Serigne Touba dit Non, Par Maï Mbacké Djamil

Cheikh Ahmadou Bamba, un homme singulièrement érudit et éminemment pieux qui sa vie durant, n’a eu un autre objectif que celui de propager le message de l’Islam et de répandre l’amour, la sagesse et la solidarité dans le monde.

Un homme infatigable et profondément pacifiste qui a toujours incité ses disciples au retour vers les recommandations divines à travers l’exemple du Prophète bien aimé (sws) dans un travail sanctificateur, pour ainsi dépasser les valeurs matérialistes et vaniteuses de ce monde.

Un homme qui a sacrifié toute son existence au service de Dieu (swt), de son Prophète (sws) et de l’humanité. Un homme pour qui l’acquisition du titre « Khadimou Rassoul », lui fit passé par d’innombrables épreuves et d’ahurissants supplices.

Un homme dont la vie fut distinguée par 33 années d’isolement, d’emprisonnement et de captivité au nom d’une injustice flagrante et d’un abus de pouvoir incontestable.

Un homme qui a encaissé toutes les atrocités et formes de violences de la part des colonisateurs amoraux et immoraux prêt à tout, pour le mener à sa perte.

Un homme qui par la volonté du l’Unique Souverain (swt) a eu une force étonnante, une détermination extraordinaire, un courage sensationnel et une bravoure qui ne sera plus jamais égalée dans le long et laborieux chemin le menant à la réussite de sa mission et à l’atteinte de son objectif.

Un homme qui par des efforts incommensurables et une persévérance absolue a fondé une communauté unie au Nom d’ALLAH (swt), sous la bénédiction du Prophète (sws) et ayant pour socles : la crainte révérencielle, le culte du travail et la recherche perpétuelle de la connaissance.

Un homme qui par la grâce de Dieu, a fondé la Mouridiyya.

Une voie qui s’inscrit dans le suivi scrupuleux des recommandations du tout Puissant (swt) et de l’éloignement absolu de ses interdits et dans laquelle, l’être humain se purifie et accède aux outils essentiels de la quête de connaissances et de sagesses. Une voie qui fut fondé dans un contexte de dénégation totale des valeurs islamiques pures et vertueuses et dont les premières prémices ont vu le jour à la suite de cette parole de Cheikh Ahmadou Bamba déclinant catégoriquement et publiquement l’offre qui lui à été faite pour prendre la succession de son père en tant que conseil du roi : « Je n’ai pas l’habitude de fréquenter les monarques. Je ne nourris aucune ambition à l’égard de leurs richesses et ne recherche des honneurs qu’auprès du SEIGNEUR SUPREME (…) J’aurais honte que les Anges me voient aller vers un autre roi que DIEU ».

À lire aussi
Ce que Serigne Abdou Al Ahad Khadimou Rassoul m’a dit… (Par Maï Mbacké Djamil)

Parole à la suite de la quelle, il composa une ode tranchante (Khaalo Liyarkani) pour ainsi démontrer le sens profond de son détachement absolu aux objets mondains et de sa préférence distinguée aux faveurs et grâces spirituelles de son Seigneur.

« DIEU me suffit, ai-je répondu, et je me contente de LUI et rien ne me satisfait si ce n’est la Religion et la Science. Je ne crains que mon ROI et n’espère qu’en LUI car c’est LUI, le MAJESTUEUX, qui m’enrichit et me sauve. Comment disposerais-je mes affaires entre les mains de ceux-là qui ne sont même pas capables de gérer leurs propres affaires à l’instar des plus démunis ? Et comment la convoitise des richesses m’inciterait-elle à fréquenter ceux dont les palais sont les jardins de Satan ? Au contraire, si je suis attristé ou éprouve un quelconque besoin, je n’invoque que le Propriétaire du Trône. Car IL Demeure l’Assistant, le Détenteur de la Puissance Infinie qui crée comme IL veut tout ce qu’IL veut. S’IL veut hâter une affaire, celle-ci arrivera prestement mais s’IL veut l’ajourner, elle s’attardera un moment. O toi qui blâmes ! N’exagère pas dans ton dénigrement et cesse de me blâmer ! Car mon abandon des futilités de cette vie ne m’attriste point… Si mon seul défaut est ma renonciation aux biens des rois, c’est là un précieux défaut dont je ne rougis point ! »

Un comportement qui lui a prévalu d’un nombre limité d’affiliés parmi les véridiques, frappés par sa pureté, sa crainte révérencielle et son audace alors que la majorité de ses contemporains et parents conçurent dès lors, une forte défiance à son endroit. L’incompréhension et la marginalisation dont il fut victime lui valut en ce temps nombre de vexations, d’offenses et de brimades auxquelles il avait choisi de répondre par la patience et la bienveillance.

À lire aussi
Ce que Serigne Abdou Al Ahad Khadimou Rassoul m’a dit… (Par Maï Mbacké Djamil)

Obéissant à l’Ordre Divin le prescrivant de proclamer les avantages lui provenant de DIEU (swt), il invita ceux de ses contemporains aspirant à s’engager à ses cotés. Les principes fondamentaux de la Mouridiyya que sont l’éducation par le verbe en incitant par la Sagesse (Hikam), l’avertissement (Intizar) vers l’ascèse et la perfection spirituelle et le prêche par l’exemple de la stricte observance des prescriptions divines, de l’abandon absolu de Ses proscriptions, de l’évocation du Nom de DIEU (Dhikr) et la détermination dans le service (Khidmah) rendu aux créatures pour la FACE de leur Créateur furent ainsi conçus.

Un voie d’élévation spirituelle et dépourvue de tout rattachement matérialiste et mondain qui n’a pas tardée à s’étendre du fait de ses vertus charismatiques et des lumières dont irradiaient ses aspirants.

Une voie qui a chaleureusement été bercé par la lumière de Serigne Darou Assane Ndiaye, l’authenticité de Serigne Adama Gueye, la persévérance de Cheikh Ibrahima Sarr Ndiagne, l’abnégation de Serigne Massamba Diop Saam, la pureté de Serigne Ndame Abdou Rahmane Lo, le dévouement de Mame Cheikh Ibrahima Fall et l’ardeur de tant d’autres élites et émérites hommes de Dieu (swt)

Depuis, cette « Mouridiyya » fondée pour la seule face de Dieu (swt) et représentative de toutes les valeurs et vertus incarnées et symbolisées par Cheikh Ahmadou Bamba évolue et progresse à travers le temps et ses mutations, les époques et leurs progressions et les hommes et leurs évolutions. Mais malgré ces variations environnementales, contextuelles et intergénérationnelles, elle s’est toujours illustrée par une constance formelle de ses valeurs et attributs fondamentaux.

Cependant, cette fidélité et loyauté aux fondements et assises de la voie tracée par Cheikh Ahmadou Bamba qui ne sont rien autre que le Coran et la Sunna se voient de plus en plus allégées par des actes et comportements qui ne correspondent en aucun cas à l’esprit dans lequel s’est bâtit la Mouridiyya. Et Cheikh Ahmadou Bamba, dans tout ce qu’il est, est absolument et catégoriquement contre ces dérives et nigauderies qui ne le matérialisent pas et ne matérialisent aucunement son idéologie et sa conviction.

À lire aussi
Ce que Serigne Abdou Al Ahad Khadimou Rassoul m’a dit… (Par Maï Mbacké Djamil)

Ainsi, il dit NON.

Il dit NON aux machinations et fausses interprétations de ses paroles à des fins personnelles et individuelles.

Il dit NON à l’utilisation de sa sainte et auguste voie pour conspirer et manigancer des « fausses vérités » et des « mensonges véridiques » afin de tromper, trahir et leurrer.

Il dit NON à exploitation de sa communauté dans l’unique but d’amplifier des allures égoïstes et optimiser des esprits vicieux.

Il dit NON à l’extirpation de son idéologie vers des rivages sataniques souillées et impures.

Il dit NON à l’assimilation de son patrimoine à des « journées bokaalé » et des « soirées dansantes».

Il dit NON à la multiplication titanesque et corruptrice qui est faite de sa personne unique et sans égal par des personnages qui sont indignes du titre de son talibé le plus infime.

Il dit NON au phénomène grotesque et saugrenu de « Cheikhalisation » qui se veut de convertir en guides, des corrompus, malfaiteurs et canailles absolues.

Il dit NON à l’intronisation et aux couronnements de femmes souillées, malsaines et représentatives de tout ce qu’exclut l’Islam et la Mouridiyya aux titres de ce que certains appellent « Cheikh », d’autres « Cheikhettes » et moi, « Satanettes ».

Il dit NON à touts les objets et personnages qui se verront à travers les lignes ci-dessus dans tout ce vous faites, et tout ce que vous êtes, parce que vous n’êtes pas lui.

Mai Mbacké Djamil

sokhnamaymb@gmail.com

Cheikh Ahmadou Bamba Maï Mbacké Djamil

(21) commentaires

Isma

DIEUREDIEUF MBACKÉ BALLA!! ZÉRO FAUTE ! ! VOUS ÊTES ÊTES VRAIMENT UNE DIGNE PETITE FILLE DE CHEIKHOUL KHADIM YALLAH NANGA FI YAG LOOL TÉ WER

Mbaye Sy Borom Dialou Mouss

machala soxna ci jajeufety

Sope Seydina Mouhamad

dieureudieuf Mback .il est vraiment temps qu on se dise la vrit. un musulman ne doit pas avoir peur d avoir des ennemis transgresseurs.

Marlboro Rouge

mbacke bala djeureudjeuf…

Sokhna Dieynaba Diop

Dieuredieuf Mbacké Balla Aïssa sama dome sama sangue.Nous sommes fiers d’être Mouride et nous sommes tout à fait d’accord avec toi. NON NON et NON à toutes ces dérives.

Kaba

Bien dit Sokhna ci MBACKE

Fallou Sall

Machallah amna solo yalla yokko kham khambi té barkel la amine

Kham Sa Dine Mbacke

Dieuredieuf mbacke balla yalnala yalla Faye aw yiw thi barke cheikhoul khadim

Bref

Diereudieuf Mbacke yague fi te andak weer

Moustapha Diagne

yam si srigne touba kenalko diaroul wiri serign bi rek la yam si serign bi serign bi moy srign kenen dou srign bi mbacke dieureudieuf

Yewouleen

thieuy adinaa rawaatina Senegal maa yeeleen toutii si tu veux vraiment avoir Le savoir deemaal guaaa outii batiin mais pas le zaahiir tee batiin keena dooko amee sii bangou ecole mais il faudra faire Le tour du monde entier demander a dieu de te connecter avec ses benii baa sii dooff bii guaay roomba si mbeedamii mouna deef sii yaaw batiin pour l’affaire de Cheikh Bethio et ces follies yanbii mo diiss daffaa koo eupa dolee psychology il est malade et sa l’amene a faire des follie et continuera a faire des folies si on ne Le soigne pas tee likkoo toop sii niit moo barrii mois defois mes deux enfants me depasse khalattou maak koo ay djounii niit toop il faudra se dire que Serigne Saliou kou mou cheikhaal reeka amnaa loumou deeff si yaaw dollaa bayyii nonou et aussi doukou neek laay cheikhaal pour affairouu cheikhaal Serigne Touba moko fii djeukee keena mounou kouffee dindi mais affairoo cheikhette lolou Serigne Touba bayyii wooukko fii et il na jamais fait a une femme une cheikhette car Dans l’islam sii waallou dinee djiggeen dou djitee goor wayyee goor moy djitou djiggeen toop sii ganawam et je revient Sur cela pour te confirmer Dans une de tes rubriques vous disiez que la femme et les hommes son egaux peut etre Dans la democratie et dans les pays des blanc mais pas Dans l’islam OK revenons a Cheikh Bethio et ses follie vous voyez yallah lomouyee wathiee sii niit defois niiki fook mou derranger woo c’est un force qu’on ne peu pas imaginer danakaa khaadioul sii niit meme leggii leek waliiw yii lii niouye sool sii niit daffaa kooy heuppa dolee khalatoumakh yallah par example notre prophet Mouhamed PSL bou ayyah daan waath sii moom danggaa ko daan yeureum naakh dolee bii mou daan andale daffaa daan melnii comme kouy danou crise et dieu la bien dit dans Le coran sii Le coran etait decendu Sur les Montagne vous les voyerez s’effondrer et regarder les montagnes sont les pliers de la terre et nous Senegal on a vraiment pas des Montagne pour que voyer comment vraiment est former un Montagne mais aller en amerique ou un peu partout Dans monde vous verrez bien de que sa veux dire un Montagne alors Cheikh Bethio Mouride laa sii nioune laa book dounou koo dagga sanii mais on doit Le soigner l’aider a guerrir et l’ entourer avec amour pas par des critiques mechant et des juments de niit koo zahiiree Cheikh Bethio liimooy deef sii magal touba cii beusso Serigne Touba guaa khamnee Serigne Touba beeess bii reeka la haam pour remercier Le bon dieu il ny a nul au monde qui Le fait rien que pour cela on doit le respecter meme pas pour cela mais le faire tout simplement a cause de Serigne Saliou bii ko cheikhaal aak hoormaal bou moko hoormalone wasalam

