Modibo Diop :  » Je considère le président Wade comme mon père « 

Modibo Diop :  » Je considère le président Wade comme mon père « 

Dans un entretien accordé à “L’Observateur” de ce lundi 11 janvier 2016, Modibo Diop, ancien directeur général de l’Agence sénégalaise d’électrification rurale (Aser), a dit avoir tiré beaucoup de leçons sur les difficultés qu’il a traversées. Il a aussi parlé de ses relations avec l’ancien président qu’il considère toujours comme son père.

«Quand vous sortez de prison, vous apprenez beaucoup de choses. Vous voyez des gens qui sont reconnaissants et d’autres qui sont ingrats. Vous voyez des gens qui étaient à côté de vous parce qu’il y avait des intérêts et d’autres parce qu’ils vous aimaient.

Tout ce recul vous permet de rebondir. Avec le recul, vous devenez un homme aguerri. Quand vous aspirez à diriger, il faut comprendre tous ces tempéraments. Malheureusement, quand vous êtes au pouvoir, ces choses vous échappent”, dit-il.

Quant à ses relations avec l’ex-président, Modibo Diop soutient : «Je n’ai pas des nouvelles du président Wade depuis longtemps. Quand je suis sorti de mes difficultés, je ne l’ai pas vu. J’entends les nouvelles de Wade à travers la presse. Wade et moi, nous n’avons pas de relations particulières. Par contre ce que je peux dire, c’est que le président Wade, je le considère toujours comme mon père.

C’est quelqu’un qui m’aimait bien. Malheureusement des personnes très malintentionnées ont mal joué entre nous. Elles ont détruit nos relations. Je pense qu’avec le recul, Wade a beaucoup regretté de m’avoir perdu. Je le pense très sincèrement».

A propos de Karim Wade, il dit ne pas avoir de nouvelles de lui. “Je prie pour qu’un jour il sorte de sa situation difficile et rejoigne sa famille. Moi, je ne suis pas rancunier. Je n’ai pas encore eu l’occasion d’aller le voir, pour l’encourager. Je le ferais, c’est une résolution humaine, il n’y a rien de politique”

1 COMMENTAIRE
  • Issa

    moi je t estime. niitt dafaye ame ngor ak koleure. amna yo kham ni diam rekk moko mouna deff

Publiez un commentaire