Sachets plastiques : Les environnementalistes exigent l’application de leur interdiction
PUBLICITÉ

Sachets plastiques : Les environnementalistes exigent l’application de leur interdiction

Les environnementalistes sont en guerre contre la commercialisation des sachets en plastique. Ils demandent au Président Macky Sall de signer le décret d’application de la loi en veillant à son application dans toute sa rigueur.

De graves dangers encourus

Selon Kalfa Fourou Bâ, directeur de la «Case verte» et membre de l’association environnementale voix libre, les plastiques tuent les personnes avant de tuer l’environnement. A l’en croire, beaucoup de ces déchets produisent des toxiques cancérigènes.

Au vu des dégâts causés par les sachets en plastique, il urge, à ses yeux, de prendre des mesures. Kalfa Fourou Bâ rappelle que les sachets plastiques sont encore plus dangereux pour les animaux que l’homme. Il faisait ce plaidoyer hier, lors de la cérémonie de remise de diplômes à 20 récipiendaires formés sur les techniques de fabrication de sachets en Kraft.

16
PUBLICITÉ

1 commentaire

  1. Maimouna

    Il y a des décennies que ce problème des sachets plastiques est à l’ordre du jour et personne, hormis quelques esprits soucieux de notre avenir, n’est capable de régler cette situation.
    On a toujours vu les mamans aller au marché avec des paniers, soit en fibres de ronier, soit en plastique fournis par les marques de condiments.
    Les villes sont recouvertes de ces sachets d’eau (sans aucune garantie d’hygiène pour le contenu), de toutes sortes d’emballages indestructibles issus des importations turques, égyptiennes, marocaines, algériennes et autres qui pour un achat de 25 ou 50 francs vont rester des dizaines d’annees avant d’être détruits et qui laissent dans le sol des micro particules extrêmement nocives pour l’environnement. De plus, lors des pluies, ces plastiques empêchent la pénétration des eaux dans les sous-sols et sont souvent ingérés par les animaux comme les boeufs, les moutons et les cochons qui ensuite crèvent d’occlusions intestinales.
    C’est aussi une pollution visuelle insoutenable signe de pauvreté, de misère et de saleté.
    Mais pour gérer un pays, il faut avoir du charisme, de l’autorité, une vision du futur et c’est ce qui manque cruellement à nos dirigeants. On ne sait plus qui fait la loi et qui l’applique.