Platini sur le communiqué de la CAF « C’est faux, injuste, et insultant »

Platini sur le communiqué de la CAF « C’est faux, injuste, et insultant »

Après une intervention télévisée de Michel Platini concernant un report éventuel de la prochaine Coupe d’Afrique des nations pour cause de virus Ebola en Afrique de l’Ouest, la Confédération africaine de football a répondu au président de l’UEFA, en dénonçant son « ingérence ». Une critique à laquelle Michel Platini répond à son tour. Il demande des « excuses » à la CAF.

Décidément, la CAN 2015 qui doit se dérouler au Maroc en janvier prochain fait couler beaucoup d’encre. Cette fois, il est question de la réponse de Michel Platini, le patron de l’UEFA, à la Confédération africaine de football.

Reprenons. Dimanche dernier sur la chaîne BeIN Sports, Michel Platini était amené à réagir sur la possibilité de reporter la CAN 2015 au Maroc pour cause de virus Ebola, un fléau qui continue de faire des ravages dans l’ouest du continent africain. Et voici ce que l’ancien international français a répondu : « La santé des gens est prioritaire. Il faut avant tout contacter les instances mondiales de la santé. »

Platini ne voit pas où est le problème

Cette réponse n’a pas du tout été du goût de la CAF qui a rapidement répliqué. Mardi soir, dans un communiqué publié sur son site internet, on pouvait lire : « En dehors des trois pays lourdement touchés par cette épidémie que sont la Guinée, la Sierra Leone et le Liberia, où l’OMS a clairement indiqué à la CAF qu’il fallait éviter les rassemblements de masse, la mesure pour l’instant ne vaut pour aucun autre pays du continent. »

Et d’ajouter : « Mais il faudrait se garder de ce qui apparaît en tout point de vue comme une ingérence, par un président de confédération, dans des affaires qui concernent d’abord et avant tout l’Afrique et la CAF. Au nom du principe de non-ingérence qu’elle s’astreint à respecter, la Confédération africaine de football s’est gardée jusqu’ici de se prononcer sur quelque acte de gestion du football européen ou de tout autre continent. » Et le communiqué conclut : « La CAF tient par la présente à réaffirmer qu’elle attache du prix au respect de sa souveraineté et n’entend pas laisser qui que ce soit interférer dans la gestion de ses affaires. »

Une déclaration publique d’un président de confédération au sujet de ce qui se passe dans une autre confédération peut-elle s’apparenter à de l’ingérence ? Michel Platini ne le pense pas. Il a à son tour réagi dans un communiqué, hier. « Je n’ai jamais interféré dans ces affaires. J’ai clairement dit à trois reprises que tout cela relevait de votre juridiction. Ceci étant dit, votre communiqué est basé sur de fausses informations. Je le considère comme injuste et même insultant. Votre communiqué me blesse. J’attends un retrait immédiat de ces allégations et des excuses formelles ». Désormais, c’est à la CAF de répondre.

COMMENTAIRES
    Publiez un commentaire