Sénégal : « 200 milliards d’investissement dans l’immobilier qui proviendraient de la drogue… »

Guy maruis sagna

Cheikhouna Sadibou Keita était l’invité, ce dimanche 09 juin, de l’émission JDD sur i-radio. L’ancien patron de l’OCRTIS a donné son avis sur les importantes saisies des drogues, depuis un moment, au Sénégal.

Les narcotrafiquants implantés au Sénégal…

« Aujourd’hui, les saisies de drogue se multiplient, cela doit nous amener à nous dire que la pression est extrêmement forte partout sur le terrain. Le Sénégal est devenu un condensé, une grosse concentration d’activité liée à la drogue dure particulièrement… Nous savons que les narcotrafiquants sont bien implantés ici dans ce pays. C’est la raison pour laquelle leurs activités sont visibles. Nous notons qu’ils ont adopté comme stratégie de faire en sorte que la consommation se développe ici« , a soutenu le commissaire Keita.

Pourquoi le Sénégal…

Qui poursuit : « Quand un pays comme le Sénégal est envahi, il y a deux objectifs qui se dessinent. L’aspect transport, l’aspect stockage, l’aspect distribution sur le marché international. Mais aussi la construction d’un marché fort. Un marché qui permet à ceux qui trafiquent d’avoir des ressources ici sur le plan local, mais aussi d’empoisonner le pays. C’est la raison pour laquelle je dis que c’est catastrophique« .

Démocratisation de la drogue…

D’après lui, « les dernières évaluations qui ont été portées sur la place publique portent sur 200 milliards d’investissement dans l’immobilier qui proviendraient de la drogue. L’argent de la drogue est bien présent ici. Les adultes de manière générale sont présents dans la consommation de drogue. Les trafiquants peuvent démocratiser la consommation de la drogue afin de toucher une cible beaucoup plus large. De ce fait, même 5000 francs on peut en trouver. Ceux qui consomment la drogue à l’étranger n’achètent pas aux USA le gramme à 80 000 francs. Ils l’achètent dans le conditionnement qui leur permet d’y avoir accès, c’est ça la démocratisation de la drogue. Et c’est ce que nous avons comme réalité ici« .

9 COMMENTAIRES
  • Cheikh Ibra

    Hum. Un trafiquant qui en sait beaucoup.🤣🤣🤣

    • TruthHurts

      Voilà un phénomène que le gouvernement a besoin de combattre plus que le foncier même!

  • benewaye5

    Cette fois ci il dit vrai!….Mais ce pays n’a pas d’economistes capables d’analyser, de proteger l’acces de la terre comme le moyen de production le plus important d’une economie, le nullard soit disant economiste a liberalise ce pays sans y eriger des gardes fous d’ecarter les speculateurs etrangers…….tous les prix se rattached a celle ci…..La vie chere n’est que le resultat de l’argent de la drogue investit dans l’immoblier pour le laver….l’effet de de permettre aux etrangers d’acceder aux terres et d’speculer avec, l’argent de la drogue combine avec la speculation des locaux, la corruption du govt sur les terres, la mal gouvernance des impots et domaines, le cadastre, les mairies ont fini de plonger ce dans un cercle vicieux…..un pays a terre! barsa/barsacc, sauve qui peut!

    • Lamine Diop

      Il suffit de voir les mouvements financiers de la personne pour se rendre compte si cela vient d’une économie parallèle.

  • Fadilou

    Lognou si wakh gnou ware la geume si li nga ware di wakh et no pas si ay affaire de politique pourquoi pas di demm se école yi ak université yi di deff ay conférences pour sensibilisé jeunes yi

  • Nano

    Comme c’est un dealer, il en sait quelques choses.

  • Khelcom

    Ce mec là doit la fermer , quand on parle de saisi de drogue dans ce pays . Nous sommes un pays de sachant..

  • Sadou LOJAH

    Cher citoyen essayons d’analyser ce que nous dit ce monsieur car maintenant on ne voit que des immeubles très luxueux sortir de terre en moins d’un an

    • Abd ali mohamed

      il faudrait simplement determiner qui a a acheté le terrain,qui l’a construit,et comparer le cout avec les revenus de ces gens,sur la base de leurs declarations d’impots.

Publiez un commentaire