PUBLICITÉ
Yakham Mbaye

Yakham à Tanor : « Mais Grand, qu’est-ce que tu m’as fait comme ça ? »

Yakham Mbaye est véritablement frappé par la disparition brutale de Tanor Dieng. Du moins c’est ce qu’on ressent dans cette contribution partagée sur sa page Facebook parcourue par Senego. L’on sait que perdre un parent ou un ami est, à tout âge, un événement dramatique.  C’est un événement de grands chamboulements car vivre un décès est d’autant plus violent car il intervient à un moment où l’on se sent déjà fragilisé. Lorsque l’on perd un être cher, il est normal de ressentir beaucoup d’émotions : de la tristesse, de la culpabilité, de la peur, de la colère ou encore des regrets et Yakham Mbaye, allié du président Macky Sall, ami de feu Tanor Dieng l’exprime si bien dans ce texte que nous vous proposons In Extenso.

« MAIS, GRAND, QU’EST-CE QUE TU FAIS COMME ÇA À TON « JEUNE HOMME » !?

Qu’est-ce tu m’as fait comme ça ?

Une injustice sans nul doute !

Que Dieu me pardonne !

Ainsi, je comprends le sens véritable de ton dernier sms lorsque j’insistais pour venir te voir en France, prétextant avoir nombre de « dossiers » à te soumettre, pour quérir tes éclairages : « Salam petit frère. Merci de te soucier de ma santé. PYM m’en parle. Je vais de mieux en mieux. Alhamdoullilah. Excellente journée. »

Tu avais compris, une fois de plus, que je « racontais des histoires ». Ça n’avait absolument aucun rapport avec la réalité. C’était une entourloupe. Tu ne voulais simplement pas me voir, parce que tu ne voulais pas que ton « jeune homme » voit « autrement » son Grand. Lorsque dépité, je m’en suis ouvert à ton jumeau, PYM, il m’a presque rabroué : « Ne me fatigue pas. Tu connais notre Grand. Pas autant que moi, certes, mais, tu le connais ».

Pourtant, tu n’avais pas à t’en faire : j’aurais tenu le coup en te voyant « autrement »… Bon, je vais arrêter de « raconter des histoires », ainsi que tu aimais me le dire : je n’aurais pas tenir le coup en te voyant « autrement ».

Et ce matin, je n’ai pas tenu le coup en apprenant ce qui s’est passé. Je suis resté plus d’une bonne heure au fond du lit. Ensuite, j’ai fait l’effort énorme de m’en tirer. Et d’appeler ton jumeau. Ce fut un échange silencieux. Enfin, je joins ton fidèle Mangane.

C’est lui qui m’a fait craquer, et obligé à aller le chercher à la Maison du Parti. Retour insoutenable en ces lieux d’où me revinrent les moments festifs d’il y a 23 ans. « Le Congrès sans débat ». Le long du couloir menant à tes bureaux, les cris de détresse de ce fidèle sans pareil m’ont glacé le sang.

J’ai pleuré sans répit avec lui, dans ma voiture, sur le chemin menant au domicile de PYM. Ton jumeau a été admirable de retenu et de grandeur. Son fils Ousmane, ton homonyme, non !

En regardant et écoutant PYM manager au téléphone les éplorés, alors, je me suis dit que nous n’avons pas le droit de te pleurer. Lui seul est habilité à le faire. S’il retient ses larmes, nous devons en faire de même.

Hélas, vaine tentation !

N’en pouvant plus, j’ai quitté PYM et Mangane pour aller me réfugier à mon bureau, au Soleil. Là, je me suis lâché. Surtout après avoir parlé à Amadou, ton autre cadet. Sa voix pudique à peine audible, le débit lent et saccadé de ses propos étaient éloquents : il était anéanti.

À sa suite, l’autre élément de la bande de Reims, Charles m’a appelé. Nos souvenirs de fac en France, où grâce à toi et PYM nous étions vus comme des privilégiés, ont fait le lit de notre discussion.

Grand, je me souviens des Hlm, en 1981, date de notre première rencontre, avec PYM, tu étais au volant d’une petite Bianchi, venu rendre visite à la progéniture fraîchement orpheline du père de ton meilleur ami, chez ma défunte grand-mère Aïda Sall.

Grand, je me souviens de nos tête-à-tête à l’immeuble Pasteur, au milieu des années 80, pour me raisonner avec compréhension, parce que j’avais encore déconner au lycée Van.

Grand, je me souviens de mes vacances turbulentes à Dakar, revenant de Frances, que tu finançais.

