PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Un jeune de douze ans noyé à la plage de Cambérène (Senego TV)

Un jeune garçon de 12 ans, dans l’après midi de ce dimanche 21 janvier 2019, qui était parti à la plage de Camberène, ne retournera jamais vif à la maison. Il se noie devant les regards impuissants des autres qui étaient tous venus se soulager à la page comme c’est le cas tous les soirs, en cette période de haute canicule.

On aurait pu le sauver

Selon les témoignages des uns et des autres recueillis par Seydina Aline Ndiaye de senego, le jeune Ahmet Bèye, est resté pendant plus de vingt (20) minutes à flotter sur les vagues sans que personne n’est eu le courage d’aller le sauver.

Ses parents, mis au courant de la noyade du jeune Bèye, ont tous pris d’assaut la plage de Camberène. Ils resteront pendant des heures sur la côte aux vagues en furie avec l’ultime espoir de voir surgir du fond de la mer leur Ahmet emporté par l’eau salée.

Le corps n’est pas encore retrouvé

Jusqu’à l’heure où nous écrivons ce papier, malgré les multiples plongées des riverains, le corps de Ahmet Bèye n’est pas encore retrouvé. C’est la tristesse sur tous les visages, pour les riverains comme pour ceux venus d’autres quartiers comme les Parcelles Assainies en quête d’un environnement où souffle frais vent d’été.

Ce drame était aussi une opportunité bien saisie pour ces jeunes, frappés par la noyade de Ahmet Bèye, pour revendiquer des autorités, le déploiement rapide dans cette plage de maîtres nageurs qui seuls peuvent secourir ou prévenir de la noyade.

La chaleur accrue la fréquentation des plages

Chaque année les plages de Dakar enregistrent beaucoup de cas de noyade de jeunes pour la plus part du temps. Dans une civilisation des loisirs en voie de développement, l’eau tient une place de
plus en plus importante. La pratique de baignade rare au début des armées 80, s’est généralisée. Ainsi depuis le milieu des années 80, nous notons à Dakar une fréquentation de plus en plus importante de la mer.

L’urbanisation aussi

Cela est dû à l’urbanisation croissante qui réduit de plus en plus les espaces verts; mais aussi à la promiscuité qui sévit en ville à cause de l’explosion démographique avec comme corollaire une augmentation du niveau de, pollution et au phénomène de la mode avec une association de plus en plus étroite entre musique el plage.

L’omniprésence de 1a mer, le fort taux de déperdition seolaire et universitaire, le développement du secteur informel, de même que le réchauffement de la terre constituent des facteurs explicatifs à l’assiduité grandissante des populations dakaroises à la mer.

Camberene Noyé
Annonces

(6) commentaires

Ablaye Dia

Yalnako yalla yeureum te diegalko amine

Ndiouga Ndoye

Malaka la yalla na motalai ndawam aldiana

Modou Sam Beye

Mes condoléances à la famille BEYE. Que le bon Dieu accueille Ahmet Beye au Paradis. Je partage la douleur avec vous.

Marctalla Diop

Un jeune noyé ?Quel est ce français.

Dieumerci

Paix à son âme

Papa Ndiaye

Je suis désolé pour ce jeune homme et sa famille. Mais je me demande sur quel critère SENEGO recrute ses « journalistes », Je n´arrive vraiment pas à comprendre quel charabia parle l´auteur de cet article

Publier un commentaire