Violence dans les Universités : « Police partout, justice nulle part » (Y’en a marre et Frapp)
PUBLICITÉ

Violence dans les Universités : « Police partout, justice nulle part » (Y’en a marre et Frapp)

Après des jours d’échauffourées entre les Forces de l’ordre et les Etudiants, les mouvements Y en a marre et le FRAPP expriment leurs vives préoccupations face à la situation des universités sénégalaises. Ces deux entités expriment leur mécontentement et accusent le ministre de l’Intérieur, Antoine Félix Diome et le président de la République, Macky Sall.

Les faits

« Interdits d’accéder au niveau du Master (UVS), leurs diplômes pris en otage (universités privées), victimes de mal-bouffe (université Alioune Diop de Bambeye), ou des eaux usées des fosses (UGB), ou de retards de bourses, ou d’élections universitaires volées…les étudiants sénégalais sont réprimés, assassinés quand ils protestent contre leur oppression« , a rappelé les mouvements Y en a marre et du Frapp, à travers un post sur Facebook.

Les responsables cités

« Les mouvements FRAPP et Y’en a marre dénoncent la violence de l’État du Sénégal qui semblent s’entraîner sur les étudiants comme sur les autres manifestations pour préparer le hold-up d’une 3e candidature illégale et illégitime. FRAPP et Y’en a marre tiendront le ministre de l’intérieur et le président Macky Sall pour responsable de toute tragédie qui surviendrait dans les universités« , lit-on dans le texte.

Alerte

Y’en a marre et FRAPP présentent leurs condoléances et expriment leur solidarité aux étudiants de l’université Alioune Diop de Bambeye et saluent l’esprit de solidarité des universités Gaston Berger et Cheikh Anta Diop. Et enfin, FRAPP et Y’en a marre demandent au président de la République d’avoir plus de temps pour les préoccupations des étudiants au lieu d’accueillir au palais des voleurs de toute sorte.

24
PUBLICITÉ