Grand, je me souviens de ton sourire fier lorsque je signais mon papier d’entrée dans le journalisme au Matin avec Pape Samba Kane (je ne lui ai pas encore parlé, mais, tu devines qu’il est à terre).

Grand, je goûte encore à mon plaisir fier lorsque tu es allé demander épouse pour ton « jeune homme ».

Grand, je me rappelle de ton propos de juillet 2014 sur un ton grave et fier, lorsque je fus nommé dans le Gouvernement : « De Gaulle a été Secrétaire d’État. Senghor a été Secrétaire d’État. Ton oncle Lamine Diack a été Secrétaire d’État. Soigne davantage ta mise et travaille tes dossiers. Parle peu, écoute toujours. Et ne nous fait jamais honte à PYM et moi. »

Grand, depuis ce matin, je ne fais que me souvenir et pleurer, comme je ne l’ai plus fait depuis trente neuf années et la mort de ce père que vous avez remplacé, toi et PYM.

Mais, Grand, à part mes larmes que j’ai du mal à retenir, j’ai un autre gros problème :

à la Tabaski, dans quelques jours, si mère se rend compte que tu n’es pas venu lui faire le ziar, que lui dire ? Près de quarante ans et pas une seule fois, je dis pas une seule fois, tu n’as manqué tes deux rendez-vous annuels avec elle : après les prières de la Korité et de la Tabaski, avant même de songer à immoler ton mouton, tu venais à ses côtés pour y rester au moins une bonne heure.

Peut-être que PYM qui a assez de ressources pourra régler ce problème. En ce qui me concerne, je pourrai lui « raconter des histoires » lorsqu’elle demandera « ana xarru Tanor », parce que tu le sais, de tous les moutons qu’elle reçoit la Tabaski, c’est le tien qu’elle préfère.

Et basta !

J’en ai marre de ce genre d’écrits sur mes Grands qui ont été tellement bons avec moi, et qui me quittent un à un, d’une manière si cruelle. Hier Bruno, aujourd’hui, toi.

Que Dieu t’accueille au Paradis et garde PYM !!!

PS : lorsque tu verras cette photo, sans nul doute, tu comprendras pourquoi je l’ai choisie pour accompagner mes écrits ; je me souviens encore de tes propos, ce jour, devant le Président Diouf ; je ne ménagerai aucun effort pour en être digne ».

Mais Grand Tanor
whatsapp 126
Annonces

(10) commentaires

Yaya

Mort suspecte comme celle de sidy Lamine Niasse, Bruno Diatta et tant d’autres. On élimine les potentiels adversaires

Nadji

Moussa +17165149121

Mamadou Seck

Plus besoin de commenter vu que dès qu’on parle de Maky dans le sens d’un opposant vous censurez. Dommage!!!!. Vos lecteurs se desabonnent petit à petit

Dodji

Ceux qui parlent du mal aux morts ne savent pas qu’ ils seront un jour enterrés

Mamadou

Je ne suis pas d’accord avec certaines manoeuvres de Tanor mais je m’incline devant ce témoignage affectueux et m’associe à vous dans les prières pour le repos de son âme.

Un Gorgorlou

Triste nouvelle. Je n’ai jamais vu Mr OTD hors de la presse, je ne peux donc porter qu’une appréciation sur ses résultats en tant qu’homme d’Etat et politique depuis une quarantaine d’années. L’état leur a donné tous les privilèges de la république afin qu’ils réussisent le développement de notre pays comme la Corée, Maurice, Maroc.. Hélas de puis bientôt 60 ans le chômage, la santé, l’alimentation, les services, l’éducation.. très peu d’avancées ont été faites. Petit Gorgorlou, ma famille et moi subissons directement les conséquences de ces mauvaises politiques. Les citoyens lambda ne devraient apprécier nos hommes politiques que sur leurs missions, leurs résultats sociaux-économiques, laissons les jugements personnels, privés à la famille

Alou

Je Suis vraiment tres touche et emu apres lecture de votre texte nous permettant ainsi de connaitre ne Serai qu un petit coin de la vie de cet etre digne.j avoue que le PS dont je ne Suis Ni membre Ni supporter
a produit Les meilleurs Hommes d etat et politiques de ce pays.Rip..

Djim Momar Sarr

j’ai les larmes aux yeux walahi

Gainde

Gorgorlou ce hiper pertinent comme analyse on moura tous un jr mais svp apreciez just nos hommes politique a la lumiere d leur resultat compte tenu d tt c k nos pauvres deniers ont fait pr eux c la triste realite nit ndieurign rek la ci askanam

Mbaye

Je pense que ce Yakham Mbaye est con du Sénégal