier plan. Sa communication doit alors devenir plus politique et moins administrative et conventionnelle.

Et son action devrait s’ouvrir aux électeurs non politiques, c’est-à-dire les mouvements de sympathisants et de soutien car la différence à la prochaine élection se fera à ce niveau.
Par ailleurs, il devra demander au Président de la République, dans des délais convenus, d’être libéré du poste de Premier Ministre du Gouvernement pour se mettre au service exclusif de sa candidature.

Oui Mon cher ami Amadou, c’est le point de vue que je ressasse depuis ta désignation, la présidentielle n’est pas la rencontre entre un Premier Ministre et son peuple, mais la rencontre entre un homme, un candidat et son peuple.
Il faudra désormais quitter la tour d’ivoire du petit palais et de la primature, le protocole et les privilèges d’État, les costumes et cravates bien lisses , les boubous immaculés, pour plonger dans l’arène tumultueuse de la politique, dans les bousculades, la sueur et le bruit, la poussière et les pistes chaotiques du Sénégal des profondeurs et de nos banlieues, les contradictions, les invectives et parfois les quolibets et huées, pour convaincre l’APR, Benno et la Majorité présidentielle d’abord, ensuite et ensuite seulement, le peuple sénégalais pour espérer devenir le Président du Sénégal en décembre 2024 !

Mon cher ami, à quelque chose, malheur est bon !

Nos chemins se sont croisés depuis le début des années 1980 à la Faculté des Sciences juridiques et économiques, de l’Université de Dakar où, nous avons mené de nombreux combats dans le mouvement étudiant sénégalais et de Dakar. Mais aussi à l’ENAM devenu plus tard ENA ,enfin dans la vie tout court !

Je sais que tu n’as pas encore révélé tout ton potentiel politique et ton leadership, tu peux et dois mieux faire pour ton camp politique et le Sénégal. Tu en as la compétence, l’intelligence et surtout les vertus cardinales dont la moindre et la plus importante est la patience et l’endurance devant l’adversité et les épreuves !
Le moment est arrivé de faire le saut difficile mais, indispensable, nécessaire et salvateur politiquement, de la station gouvernementale vers la jungle politique, non pas à mi- temps, mais à plein temps, comme le fit et victorieusement ton actuel mentor, le Président Macky Sall.

Il commence à se faire tard, mon cher ami, la voie est sinueuse et difficile mais l’avenir est radieux !
Dakar, ce 8 février 2024

Youssou Diallo
Président du Club Sénégal Émergent

COMMENTAIRES
    Publiez un commentaire