Annonces
» » » 109 milliards sur les 192 milliards FCFA de...

109 milliards sur les 192 milliards FCFA de besoins en investissements pour Kédougou, disponibles selon Mimi Touré

109 milliards, Besoin en investissement, Développement, Kédougou, Mimi Touré

Plus de 109 milliards sur les 192 milliards en besoins en investissements exprimés par la région de Kédougou sont déjà disponibles parce que votés par l’Assemblée nationale et inscrits sur le plan triennal prioritaire 2014-2017, les 83 milliards restants sont à rechercher auprès des partenaires dans le cadre du Plan Sénégal émergent (PSE), a indiqué mercredi le Premier ministre Aminata Touré.

Les besoins de financement de la région ont été exprimés au cours d’une rencontre qui s’est déroulée, mardi à Kédougou. Etaient représentées différentes couches socioprofessionnelles de la région, dont des organisations de la société civile, des associations de femmes et de jeunes, entre autres.

Le conseil interministériel tenu mercredi a discuté le programme régional de développement de Kédougou lors d’une ‘’matinée riche en débats, échanges et propositions’’, a relevé le Premier ministre.

‘’Dans le cadre de la synthèse, nous sommes restés dans ce qui est prévu au niveau du plan triennal d’investissement prioritaire d’un montant de 109,209 milliards pour la période 2014-2016’’, a dit Mme Touré, indiquant que le plan lui-même est de 192 milliards.

La différence de 83 milliards sera prise en charge dans les projets approuvés (du Plan) Sénégal émergent’’. ‘’L’ambition du président de la République est que tous les Sénégalais se sentent Sénégalais’’, quel que soit le lieu où ils habitent, a-t-elle dit au terme du conseil interministériel qui a duré plus de trois heures d’horloge.

A ce propos, elle a relevé quelques problèmes auxquels est confrontée la région du Sud-est, et qui mettent en évidence des paradoxes. Etant arrosée par des cours d’eau, Kédougou abrite des populations qui ont des difficultés à accéder à l’eau potable. S’y ajoute, a-t-elle, souligné entre autres, que c’est la ‘’région la moins électrifiée du pays’’.

Cette région à vocation agricole a ‘’malheureusement l’un des plus forts taux de malnutrition’’, a déploré Aminata Touré.

‘’Les échanges ont montré que les investissements réalisés dans la région sont jugés jusqu’ici très faibles et les initiatives peu développées pour une région à forte potentialité agropastorale, forestière, faunique, commerciale et minière’’, a rapporté le secrétaire du gouvernement Seydou Guèye.

 »Ces échanges ont aussi mis en évidence des opportunités réelles de développement du tourisme, de l’artisanat, et du commerce transfrontalier qui buttent très souvent sur l’enclavement, la faiblesse des infrastructures, des équipements, de la formation et de l’encadrement’’, a-t-il relevé.

Le programme d’investissement en cours d’exécution d’un montant exact de 109.209.090.682 francs CFA.

 »Sur ce montant, 55,9 milliards, équivalant à 51,2%, sont financés par l’Etat et 53 milliards ( 48,2%) par les partenaires », a dit Aminata Touré.

Le programme touche tous les secteurs, notamment l’agriculture avec 4,2 milliards, l’élevage (2 milliards), l’environnement (5,2 milliards), l’hydraulique (2,5 milliards), les infrastructures et les services de transport (57,2 milliards) dont les travaux du pont reliant Kédougou à Fongolimbi.

L’urbanisme se voit affecter 4,7 milliards, la culture 1,2 milliards, l’éducation 4,7 milliards, la santé et la nutrition 1 milliard.
Le programme sera amplifié de plusieurs d’actions liées à la valorisation des produits forestiers et miniers, au renforcement des services sociaux de base, entre autres.

La région bénéficiera d’un programme d’équipement administratif, comportant la construction d’une préfecture d’un service de la Brigade mobile de sûreté, d’un commissariat et d’une gouvernance.
Des recommandations ont été formulé par le conseil pour une accélération du programme PADAER, le développement de la riziculture, à travers des aménagements, l’implantation d’une station de recherches agricoles, entre autres.

Le gouvernement se tient prêt à mettre en œuvre l’ensemble de ces recommandations, une fois validées par le président lors du conseil des ministres qu’il présidera jeudi, a dit Aminata Touré.

Annonces
Annonces

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *