Téléchargez l'appli SENEGO
PUBLICITÉ

“Quand la République se prosterne !”

Ce qu’il faudrait savoir est que ce policier, en réalité, est radié par les juridictions du pays et non par une partie impitoyable et insensible aux croyances religieuses.

Les réglementations ont condamné et sanctionné un homme de tenue, représentant la loi dans toute sa rigueur et sa plénitude et qui a manifestement trahi son serment de policier et non un disciple religieux..

Toutefois, je me désole de l’attitude de certains de nos compatriotes qui méconnaissent réellement le cahier de charges d’un agent de police. En premier le président Bougane G. Dany qui me semble incohérent dans ses actes, en recrutant dans les minutes qui ont suivi sa sanction, celui qui dans l’exercice de ses fonctions a volontairement piétiné les lois de la république..?

Celui qui, lors des élections présidentielles dernières, a sollicité le vote des sénégalais, projetant, s’il serait élu à la tête de la magistrature, de conformer son programme politique aux fondements de la République, a t’il ce droit de cautionner un geste qui défie les institutions de la nation et impacte sur l’image même d’un corps militaire, qui se veut, dans ses prérogatives premières, d’être porteur de lois et de les faire appliquer devant tous les citoyens, sans aucune considération, gage d’une préservation de la sécurité nationale.

Il faudrait comprendre aussi que nous, sénégalais, avons accepté de nous conformer aux lois d’une République qui prend en charge toutes les croyances.

Et pour cette même république, la loi est impersonnelle et impartiale. Tout citoyen de cette république est considéré égal à tout autre devant les lois.

Alors, sachons que la tenue de l’agent en question, n’est point un simple vêtement de couverture mais représente une nation toute entière d’autant qu’elle prime même sur les comportements affectifs d’un disciple devant quiconque, fût-il une référence, un guide spirituel.

Les couleurs de notre pays ne devraient se plier devant aucune figure, qu’elle soit religieuse, politique ou culturelle. Il y va de la stabilité de notre pays par l’impartialité des forces de l’ordre dans le traitement des personnes vivant dans un même territoire souverain et laïc. Sinon, que se passerait-il si l’agent de police, lui-même, était appelé à intervenir devant des circonstances flagrantes de violation de la loi par l’entourage même du chef..? Aura-t-il le courage ou la volonté de faire respecter les lois de la république? Ferait-il convenablement son rôle de maintien de l’ordre..?

De la même manière qu’on peut rappeler et charger un militaire ou paramilitaire de n’exécuter aucune loi manifestement illègale, ce qui engagerait là, son bon sens, il est aussi réprimable à celui-ci de se laisser guider par ses affections religieuses jusqu’à enfreindre la loi.

Un homme de tenue, en plus d’être de service n’a point le droit de manifester ses appartenances religieuse, culturelle, ethnique et politiques, de peur que celles-ci ne compromettent ses charges professionnelles. Sinon saurait-il dissocier ses engagements professionnels de ceux privés devant certaines problématiques..?

L’image ne serait pas choquant, encore moins à reprocher si l’interpellé était habillé en civil et devant son guide religieux, une pratique courante et acceptée par les réalités nationales. Et la sanction encourue par l’agent est une mise en garde pour ses ex camarades sous les drapeaux et un appel au respect des fondamentaux de la république. Une république qui ne doit s’agenouiller devant personne, fût-il le président de la nation.

Je termine par cette leçon de sagesse d’un vénéré chef religieux qui demanda au président de la République de ne point s’assoir à ses pieds mais plutôt de s’installer confortablement sur le canapé parce que selon l’appréhension du guide spirituel, devant tout ce monde et toutes ces caméras venues de partout, il est préférable que son hôte, son disciple certes, et de tout le temps, soit vu et apprécié à tant que président de la République, garant de la Constitution, son juste titre qui lui permet de bénéficier du traitement similaire à toute personne autre qui ne serait de la communauté.

Néanmoins ceux qui apportent leur soutien financier à l’ex-agent, n’ont pas tout à fait tort de soutenir un frère de communauté.

Ceux qui l’ont sanctionné, ne seront pas reprochés d’avoir respecté les lois de ce pays.

Cependant le fautif reste cet homme qui n’a pas su dissocier ses différents engagements.

* Baye CISS

422 Whatsapp
Annonces
guest
30 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus noté
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
PUBLICITÉ
ACTUALITÉS RÉCENTES
    9:18 - 04/03/2021

    “Macky Dégage”-Bart avertit le président : “Sou moy tou wooul mandat bi douko Diékhaal”(vidéo)

    Whatsapp
    9:14 - 04/03/2021

    Ligue africaine des champions : Les joueurs de MC Alger sont arrivés au Sénégal (Photos)

    Whatsapp
    9:13 - 04/03/2021

    Revue de Presse (Wolof) Zik Fm du Jeudi 04 Mars 2021 Par Ahmed Aidara

    Whatsapp
    9:12 - 04/03/2021

    “Nervis” à bord de pick-up : Les précisions du ministre de l’Intérieur, Antoine Félix Diome

    Whatsapp
0
Votre avis comptex
()
x
Whatsapp