Annonces
» » » Dialogue national : le CONGAD milite pour une...

Dialogue national : le CONGAD milite pour une décentralisation de la participation citoyenne

  • Abdoul Aziz Abdoul Aziz

Le Conseil des organisations non gouvernementales d’appui au développement (CONGAD) milite pour une “décentralisation de la participation citoyenne” au “dialogue national”, à travers les différentes régions du Sénégal et la diaspora, sur la base d’une méthodologie axée sur des groupes thématiques.
“Le CONGAD se propose de participer à l’élaboration des termes de référence, lequel document devrait opter pour une méthodologie basée sur la mise en place de groupes thématiques axés sur les politiques publiques dans leur diversité ainsi qu’un groupe spécifique qui abordera les questions de l’animation du dialogue politique”, écrit-il dans un communiqué.
“L’existence de ces groupes de travail suppose une décentralisation de la participation citoyenne du point de vue spatial, au niveau de toutes les régions et de la diaspora”, ajoute le CONGAD dans ce communiqué transmis à l’APS dimanche, au lendemain du lancement solennel du processus du “dialogue national” auquel ont été conviés les les “forces vives” de la nation, à l’initiative du président Macky Sall.
“Ce processus doit être organisé par le ministère de l’Intérieur, sous la supervision du Premier ministre, avec le pilotage stratégique du président de la République. La commission nationale sur le dialogue national à mettre en place devrait être composée d’un groupe restreint sur chaque classe d’acteurs”, propose cette organisation regroupant plusieurs ONG opérant au Sénégal.
“L’œuvre en cours porte l’espoir de tout un peuple pour désormais déclencher un sursaut économique et social national par et pour tous les acteurs nationaux, au seul bénéfice du Sénégal”, peut-on lire dans ce communiqué.
Le texte signé du président du conseil d’administration du CONGAD, Amacodou Diouf, souligne que le “dialogue national” doit prendre en compte “la fonction de régulation de l’Etat dans le jeu économique national pour l’émergence d’un Etat moderne, impartial et facilitateur”.
Il doit également aller dans le sens de “la promotion d’une concertation plurielle et dynamique en favorisant de nouveaux mécanismes du dialogue corporatif tels que l’organisation des assises de la société civile du Sénégal”.
Le CONGAD signale, dans la même perspective, “la nécessité de promouvoir les concertations entre le secteur privé et la société civile, en travaillant autour d’instruments de gouvernance de certains secteurs sensibles de l’économie de notre pays comme les industries extractives, à l’image du Ghana qui dispose d’une charte consensuelle de gestion des ressources pétrolières”.
Le “dialogue national” doit par ailleurs souligner “l’impérieuse nécessité de procéder à la revue du mode de financement du développement national basé sur la coopération bi et multilatérale”, note-t-on de même source, en allusion à “la problématique de l’efficacité de l’aide”.
APS
Annonces
Annonces

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *