PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
viol 1 - Yoff : Deux commerçants violent une déficiente mentale...

Yoff : Deux commerçants violent une déficiente mentale…

Les faits remontent au 22 septembre. Ce jour, à une heure indue, Pape Demba Ndoye et son ami, Daouda Diop sortent d’un bar sis à Yoff. Ivres comme des Polonais, ils tombent sur une déficiente mentale errant sur la voie publique.

Une proie toute faite pour les deux commerçants qui, sous l’effet de l’eau de feu, ne se soucient pas point de l’état mental de la dame habillée en haillons. Ndoye et Diop ne souhaitent qu’une seule chose : soulager leur libido, renseigne L’Obs.

Les faits

Ils abordent la dame et l’entraînent au domicile de Pape Demba Ndoye. Une fois dans l’intimidé de la chambre de Ndoye, la dame âgée d’une trentaine d’années, subit les assauts  de ses hôtes qui vont se relayer  sur elle.

La déficiente mentale neutralisée

Ndoye choisit de se servir en premier. Nu comme un ver de terre, il s’allonge sur la pauvre et lui impose un rapport sexuel, aidé par son camarde qui neutralise la déficiente mentale. Le père Ndoye qui rodait  dans la cour de la maison, est alerté par des pleurs et gémissements en provenance de la chambre de son fils.

Le père indigné 

Il ouvre la porte et aperçoit son fils, Pape Demba, 31 ans, sur la dame et Daouda Diop, 35 ans, lui tenant les bras. Faisant fi de sa présence et de ses injonctions, ils poursuivront leur vil besogne. Le père alerte les gendarmes de la brigade de gendarmerie de foire. Ils ont été déférés mercredi dernier, pour séquestration et viol sur une malade mentale.

Commerçants Viol
Annonces

(4) commentaires

Biram

c’est ça un homme de coeur un vrai pére de famille un courage pére. félicitation

Cheikh Ibra

Bouba la réconciliation ça te dérange tout change tout évolue seul les imbéciles ne changent pas

Amoul_Tour

Tchiey SENEGO yéna meuneu fène di nétalli li xew ci biir nègue com si yèna fekkeii actions yi.

Mbaye

Ils sont ivres comme des sénégalais oui. Les sénégalais sont devenus plus alcooliques que des Polonais. Arrêtez de chercher l’excuse ailleurs.

Publier un commentaire