PUBLICITÉ
macky sall frank timis aliou sall me malick sall ige - Aliou Sall - BBC - Rapport IGE : Que de contradictions...

Aliou Sall – BBC – Rapport IGE : Que de contradictions…

Comment le rapport de l’Inspection générale d’État (IGE) qui date de 2012, n’a-t-il pas été transmis au président de la République ? Si on sait que l’IGE est sous sa coupole at que le Président aurait lui-même commandité l’enquête, dit-on… A quel niveau se situe la responsabilité de nos institutions dans cette affaire impliquant son frère, Aliou Sall, accusé par Bbc d’avoir obtenu des pots-de-vin ?

Depuis l’éclatement de l’affaire « Sall gate », c’est le branle-bas au sein de la mouvance présidentielle. Les lieutenants ne ratent pas l’occasion de faire des sorties au vitriol pour défendre le frère du Président qui, selon eux, serait la victime de multinationales désireuses de partager le gâteau de nos ressources et qui ont commandité ce reportage de Bbc, organe réputé « sérieux« .

« Ils veulent ‘brûler’ le pays afin de s’accaparer nos ressources… », diront certains pontes du régime. Une hypothèse à ne pas écarter, si on analyse bien le contexte géopolitique actuel, mais aussi le cas de la Libye.

Toutefois, invité de l’émission « Jury du dimanche », sur iradio, Ibrahima Sané, ancien de la BBC, faisait savoir que le Gouvernement « ne peut pas donner d’instruction à la BBC » qui, rappelle-t-il a été fondé il y a bientôt un siècle, en 1922. Et depuis lors, a survécu et « s’est établie comme le service public par excellence. C’est-à-dire que ce n’est pas une radio ou une télévision d’Etat (…) Le Gouvernement britannique ne peut pas  donner d’instructions… »

Et depuis le début de l’affaire qui a eu l’effet d’une bombe, la déception demeure le sentiment le mieux partagé chez les Sénégalais. Même la conférence de Aliou Sall qui a tenté de se laver à grande eau n’a pas convaincu, selon certaines indiscrétions. Et le soutien de son frère, le jour de la Korité, est perçu comme un parti-pris. Toutes choses qui font que beaucoup  se disent que la famille prime sur l’intérêt national.

Les vaines tentatives de la communication du Palais, les sorties multiples des lieutenants apéristes, les tentatives de diversion… n’ont rien changé.  Aliou Sall est devenu l’homme à abattre pour le camp d’en face.

La société civile et l’opposition regroupées autour d’un front se sont approprié le combat, en exigeant plus de transparence dans la gestion de nos ressources. Un nouveau souffle pour ces derniers qui, depuis la victoire du président Macky Sall, au soir du 24 février 2019, peinaient à exister. Et lors d’une conférence de presse, ce lundi, la plateforme Aar Li Nu Bokk qui regroupe des partis politiques, des mouvements de la société civile tels que : CosM23, LEGS Africa, Mouvement Y en a marre, PASTEF, AGIR, CAJUST, One Million March, Force Démocratique du Sénégal (FDS), Congrès pour la Renaissance Démocratique (CRD) Dafa Jot, Avenir Sénégal Bi Nu Beug, Imam Ahmadou Kanté (indépendant), Frapp France Dégage, a appelé à un grand rassemblement, ce vendredi, à la Place de la Nation.

Controverse et contradictions autour d’un rapport 

Le Gouvernement dit ignorer d’où sort ce rapport. « Le Rapport de l’IGE à propos du contrat de Petro-Tim, s’il existe, n’est pas le résultat d’une lettre de mission du Président de la République qui ne l’a d’ailleurs pas reçu. Il est difficile de déclassifier ce qui n’existe pas légalement selon les procédures de l’IGE », avait écrit El Hadji Hamidou Kassé sur son compte Twitter,

C’était sans compter avec le Dg de PETROSEN, Mamadou Faye qui, sur iradio, ce dimanche, a confirmé l’existence de ce rapport de l’IGE qui, le même jour, le dimanche 09 juin 2019, a été publié à travers les réseaux sociaux.

Le ministre de la Justice qui affirme que ce rapport de l’IGE qui date de 2012, « n’a pas encore été transmis à Monsieur le président de la République… », annonce saisir le Procureur général près de la Cour d’Appel de Dakar « pour l’ouverture d’une enquête sur l’ensemble des faits allégués… » Tout le monde s’est fait expert en la matière depuis l’éclatement de l’affaire Aliou Sall, par la BBC. Entre contradictions et déballages, chacun y va de ses intérêts.

Qui croire ?

Qui croire, si l’on sait que l’IGE n’agit pas sans lettre de mission. Les inspecteurs ne peuvent agir sans en recevoir l’ordre d’en haut. Ce rapport datant de 2012 indique que Pétro Tim ne remplissait pas les conditions pour obtenir un permis de recherche et d’exploration des hydrocarbures au Sénégal. L’Ige dans son rapport

d’enquête du 94/

2012 d’octobre 2012, suggérait aussi à l’autorité que les permis octroyés à Pétro-Tim soient retirés, en raison des irrégularités qui entachent la validité de la convention signée avec Pétro Tim qui en est le substrat…

Il est bon aussi de rappeler que l’enquête de l’IGE avait été lancée à la suite d’une plainte de la compagnie Tullow Oil Sénégal qui avait écrit aux autorités de l’époque pour se plaindre du traitement qui lui a été réservé par Petrosen. Le 2 mai 2012, la directrice Sénégal de Tullow Oil, Awa Ndongo, avait saisi le ministre chargé de l’Energie de l’époque pour déclarer irrégulière la convention de recherche et de partage d’hydrocarbures liant l’Etat à Pétro Tim.

Mais à la grande surprise, « elle a constaté que les blocs concernés ont été attribués à Pétro Tim Limited, avant même que la demande de paiement de bonus de signature n’eût été formulée, ce que n’ignorait pas le directeur de Petrosen« . Pour ainsi dire, selon le Dg de Tullow Oil, le Dg de Pétrosen voulait « escroquer » son entreprise. Et l’objet du litige portait sur les blocs de recherche de Cayar offshore profond et Saint-Louis offshore profond.

Ainsi, interrogé par l’Ige, le Dg Mbodj aurait rétorqué que sa « demande a été motivée par la volonté de rendre attractive l’offre de Tullow qui n’était pas seule à solliciter les blocs concernés« . Argument battu en brèche par les enquêteurs de l’Ige, selon qui, dès le départ, Pétro Tim n’aurait même pas dû être retenue, encore moins autorisée à présenter une offre de convention.

L’Ige assure que c’est suite à un courrier adressé au ministre Karim Wade, daté du 3 octobre 2011, que le représentant de Pétro Tim limited, M. Wong Joon Kwang, a manifesté son intérêt pour les blocs de Saint-Louis offshore profond et Cayar offshore profond.

Le 10 octobre de la même année, le ministre Karim Wade donne, par courrier, des instructions au Dg de Pétrosen de prendre contact avec les représentants de Pétro Tim, d’étudier leurs propositions et de voir les modalités d’une éventuelle délivrance de permis de recherche et d’exploration sur les blocs sollicités. A la suite de quoi, en avril 2012, M. Kwang s’est félicité d’avoir pu conclure avec Pétrosen un contrat sur les blocs cités, et s’est engagé à mettre rapidement en place les procédures et les équipements nécessaires, ainsi que le personnel requis pour entamer le travail.

Ce rapport de l’IGE, on en a tellement parlé…

Ce n’est pas la première fois qu’on parle, de ce rapport de l’IGE. Pourquoi vouloir nier, aujourd’hui son existence ? Dire que le président de la République ne l’a pas reçu, alors que des journalistes, comme Baba Aïdara, en 2017, en ont beaucoup parlé, Birahim Seck du Forum civil, entre autres ?

Le journaliste Baba Aïdara expliquait, dans des vidéos qu’il existait bel et bien un rapport de l’Ige sur Petro Tim. Il faisait partie des premiers à révéler les entretiens des IGE avec des pontes de Petersen, comme Mamadou Faye, actuel Directeur de Petrosen. Le même qui a démenti le Palais concernant l’existence de ce rapport. Mais aussi le conseiller d’exploration de Petrosen, Alfousseynou Wane et le conseiller juridique, Aïssatou Sy. Tous ont été cités dans ce rapport.

Alors, depuis qu’on en parle dans les médias, comment se fait-il que le Président Sall n’ait pas eu connaissance de ce rapport, publié dans les réseaux sociaux ? Le fait-il parce que le dossier a commencé à prendre une ampleur internationale ?

Autant de questions peuvent découler de cet agissement du régime qu’on pourrait qualifier de tentative de diversion, de déplacer le débat là où il n’est pas.

Annonces

(3) commentaires

Kilab

Thiakhane bakhoul Le decret 2007-809 qui fixe les règles d’organisation et de fonctionnement de l’Inspection générale d’Etat est clairen son article 6 alinéa 2 indique que
« Dans tous les cas, les rapports des Inspecteurs généraux d’Etat sont transmis au Président de la République qui décide des suites à leur donner ».
Oui Macky a reçu le rapport de l’IGE qui lui recommandait notamment de retirer le permis à Petro tim. Il a agit en toute connaissance de cause. C’est le premier responsable dans cette affaire. Il doit mourir en prison ce vendu

Anonyme

On doit le faire comme samuel Do

Les Patriotes

Il nous prend pour des moutons

Publier un commentaire