Mame Mactar Guèye, Ong Jamra: « Au sénégal on ne peut pas se passer des services de nos chefs religieux »

SENEGO: Les enseignants ont décidé de lâcher du lest dans le bras de fer qui les oppose à l’Etat. Quelle lecture en faites vous?

Nous nous réjouissons de cet événement. au niveau de l’Ong Jamra nous nous sommes toujours dits que pour construire ce pays qu’est le Sénégal, il est important d’y impliquer les hommes religieux. Dans le passé, à chaque fois que jamra engage un combat, nous effectuons une tourné auprès des foyers religieux Tivaouane, Touba, Ndiassane,Thienaba,  la communauté layene et l’église. Toutes les victoires que nous avons eues nous l’avons obtenu grâce aux idées et suggestions pertinentes de ces guides religieux. Donc, nous ne pouvons que nous rejouir du fait que les autorités religieuses se soient impliquées dans la recherche d’une sortie de crise.

Pensez vous que c’est une preuve que les guides religieux ont une influence certaine pour résoudre les graves crises qui secouent le Sénégal?

La réalité le prouve à suffisance. En moins de 48 heures de dialogue, de concertations, de négociations, la situation est pratiquement dénouée. Même si ça s’arrêtait là, c’est déjà une grande victoire. Il ne reste qu’un aspect à sécuriser: les enseignants ont fait un pas en acceptant de rendre les copies, il ne reste plus au président de faire aussi un pas en laissant tomber cette épée de Damoclès qui pèse sur la tête des enseignants en les menaçant de radiation massive.  Il n’ y a que cela qui reste à faire. On attend le communiqué officiel du gouvernement. C’est vraiment une médiation réussie.

 

Quel appel avez vous à lancer aux suite au succès retentissant de cette médiation des religieux?

Je demande à tous les acteurs de tirer leçon du rôle fondamental que jouent les religieux pour que systématiquement nous puissions les impliquer dans tout ce que nous faisons.

L’exemple le plus patent c’est celui du défunt Khalife Général des tidianes Serigne Abdoul Aziz Sy Dabakh.  Combien de crises n’a t-il pas dénoué dans ce pays par le simple fait du dialogue et de la concertation.

Tout ceci montre à suffisance qu’on ne peut pas se passer des services de nos chefs religieux. Nous en profitons au nom de l’Organisation Islamique Jamra, et  l’Observatoire de veille «Mbagn Gacce» pour adresser nos félicitations à Serigne Bass Abdou Khadre qui a su travailler en parfaite harmonie avec Serigne Abdoul Aziz Sy Al amine. Nous les encourageons  à poursuivre dans cette voie jusqu’à ce qu’on obtienne une pacification  définitive des rapports entre l’état t les enseignants car nous n’avons que l’éducation de nos enfants.

COMMENTAIRES
    Publiez un commentaire