Yewouleen

encore une fois tee teugga yii Cheikh Jbra Fall mokko fii djeukee sii djamonooy Serigne Touba tee Serigne Touba ne lui a jamais interdit de Le faire tee khalifaam yii yeup keena moussou kouffee tereee donc arreter de nous embobinner les naires keupa koo djiggat bay Fall yanguii djiggat Serigne Touba

Talibé Serigne Cheikh Massamba

Très bon article, enrichissant. Merci

Oumar Tall

tout est bien dit merci

Deug Nekhoul

Fi dal lou lere LA wakhe dji firi “kou wereudi fadjo leu war” mais pas di djiteye mbolo di def loula saf kilifeu yi dounou ni pate dileu setane ndakhe “lou eup tourou”.ALALOU ADINEU DONTE AYE MILLIARDS LEU NEUKEU KHEUP SI MAGAL GUI AKI THIANTE YOUKA NEKHE DOU TEE KHALISS nekoute LIGNO NAWEE DIOULITE .Dieureudieuf Sokhnassi message bi lerneu nagne, deug gui kena douko dindi. Yone wi sEUGN tOUBA KO KHALI yee gneup dieulegnou si fitneuy leundeumoum niak kham yobounou si lerou kham sounou borom diko diamou. Dounou nangou kene di wote Seugn Touba beug gno delo si leundeum,yonou Yalla dji kene douko sopi batin leu dou ziar ak loukoy nirou. Nanou diang dinee chip kamil, outiye leral, di diouli di sete ti tope Allah Soubhanahou wa Tallah ak yonenteum bou tede bi Mouhamad (SAW) wotou thiakhane, ak kounouye thiakhanelo.Wassalam

Deug Nekhoul

Salam mbok yi deloussi si mbiroum cheikheul djiguene.Si sama diangati ALKOURANE dara nekoussi, mangui khar aye referencou kouma soute alouwee meune massa guenel lou lere lou wedi limassi wakhe. Khana kegne dagnou nane meusteu ame si younouy mouride wante khadre yangui aki cherif you djiguene mashallah. Souko defe wakhe dji da melni djiguene yanou cheikheul gno doyoute dioulite yi lolo waral mbirmi aye.Boudone gnou yiw nou khame lene si diang ak diangalee dinee amana mbir mi yep dou tolou fi.Ganaw lolou cheikheul djiguene dara aramoussi bokouteuk ami diouromi sokhna wala taki seuy chi diourome niari prononces touri seugn saliou.Kone teye dji sokhla nagnou kilifeu dineu yi lereul nitgni bou bakhe li waral cheikheul bi andougnoussi ndakhe gnou beuri def negnouni lignouye djigueneu takhe fek ni dou lola kheti djiguene gnala, mouy lere.Mandou takhna ba sokhna yoyee mangui lene di diegalou ndakhe borombi donga kham lanee seni khol wantee seni melokane lei nitgni doylowoul beu fal boboulee danaka gnou nakharlouko diap ni bou djiguene wara doni cheikh itam amana benene melokane la war ame bodoul greffage aki maquillage sankantoumalak khessal.Wassalam

Sopnabi

merci machala sounite rek mo wor serigne touba fo oul folou oul

Ndjie

En tout cas chaque individu sera tout seul dans sa tombe.c’est seulement 3 questions que les anges lui poseront:
qui est ton Dieu?
qui est ton prophète?
quel est ton livre?
alors entraînez vous dans votre vie quotidienne à vous pouvoir parfaitement à ces questions le jour de votre mort.Nul ne vous sera aucune d’aide!Ce sera le jour de vérité et on ne dira que la vérité vécue dans votre vie sur terre qui n’est que tromperie et duperie.IL faut vous accrocher au câble d’ALLAH

