Recours auprès de l’ARTP : Les  »sanctions et mesures utiles » de Frapp contre Orange

Recours auprès de l’ARTP : Les  »sanctions et mesures utiles » de Frapp contre Orange

Comme prévu, le Frapp a déposé, ce mardi matin, un recours auprès de l’Autorité de régulation des télécommunication  et des postes (ARTP) contre l’opérateur Orange.  Les camarades de Guy Marius Sagna, qui n’écartent pas de saisir le Procureur, réclament des sanctions et des mesures utiles contre l’opérateur Orange-Sonatel. Voici in extenso le texte déposé…

« L’ARTP, en sa qualité de régulateur, investi d’une mission de service public avec ses déclinaisons naturelles en termes de protection de l’intérêt général et, tenant compte du contexte de crise et de pandémie mondiale de Covid-19, a demandé à Orange-SONATEL, de surseoir aux nouvelles offres mises sur le marché, le 22 juillet 220 [et] à toutes les parties prenantes, de prendre acte de cette décision ».

Défiance publique de Orange…

Face à une telle décision, Orange-SONATEL décide toujours de maintenir ses tarifs, ce qui constitue en soi un acte de défiance publique à l’égard d’une autorité de régulation placée sous son contrôle et participe à jeter le discrédit sur une structure publique de la République investie d’une mission de service public.

De tels faits permettent de rappeler au régulateur que la protection des consommateurs est d’intérêt général et que le pouvoir de sanction constitue l’un des instruments de la régulation.

… A l’égard de l’ARTP

C’est pourquoi sur la base d’une saisine en réclamation de sanctions et de mesures utiles contre l’opérateur Orange-SONATEL, nous avons demandé à l’autorité de régulation des télécommunications et des Postes (ARTP) :

Ce que doit faire l’ARTP…

– D’infliger à l’opérateur Orange-SONATEL une sanction pour avoir maintenu ses tarifs par acte de défiance publique à l’égard d’une autorité de régulation placée sous son contrôle et de jeter le discrédit sur une structure publique de la République investie d’une mission de service public, violation des dispositions du décret n°2014-770 du 14 juin 2014 précisant certaines obligations des opérateurs quant au droit à l’information des consommateurs notamment celles relatives à la légalité, la transparence et la loyauté des offres ;

…A l’encontre de Orange-Sonatel

– De mettre en œuvre à l’encontre d’Orange-SONATEL les pénalités, prévues par le Code des communications électroniques, ses décrets d’application et par le cahier des Charges, pour retard de l’opérateur dans l’activation des anciens forfaits illégalement supprimés ;

– De prendre toutes mesures utiles contre le maintien de ces nouvelles offres illégales décidées unilatéralement par l’opérateur Orange-SONATEL.

Vers la saisine du procureur

NB : Parallèlement à cette procédure administrative, nous nous réservons le droit de saisir le Procureur de la République en dénonciation d’infractions d’actes de défiance et de discrédit à l’égard des mesures d’une structure publique, de trouble à l’ordre public économique, occasionnés par les responsables d’un opérateur sur le marché des télécommunications.

2 COMMENTAIRES
  • Malick Diallo

    Disons que normale si notre etat nest pas complice des forfetures illicite que orange a fait je pense si ont navait un gouvernement responsable orange vas retournait anarriere il nous prennent comme des vaches a lait par la complicitè de nos gouvernement corronpus..ya trop de corronptions dans nos pays une seule personne qui detruient milles senegalais cest vraiment domage . pour lafrique nos sales gouvernement nous portent prejudice nos enfants nont plus davenire le procureur minitere public representant de la societè doit a gire rapidement. pour le cas de orange.oour que de telle pratique ne renouvelle pas a bon entendeur salue .

  • mon pays ma patrie

    seul la lutte libère
    nous sommes de tout cœur avec vous les soldats de la république

Publiez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *