Maïmouna Bousso est ferme face aux insultes : « Moi, Bali Bou Sonko, je ne l’accepterai plus » (vidéo)

Maïmouna Bousso est ferme face aux insultes : « Moi, Bali Bou Sonko, je ne l’accepterai plus » (vidéo)

Maïmouna Bousso, partisane du Pastef et proche du Premier ministre sénégalais Ousmane Sonko, a exprimé des opinions tranchées lors d’un direct sur ses réseaux sociaux, abordant principalement le thème de la liberté d’expression. Ses déclarations ciblaient explicitement les détracteurs des nouvelles autorités, ainsi que ceux qui diffament et insultent constamment les autres.

« Nous n’accepterons pas d’être dans l’opposition et de subir des insultes, d’être diffamés, de voir notre réputation salie, et cela sous les yeux de nos enfants. Aujourd’hui, nous arrivons au pouvoir et on continue de nous insulter, de nous salir devant nos parents et nos enfants. Cela, nous ne pouvons pas l’accepter. En ce qui me concerne, moi, Maïmouna, je ne l’accepterai jamais. Nous nous sommes battus contre l’injustice, contre ces individus qui passent leur temps à insulter et à diffamer. Mais je peux vous dire que c’est terminé, car les choses vont changer. J’ai remarqué que beaucoup de gens s’affolent, mais pourquoi s’affolent-ils tous ainsi? Tout simplement parce que la personne qui les protégeait n’est plus là et qu’ils ont perdu tout ce qu’ils avaient. Cela, nous ne pouvons pas l’accepter. Pendant 12 ans, nous l’avons vécu. Moi, Bali Bou Sonko, je ne l’accepterai plus, car nous avons vécu d’énormes souffrances dans ce pays. »

Elle a également souligné que certaines personnes se sentaient protégées par le passé, leur permettant d’arrêter qui elles voulaient. Aujourd’hui, ces mêmes personnes insultent librement, croyant qu’elles ne subiront aucune conséquence.

« Sachez que nous avons actuellement un procureur en poste, et pourtant, c’est ce même procureur qui était là sous Macky Sall. Ce procureur, lorsqu’une personne décidait d’exprimer son opinion sans même insulter quelqu’un, s’autorisait à l’arrêter. Nous nous tuions à lui dire que la liberté d’expression était menacée à l’époque, mais aujourd’hui, nous voyons des gens qui passent leur temps à traiter les autres d’homosexuels, de lesbiennes, ou de tous les noms d’oiseaux. Il y a même des responsables qui se basent sur ces accusations. Je le dis clairement, nous ne pouvons plus l’accepter. Sachez que ce n’est pas cela la liberté d’expression. Nous avons vu ici des gens qui se proclamaient patriotes ou de l’APR. Ces gens-là ont créé des comptes mais se sont protégés en vivant à l’étranger. Sachez que ces gens-là n’avaient pas le droit de mettre les pieds au pays car ils savaient qu’ils allaient être arrêtés. »

Bousso a aussi noté la différence entre les comportements passés et actuels, dénonçant ceux qui insultent librement dans les médias sans crainte de répercussions, insistant sur la nécessité de débattre avec des arguments plutôt qu’avec des insultes.

« Maintenant, nous avons des gens qui sont ici au pays, sur des plateaux de TV, sur des chaînes YouTube ou des sites internet, et qui passent leur temps à insulter les mères, les pères ou les enfants des autres. De quel droit se permettent-ils de se comporter ainsi? En plus, ils se permettent de nous dire que c’est nous qui avons combattu ces arrestations à l’époque. Non, je leur dis clairement, ce n’est pas la même chose. Si j’ai quelque chose à leur répondre, c’est que nous n’avons jamais insulté ni diffamé quelqu’un. Nos sujets tournaient autour de la politique, et le débat était basé sur des arguments politiques. Si des opposants veulent s’opposer, ils n’ont qu’à le faire, nous n’avons aucun problème avec cela. Opposez-vous si vous le voulez, et si le Premier ministre se comporte d’une manière que vous jugez incorrecte, vous pouvez le dire mais avec des arguments, car vous en avez le droit. Par contre, nous n’accepterons pas certains comportements. »

Ces propos surviennent dans un contexte de tension accrue après l’arrestation de l’activiste sénégalais Bah Diakhaté par la Division des Investigations Criminelles (DIC). Son arrestation fait suite à des déclarations jugées outrageantes envers le Premier ministre Ousmane Sonko, notamment concernant l’homosexualité. Ces propos, diffusés dans une vidéo virale, ont incité le procureur de la République à s’autosaisir de l’affaire et à ordonner une enquête de la DIC.

21 COMMENTAIRES
  • Daouda

    C’est le revers de la médaille car vous passiez tout votre temps à insulter les gens. Dinagne lén khorom bamou saf domaram

  • Cheikh toure

    Alioune Tine va vous départager.

  • Tidiane

    Parce que ton gars est au pouvoir vous menacez les gens ça ne passera pas gatsa gatsa rek comme vous aimez si bien le faire

  • Jibson

    Apr tank patriotes yi gnoussou gnouléne rek douma contane .

  • Jibson

    Vous croyez que vous pouvez tout vous permettre comme au temps de Macky. Aythia rek

  • Sow

    Tu n es plus choco mais baly bou sonko la laudation au sommet mêmes les prostituées de luxe cherchent une nomination vraiment ridicule ce genre de type

    • Baradolixumbeul

      Exactement

  • Manou

    Maimouna bousso sonne mieux que Bali bou Sonko. Sonko appartient à ses deux épouses. Bousso est un nom honorable. Gardez votre nom madame. C’est mieux

  • Talibé

    Heureusement beu do Bali bou serigne Bamba . Yéna saga gor yi beu fallou si ay féne késsé

  • Baali Bousso

    Vous aviez soutenu tous les insulteurs de la république à l’époque, sans preuve vous diffamiez des gens vous avez mis en mal toute une société avec ses propres valeurs et hommes de Dieu , Jusqu’à être élu!
    Donc on imagine que c’est une banalité Chez vous et cela ne devrait pas vous déplacer de votre siège.
    Kou Ragaloul Yalla raggal Ousmane Sonko rek

  • King ba

    Tu la ferme bordel tu na rien a dire

  • Fall

    Prépare ton valise vs êtes dit plus pure k ça vs êtes les 1premiere personne à insulter des marabouts des juges des magistrats maintenant c votre tour

  • Biram

    Déniouy korom sén ndeye pendant les 5ans que vous allez rester au pouvoir guissa goulén dara

  • S8t Beauté

    Maimouna,faut pas nous saouler avec ton cinéma.Votre gourou à insulté, diffamé, menacé pendant toutes ces dernières années.
    Vous serez généreusement servis par la méthode.L’effe bboomerang

    • ngolaye

      La rupture annoncée doit émaner de toutes les parties, mais je constate malheureusement, que les perdants à cours d’arguments, vomis et humiliés par le peuple, n’ont plus que la calomnie, les vociférations et l’hystérie collective. Le Sénégal va changer positivement, il faut juste renforcer la base affective par des avancées significatives dans la prise en charge des difficultés. Pour le reste laissez ces indisciplinés cracher leur venin dans le vent.

  • Baradolixumbeul

    Tu n’as pas honte, tu commences à revendiquer ta vie amoureuse et sentimentale avec ouragan sociologique

  • Bouna

    C’est une stratégie pour les moutons de pastef,bêles tous jours pour espérer obtenir un poste. Stratégie payant après dame Mbodj. Maîmouna aussi attend le retour du bâton.

  • Moussa Yaya thioubou

    Merci à Vous notre brave femme longue vie à vous on t’adore nous wa pastf

  • Lo

    Va chier chocolat

  • Salvatori adji

    Yaw doule Va te fair voutre

Publiez un commentaire