Gunman

Et voilà un réquisitoire qui se veut sans appel et définitif. Tellement farfelu qu’il finit par perdre tout sens. Bien évidemment quelques benêts crieront leur joie à la lecture de ce texte. Quant à moi, je m’en tiendrai aux faits, ayant bien sûr des notions sur ce que j’avance. Ne me contentant pas juste d’asséner quelques contre-vérités pour nourrir une haine quelconque.
Tout d’abord, quand je m’arrête au titre, une question m’interpelle. En le voyant, le mouride que je suis a évidemment envie de lire l’article, espérant y trouver des recommandations de Cheikhoul Khadim. Il n’en est rien. J’y découvre quelques traits de sa biographie et une interprétation de celle-ci par l’auteure en question. Rien de mal à cela. Seulement je n’arrive toujours pas à comprendre en quoi cela est lié au réquisitoire de l’auteure. Se prendrait-elle pour Serigne Touba au point de dire NON à sa place? Je pense qu’il aurait mieux valu se poser la question avant de se lancer dans pareille aventure. Et puis NON à quoi au bout du compte? J’aurais lu “Sokhna Maï Djamil dit NON” que je n’y aurais que l’attention qu’elle mérite à mes yeux. Parce qu’au bout du compte, qui peut se prévaloir de parler au nom de Serigne Touba? Tous les machistes qui appuient vos propos ici seront les mêmes qui diront que ce rôle ne peut échoir à une femme, par conséquent pas à vous, Sokhna Mai.
Ensuite, j’ai beau lire et relire ce texte, aucun élément factuel ne me saute à l’œil. Et au passage, je me dis que s’il fallait prendre exemple sur quelqu’un, ce ne serait sûrement pas sur cette auteure, étant donné qu’elle ne fait preuve d’aucune retenue ou correction dans ses propos et qu’elle se permet de tenir des propos outranciers sans raison valable. Alors même qu’elle prétend parler au nom de Cheikhoul Khadim. Il ne suffit pas de rapporter des traits de caractère de Cheikhoul Khadim, il faut s’en inspirer. Les mûrir en soi d’abord, pour ensuite les appliquer au quotidien. Comment peut-on parler de “femmes souillées et malsaines” et de “satanettes”, même sans les nommer de manière explicite? “Souillées” par qui et par quoi? Avez-vous le moindre début de preuve de ce que vous avancez là? “Sha’hadatul sûri sii kabaa’ir yi la bok, si baakar yi gueuneu mak, mo takh niou ngi kaye téré kep kou niou ka yéné def” disait Serigne Saliou Mbacké dans un discours qui, à la lecture de vos propos, vous aurait grandement servi. Une chose est de défendre ses convictions et sa foi. Une autre en est de salir la réputation de quelqu’un, sans preuve en plus. A quelle fin? Vous seule le savez. Sans doute entrainée par un sentiment quelconque, vous avez fini par vous égarer dans un réquisitoire qui ne tient à aucun fil, donc difficilement défendable.
Vous avez fini par perdre de vue le fait que vous vous adressez à quelqu’un de beaucoup plus âgé que vous et cela aurait dû vous amener à faire preuve de plus de retenue et de correction à son égard, quels que soient vos désaccords sur ses actes et sa démarche. Alors même que vous trouverez sans doute dans les rangs de ses disciples, que vous semblez mépriser autant que leur guide, des milliers si ce n’est des millions de personnes qui pourraient vous apprendre les règles de bienséance si chères à Cheikhoul Khadim. Des milliers de personnes parmi lesquels des érudits qui vous apprendraient beaucoup plus sur l’ islam et la voie Mouride que vous n’en apprendrez à ceux qui lisent ces lignes. Il est facile de rédiger un texte dans lequel on met tout ce qui nous passe par la tête, avec des amalgames à la pelle. Ce qui l’est moins c’est de se tenir prêt à le défendre partout, et devant n’importe qui. Ceci est l’essence même d’une foi sincère. Autrement, il ne s’agirait que d’une tentative d’attirer la lumière à soi. Et cela n’est pas une recommandation de Serigne Touba.

Bravo

Bravo sokhna ci cependant on a laissé la situation perduré

Buzzzzz

bien dit sokhna si yalna yalla yokkk xammm xammm yiiiii